Sin Theatre


 

Damoise...au ? en détresse [Lyse]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Lyse Ysvël
BS |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 66
Inscription le : 14/03/2018
Nationalité : Scandinave
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + ALE / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : « Une valkyrie ne se laisse pas envahir par des sentiments »
Double Compte : Lance Herñandez / Leika Saito
Personnage sur l'avatar : Zéro de Drakengard
Péché(s) :
  •  Avarice 
  •  Colère 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t110-entend-le-chant-des-valkyries#440

Jeu 1 Nov - 14:44
Damoiseau rescue
"Tu m'a pris pour un prince charmant ?Contemple ton erreur et retourne dans ta tour d'ivoire


Il est vrai que tu n'avais pas réellement réfléchi en lui faisant cette proposition. Tu avais oublié un peu que s'il te comprenait, c'est aussi grâce à son pouvoir et que si tu le comprenais, c'est parce qu'il te parlait dans ta langue à toi. Mais tu avais envie que ce soit lui qui t'ouvre à ce monde inconnu. Tu l'avais sortie de but en blanc cette demande, parce que tu savais que cela l'aiderait et que toi même cela t'enrichirait de quelque chose. T'empêchera à nouveau de te retrouver seule, perdue et complètement à part. Tes sens sont tous en éveil, alors qu'il pense ne pas être qualifié pour cette mission, tu hochais la tête pour lui montrer le contraire. Il était le seul garçon que tu ne fuyais pas pour l'instant. Celui qui ne te veut aucun mal. Il est différent à tes yeux, comme vouée par une admiration, alors qu'il n'est pas un guerrier. Pourquoi est-ce que ton coeur bat en croisant son regard ? Qu'est-ce donc que ce sentiment inconnu. Est-cela qu'on appelle "une forme d'amour". Peut être bien, c'est à peu près la même chose que tu ressentais pour Ilya. Comme si toi et Connor ne pouvait être séparables.

Par réflexe, alors qu'il acceptait quand même de te montrer ce que ce monde a à offrir, tu vins à sortir un livre de conte de fées que tu avais envie de lire, et sur lequel depuis plusieurs mois, tu parachevais à t'entrainer sans relâche pour en comprendre son contenu. Tu étais curieuse de ce que pouvait raconter ce récit, car a l'époque tout les livres d'histoire dans lesquels tu aimais te plonger était en draconique, ou un nordique très ancien. Tu t'approchais un peu du jeune homme, alors que tu ouvrais les première pages. Tu pouvais entendre son souffle à la distance à laquelle tu te trouvais, et cette respiration sonnait comme une mélopée à tes oreilles. Sur la page figurait un titre, que tu avais encore du mal à déchiffrer, il y a des mots et des lettres que tu n'arrives pas à assimiler.

» Sen....kri....ion

On dirait une enfant qui découvre la lecture et l'écriture. Tu as beau être une déesse, tu es comme un bambin qui s'éveille à cet art nouveau. Tu avais emprunté dans la bibliothèque beaucoup de livres de conte de fées, et tu aimerais savoir ce qu'ils recèlent tous, mais tu ne veux pas importuner le jeune homme. Qu'il accepte déjà de t'apprendre, de te montrer quelques petites subtilités, c'est quelque chose qui compte énormément à tes yeux. Tu le regardes, te perdant un bref instant dans son regard, tu avais peur de l'intimider à le fixer de la sorte, mais tu espérais au fond, chercher quelque chose dans l'iris de ses yeux qui serait un secret, une malice. Il est bien trop simple et innocent. Il n'y aucune méchanceté, ni même vice dans son regard. Tu peux lui faire confiance, il n'a pas accepté de t'apprendre pour s'attirer des faveurs auprès de toi.

Connor est un homme parmi tant d'autres, mais à tes yeux il est bien plus unique que tu ne veux l'admettre.


©️ ASHLING POUR EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Connor E. Rudenstein
BL |:| Quatrième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 50
Inscription le : 29/11/2017
Né(e) le : 04/11/2000
Age : 18
Nationalité : Américain
Niveau d'études/Métier : Quatrième année / Délégué de classe des 4°A
Classe : 4°A
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : Ichigo Hitofuri - Touken Ranbu
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Envie 
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t39-donnez-moi-de-l-air-connor http://sin-theatre.forumactif.com/t126-ma-vie-de-cactus http://sin-theatre.forumactif.com/t268-dossier-de-connor-e-rudenstein

Jeu 15 Nov - 14:08
Connor E. Rudenstein
BL |:| Quatrième année



Damoise...au ? en détresse




Date : 26 avril 2018

Alors que j'acceptais de t'aider, sans savoir si c'était véritablement une idée excellente avec mes piètres capacités, tu finis par sortir de qui m'apparut être un livre de contes. L'idée n'était pas mauvaise, bien au contraire, c'était le moyen le plus simple de se familiariser avec une langue vu que les textes étaient souvent adaptés pour les enfants. Avais-tu donc déjà essayé d'apprendre notre langue en passant par la lecture ? Je te laissai t'approcher de moi pour pouvoir lire par-dessus ton épaule et essayer de corriger un peu ta lecture en espérant que mon pouvoir ne fasse pas des siennes en m'empêchant de me rendre compte si tu faisais une erreur – j'aurais été une aide pitoyable dans ce cas-là. Mais non, il semblait que cette capacité me permettait uniquement de comprendre les langues étrangères, elle ne corrigeait pas les erreurs dans la mienne, ou en tout cas pas les erreurs de lecture. J'esquissais un petit sourire avant de montrer du doigt la lettre sur laquelle tu avais buté en lisant.

"Cendrillon", corrigeai-je. "C'est un d, ici." J'aurais pu te prendre de haut, je sais que beaucoup d'autres personnes l'auraient fait, mais ce ne fut pas le cas. Je l'avais assez vécue toute mon existence, cette condescendance devant les difficultés des autres. Qui étais-je pour juger ta lecture de ma langue alors que je n'aurais probablement pas su déchiffrer une lettre de la tienne ? Je n'avais pas la prétention d'être meilleur que toi, bien au contraire. Non, c'était avec bienveillance que je te reprenais sur ce mot et que je t'aiderais sur les suivants. "C'est bien de commencer par ça. C'est plus adapté pour débuter et ça te permet de connaître un peu notre culture." Car les contes de fées, qu'on le veuille ou non, faisaient partie de notre enfance et de notre imaginaire collectif, c'était donc une très bonne manière de s'intégrer à notre monde. Après, l'image que ça en donnait... tous les peuples avaient probablement leurs propres histoires qui dépeignaient la cruauté du monde autour de nous, sans doute pour nous y préparer en grandissant.

Je vis ton regard croiser le mien et un petit sourire se dessina sur mon visage. J'étais véritablement heureux de pouvoir t'aider, mais aussi de me découvrir peut-être un semblant d'utilité dans ce monde. Tu avais l'air d'y être tellement perdue, j'avais l'impression de me revoir enfant quand je regardais l'éclat dans tes yeux. J'étais sûr que tu y arriverais, peut-être même que tu y arriverais mieux que moi. Je te laissa continuer ta lecture, prêt à t'expliquer un mot (ou plus vraisemblablement te le traduire juste en le lisant à ta place) ou te donner la bonne prononciation d'une lettre ou d'un syllabe en espérant que la magie ne fasse pas des siennes. Tu n'arriverais sûrement pas à lire facilement ce conte aujourd'hui, mais avec de l'aide et des conseils, tu pourrais peut-être le comprendre et t'entraîner dessus jusqu'à ce qu'il soit finalement possible pour toi de comprendre tous les mots, de les prononcer sans hésiter dessus. Je voulais te voir progresser, et je réalisai que c'était normalement comme ça qu'aurait dû être ma famille. Encourageante. Au lieu de ça, ma mère avait été écrasante et ma sœur résolument parfaite, ne contribuant qu'à m'enfoncer dans ma médiocrité.

(c) Bethany sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Lyse Ysvël
BS |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 66
Inscription le : 14/03/2018
Nationalité : Scandinave
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + ALE / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : « Une valkyrie ne se laisse pas envahir par des sentiments »
Double Compte : Lance Herñandez / Leika Saito
Personnage sur l'avatar : Zéro de Drakengard
Péché(s) :
  •  Avarice 
  •  Colère 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t110-entend-le-chant-des-valkyries#440

Sam 1 Déc - 21:48
Damoiseau rescue
"Tu m'a pris pour un prince charmant ?Contemple ton erreur et retourne dans ta tour d'ivoire


Tu ne voyais pas le temps défiler. Il passait inlassablement alors que tu te perdais à moitié dans ses explications parce que la langue n'est pas facile, ni les mots écrits, mais il était un bon professeur, tu commençais à devenir plus habile, à moins ricocher sur des mots faciles, si bien que le conte, tu avais la sensation de le vivre, comme si tu étais cette enfant à la pantoufle de verre, perdue dans cette brocéliande réelle qu'est le jardin de l'institut, aux côtés du prince qui est censé faire battre le coeur de la jeune fille. Tiens pourquoi est-ce que le tien à eu une palpitation ? Tu ne saurais l'expliquer. Peut être le parfum environnant des fleurs des champs et des roses entrelacées. Les pages marquaient chacune un événement, racontait une bribe pour qu'il soit bien plus facile à comprendre. Tu ne sais pas pourquoi la marâtre est méchante avec Cendrillon...car après tout elle n'avait rien fait qui permette autant d'injustice ? Tu n'as pas connu la méchanceté d'une famille, vu que tu n'en as jamais réellement eu une. Jusqu'à ce que le souvenir d'Ilya te revint en mémoire. Tu étais en train d'apprendre à lire, à écrire la langue de ce monde, alors qu'elle....elle n'en avait plus les capacités. Tu fû même chamboulée, si bien que ton sourire vint légèrement s’arquer en tristesse.

Mais parce que tu ne voulais pas laisser la souffrance te corrompre, tu retrouvais ton assiduité quand à être une élève exemplaire, digne du temps qu'il t'accordait alors qu'il aurait très bien mieux à faire que de t'expliquer à toi, pauvre égarée, qu'un a et un b ne se ressemble pas. Vint alors la page du bal, où le prince rencontra la jeune fille, tomba éperdument amoureux d'elle. Et c'est à ce moment là que tu bloquas le plus, caressant le papier de tes doigts au moment du baiser. Tu ne comprends pas ce qu'est l'amour, tu n'en a jamais connu le semblant d'un sentiment, qu'il vienne de ta famille, qu'il vienne d'ailleurs ou d'aujourd'hui. Non c'était incompréhensible. Tu avais beau être une déesse, il y a tant de choses qui t'ait inconnues, qui te font défaut...Tu regardais le jeune homme, ses lèvres comme si tu essayais d'assimiler ce qui peut attirer autant. Leur texture peut être ? Le toucher ? Leur couleur ? Non décidément tu ne comprends pas ce qui peut faire osciller le coeur d'une femme.

» Pour...quoi ?

Tu espérais qu'il t'apporte la réponse à ce que tu venais de voir, à ce qu'il t'aide à chercher une solution, à résoudre un mystère. Forçant ton regard sur la lecture plutôt que de te perdre dans la contemplation de ses traits, de son visage. Pour un homme, il est plutôt charmant, et du coup le rôle du prince lui va à merveille. Ironie du sort, ou non, il faut croire que les contes ne sont peut être pas uniquement que des légendes.


©️ ASHLING POUR EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Connor E. Rudenstein
BL |:| Quatrième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 50
Inscription le : 29/11/2017
Né(e) le : 04/11/2000
Age : 18
Nationalité : Américain
Niveau d'études/Métier : Quatrième année / Délégué de classe des 4°A
Classe : 4°A
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : Ichigo Hitofuri - Touken Ranbu
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Envie 
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t39-donnez-moi-de-l-air-connor http://sin-theatre.forumactif.com/t126-ma-vie-de-cactus http://sin-theatre.forumactif.com/t268-dossier-de-connor-e-rudenstein

Mer 2 Jan - 12:22
Connor E. Rudenstein
BL |:| Quatrième année



Damoise...au ? en détresse




Date : 26 avril 2018

T'écouter lire l'histoire de Cendrillon me faisait un étrange effet. Une belle-mère atroce, des belles-sœurs pas beaucoup plus supportables, qui la traitaient comme un créature inférieure et l'écrasaient de leur prétendue supériorité. C'est fou comme, l'espace d'un instant, j'aurais pu m'imaginer à sa place. Ma mère et ma sœur n'était pas aussi violemment cruelles, mais elles m'avaient donné des centaines de fois l'illusion de n'avoir ma place que dans leur ombre, ou sous leur botte. j'avais lu quelque part que l'histoire montrait la force de Cendrillon, capable de sourire et de rêver malgré un harcèlement constant dans sa propre maison, bien plus que le classique "l'amour te sauvera" que les gens y voyaient : elle ne venait même pas au bal en espérant épouser le prince, juste avec l'espoir de sortir enfin de sa prison. Cette jeune fille de conte de fée me semblais plus forte que je ne l'étais moi-même. Moi je n'avais pas su garder les rêves et la joie de vivre. Si tant est que je les ai eux un jour...

Tandis que tu lisais, je corrigeais progressivement ta prononciation du mieux que je pouvais tout en t'expliquant les mots que tu ne comprenais pas – en vérité, c'était même bien plus simple que ça car je n'avais qu'à les dire à voix haute pour que tu les entende dans ta langue. Le côté pratique de ce pouvoir tenait là : faciliter au maximum la compréhension. À partir du moment où tu avais le mot anglais sous les yeux, j'étais le plus infaillible des dictionnaires. Au fur et à mesure, du mieux que je le pouvais, je t'accompagnais à travers les pages de l'un des contes qui avaient bercé mon enfance. Et qui ressemblait parfois à ma propre vie, du moins jusqu'au bal. Car je n'avais eu ni fée ni magie pour me sauver de famille. La magie ne m'avait donné que des épines et un traducteur automatique. Rien qui me débarrasse vraiment de mes problèmes.

Le bal, justement, sembla te laisser perplexe ou rêveuse (malheureusement, le langage corporel ne faisait pas partie de mon kit de langues instantané). Je voyais simplement tes doigts frôler la page comme si ça pouvait te transporter dans la tête des personnages. Je n'osai pas t'interrompre, te laissant à tes réflexions, malgré l'étrange regard que tu posais sur moi depuis un moment, jusqu'à ce que tu ne finisses par exprimer ta pensée. En un mot qui voulait tout et rien dire à la fois : "Pourquoi ?" Et tu me laissas perplexe.
Qu'est-ce que je pouvais bien répondre à ça ?

Ma seule expérience des relations sentimentales se résumait à Kira, mon ancienne petite amie, et on ne pouvait pas vraiment dire que ça apprenait grand chose sur l'amour. C'était plutôt "comment servir de jouet à une succube qui veut passer le temps".  Sinon elle ne m'aurait pas menti sur sa race, pas vrai ? "J'ai peur de ne pas être la meilleure personne pour t'expliquer ce genre de choses..." Je pouvais toujours essayer, cela dit, même si j'avais peur de ne pas réussir à bien exprimer la réalité de ce type de sentiments.  "C'est... comment dire... un sentiment qu'on appelle l'amour. Quand on le ressent, on a envie d'être avec la personne qui le fait naître... et s'embrasser fait partie des manières de le monter." J'avais l'impression d'avoir donné le résumé le moins flatteur et le plus réducteur possible d'un sentiment dont je n'avais jamais fait l'expérience. "Mais je ne m'y connais pas trop". C'était bien la première fois que j'avouais ça avec une telle facilité, sans doute parce que tu étais aussi perdue que moi face à ce sujet.

(c) Bethany sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Lyse Ysvël
BS |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 66
Inscription le : 14/03/2018
Nationalité : Scandinave
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + ALE / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : « Une valkyrie ne se laisse pas envahir par des sentiments »
Double Compte : Lance Herñandez / Leika Saito
Personnage sur l'avatar : Zéro de Drakengard
Péché(s) :
  •  Avarice 
  •  Colère 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t110-entend-le-chant-des-valkyries#440

Lun 7 Jan - 19:53
Damoiseau rescue
"Tu m'a pris pour un prince charmant ?Contemple ton erreur et retourne dans ta tour d'ivoire


Il essayait de te l'expliquer, il disait que ça s'appelait "Amour" quelque chose que tu ne connais pas, quelque chose qui t'est familier mais que tu n'as jamais connu, ni même vécu à dire vrai. Alors ce conte parle de ce sentiment qu'Ilya ta sœur a tenté de t'inculquer ? Ou était-ce différent ? Qu'est-ce qu'il pouvait y avoir de bien dans un baiser, qu'est-ce qu'il peut y avoir de plus formidable que l’adrénaline d'un combat ? Tu aimerais le savoir, mais ça reviendrait donc à embrasser quelqu'un. Quelque chose qui te semble donc inéluctable. Ou bien alors...peut être pas si impossible que ça...? Tu tournes de nouveau ton regard vers le jeune homme, tu touches ses lèvres du bout de tes doigts, comme si elles te semblaient très attirantes en cet instant même. Quelque chose de nouveau sans doute...Ce contact aussi fébrile qu'inattendu, décrocha un soubresaut dans ton coeur. Mais qu'est-ce qui te passait par la tête enfin ? Tes joues s’empourprèrent alors que tu enlevais tes doigts qui avait caressé ses lippes si tentatrices. Quelle erreur...Il allait te prendre pour une folle maintenant ! Alors qu'en fin de compte, tu n'étais qu'animée par la connaissance de l'inconnu.  

Tu ne disais rien, tu penses qu'il n'y avait pas matière à ajouter quelque chose, tu étais un peu allé loin, et tu le montrais en essayant de reporter ton regard sur le conte de fées. La partie du bal passée, tu voyais que le charme n'opérait plus ! La jeune femme, cette Cendrillon perdait sa robe enchantée, ses habits de princesse qui la déguisait, et son carosse redevint une citrouille. Une leçon de vie qui t'apprend que tu ne peux être quelqu'un d'autre pendant trop longtemps apparemment. Pourtant elle aurait très bien pu rester princesse. Rester au côtés de ce prince...Au fur et à mesure que tu arpentais les pages, tu étais désireuse de découvrir le fin mot de l'histoire. La méchante belle-mère enferma la jeune femme dans son grenier ! Mais l'amour était sans doute plus fort que tout, puisque le prince cherchait désespéramment cette femme dont il était tombé éperdument amoureux. Pourquoi ? Il y a des filles parmi tant d'autres alors pourquoi elle justement ? Est-ce ça le pouvoir de l'amour ?

» Il pourrait très bien donner la pantoufle de verre à n'importe qui ? Pourquoi il la choisit...elle ?  

Tu cherches encore à comprendre quelque chose qui te dépasse, qui t'est inconnu, qui n'a ni queue ni tête, ni sens. Connor saura peut être trouver les mots justes pour t'apprendre comme bon professeur qu'il se présente.


©️ ASHLING POUR EPICODE


Revenir en haut Aller en bas
Connor E. Rudenstein
BL |:| Quatrième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 50
Inscription le : 29/11/2017
Né(e) le : 04/11/2000
Age : 18
Nationalité : Américain
Niveau d'études/Métier : Quatrième année / Délégué de classe des 4°A
Classe : 4°A
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : Ichigo Hitofuri - Touken Ranbu
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Envie 
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t39-donnez-moi-de-l-air-connor http://sin-theatre.forumactif.com/t126-ma-vie-de-cactus http://sin-theatre.forumactif.com/t268-dossier-de-connor-e-rudenstein

Mer 30 Jan - 17:09
Connor E. Rudenstein
BL |:| Quatrième année



Damoise...au ? en détresse




Date : 26 avril 2018

Comment t'expliquer quelque chose d'aussi flou ? Ma mère n'avait jamais été un bon exemple pour nous l'inculquer, à ma sœur et moi, elle qui changeait d'amour aussi régulièrement. Jamais je ne l'avais vu véritablement aimer quelqu'un, en tout cas pas plus de quelques années, et j'ignorais si elle en était véritablement capable, ou si j'en étais capable moi-même. Je n'avais jamais ressenti ça pour quelqu'un plus de quelques mois, bien que ça aurait peut-être été le cas, si Kira m'avait laissé ma chance. J'avais cependant l'impression de ne pas donner l'explication la plus claire possible, j'aurais aimé que tu comprennes et que tu voies ça comme dans les contes de fées mais... je n'étais décidément pas un bon professeur dans ce domaine.

Un court silence s'installa après ma description bancale ; je te voyais réfléchir à mes mots comme si tu essayais, à mon image, d'y trouver un sens. Comprendre l'amour... à mon âge, paraît-il, c'était rare de ne pas y connaître quoi que ce soit. Peut-être était-ce mieux pour toi que tu trouves des films, des livres et d'autres œuvres sur le sujet, qui t'en apprendraient probablement plus que moi.
Et qui m'expliqueraient peut-être à moi ce que tu étais en train de faire. Avais-je un terme autre que "buguer" pour correspondre à ce qui m'arriva ? Je ne pense pas. Je restai immobile, le regard rivé sur tes doigts qui effleuraient mes lèvres. "Lyse ..?" L'espace d'un instant, tu sembla perdue dans une réflexion et je me pris à penser que le peu que j'avais tenté de t'expliquer sur l'amour avait été compris de façon un peu trop légère. Je crus presque, que tu allais m'embrasser, mais tu finis par te détourner, rougissant comme une enfant prise en faute, pour te replonger dans la lecture. Ou essayer, tout du moins. Difficile de ne pas voir, au début, que du avait un peu de mal à te remettre dans la lecture mais, finalement, tu repris le fil. Jusqu'à ce qu'une nouvelle question te taraude.

Pourquoi elle et pas une autre ? C'était la question que se posait probablement toute l'humanité dès que la question d'amour entrait en jeu. Les sentiments choisissaient sans demander notre avis et parfois, malheureusement, on passait plus de temps à se demander pourquoi ils avaient choisi telle ou telle personne plutôt que de vraiment les ressentir. "Parce que l'amour c'est... un sentiment assez exclusif. On peut avoir plusieurs amis, on peut avoir une grande famille, mais l'amour dans ce sens, ça n'est qu'une seule personne." A mes yeux, du moins. Certains affirmaient qu'on pouvait aimer plus d'une personne en même temps, mais pour moi qui n'arrivais déjà pas à en aimer ne serait-ce qu'une seule, c'était impensable. Une excuse pour ceux qui n'arrivaient pas à choisir, une justification pour les infidèles. "On ne peut pas choisir qui on aime. C'est juste... comme ça. Les sentiments naissent d'eux-mêmes." Il y avait des théories, sur l'attirance, la compatibilité, ce genre de chose, mais je ne savais pas vraiment comme expliciter ça ni si ça avait grand intérêt. Il y avait autant de vrai dans "les opposés s'attirent" que dans "qui se ressemble s'assemble", alors au fond la vérité semblait plus claire : on pouvait aimer n'importe qui.

(c) Bethany sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sin Theatre :: Extérieur et annexes :: Grande cour-
Sauter vers: