Sin Theatre


 

Besoin d'une infirmière ? [Ft Nia Jones]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 308
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Sam 5 Mai - 23:43


Besoin d'une infirmière ?




Un petit air frais filtrait à travers la fenêtre ouverte tandis que le soleil de fin d'après-midi éclairait chaleureusement la pièce. Une journée agréable sous un ciel dégagé. Des cours répétitifs sous l’œil attentif des professeurs. Et pourtant, le jeune fille ne pouvait pas apprécier la tranquillité de ce quotidien... Certes, elle n'avait pas énormément de loisirs ou distractions en dehors de sa scolarité mais le fait est qu'un élément perturbateur était venu s'immiscer dans son travail.
Juwelen s'était légèrement ratatiné sur le lit, fatigué par les sensations qu'il ressentait depuis quelques temps. Il avait d'abord gardé le silence, n'exposant pas son opinion, sachant que sa présence n'était pas totalement acceptée par son âme-sœur, mais il commençait à s'impatienter et à sérieusement s'inquiéter de son état. Il observa Edelweiss, penchée sur le bureau, les doigts sur son clavier d'ordinateur et son appareil photo relié par un cordon. Elle posa son coude sur le coin de la table pour reposer son front dans sa paume de main. Vraiment... Elle commençait à faillir...

*Edelweiss, écoute-moi..* adressa l'oiseau, soupirant légèrement de la voir si têtue.

Immédiatement, le jeune fille se redressa pour continuer de travailler. Il était hors de question que cet oiseau lui dicte sa conduite, aussi censé soit-il. Elle avait ce devoir de photographie à rendre pour le lendemain et comptait bien le finir, que ça lui plaise ou non. Elle reprit doucement une bouffée d'air pour essayer de passer outre son malaise et posa à nouveau ses yeux sur l'écran de l'ordinateur.

*Tu n'es pas raisonnable.. Tu as de la fièvre depuis hier et pourtant tu as continué ta journée de cours... Je veux bien comprendre que tu veuilles aller au bout des choses mais tu t'y es aussi rendue aujourd'hui alors que tu aurais mieux fait de te reposer. A continuer dans ce sens, tu ne ferras qu'aggraver sérieusement ton cas...* Insista-t-il pour lui faire entendre raison.

Justement... Elle avait déjà tenu deux jours en utilisant l'excuse de la fatigue pour se coucher plus tôt et ne pas alarmer ses colocataires, elle n'allait pas flancher maintenant. Et pour plusieurs raisons, elle ne voulait pas écouter son compagnon à plumes: les cours qu'il lui fallait encore rattraper et ce sujet de photographie qu'elle devait finir et rendre. Sa condition de Blue Bird ne lui laissait pas le choix. Il fallait qu'elle soit la meilleure dans ses résultats. Qu'elle fasse toujours le maximum pour honorer ce titre... Qu'elle soit parfaite.

*Tu es trop strict.. S'il te plaît Edelweiss, repose-toi.. Moi aussi je suis fatigué par cette fièvre..* Tenta l'oiseau dans un ultime argument.

Elle ferma les yeux un instant, agacée d'entendre les paroles de Juwelen qui faisaient écho dans sa tête alors qu'elle luttait contre cette migraine sûrement due à la fièvre.. Pour une fois, elle avait vraiment envie qu'il se taise et ne lui rende pas la tâche plus compliquée.. Il fallait juste qu'elle résiste pour sa journée du lendemain et après elle sera en week-end où elle pourra se reposer et récupérer. Si elle fait suffisamment abstraction, qu'elle se couche tôt et qu'elle limite aux maximum ses mouvements tout en continuant de garder ses distances avec ses colocataires, elle devrait pouvoir le faire. Elle devrait.. Doucement, elle pressa ses mains contre son front pour mieux soutenir sa tête et tenter de faire diminuer son mal de crâne. Tant que Melody et Nia n'étaient pas dans la chambre, elle pouvait se permettre une petite faiblesse, de quelques minutes du moins. Puis elle rouvrit les yeux pour les reporter vers l'écran.

*Tu es vraiment butée ma parole.. Pourquoi tu t'obstines autant ?*

Qu'il la laisse tranquille cet oiseau de malheur.. Il est bien trop bavard, en plus de ne pas comprendre ses motivations. A l'évidence, elle présentait les symptômes d'une grippe avec sa fièvre, ses frissons, sa migraine, sa fatigue, sa sensibilité à la lumière et son manque d'appétit. Et, sachant cela, elle aurait sûrement été obligée de rester au lit pendant un minimum de quatre jours. Cela étant, elle ne pouvait se permettre de prendre ces journées de repos que lui aurait imposé l'infirmière, sinon elle n'aurait pas pu rendre son devoir et aurait prit du retard sur les cours. Non. Elle se reposerait ce week-end.. Cependant.. Son corps commençait à réclamer une pause.. Elle avait de plus en plus cette sensation de chaud-froid et les frissons se faisaient plus pénibles encore.. Pendant l'espace d'un instant, elle crut même voir flou.. Rejetant pourtant l'évidence, elle retira ses lunettes de repos de son nez pour les essuyer doucement avec le bout de sa chemise, comme si cela effacerait son état. Malheureusement, il n'en fut rien. Elle eut même un léger vertige d'un seul coup. Peut-être.. Peut-être qu'il était temps de prendre une pause.. Avec une précaution rarement utilisée, elle se leva de sa chaise. Sa tête lui tourna et elle ressentit le besoin de respirer par la bouche alors qu'un nouveau frisson lui mordait le dos.

*Assez ! Je vais chercher tes colocataires..* Dit-il en se redressant.

Le jeune fille aurait aimé le retenir mais l'oiseau ouvrit les ailes, dans un effort qui lui parut incommensurable, avant de s'envoler pour filer par la fenêtre ouverte. Il plana doucement au dessus de la cour en jetant un regard circulaire sur toute sa surface. Heureusement, il repéra très vite les cheveux roux de Nia au milieu des élèves encore dehors. Elle était assise sur un banc, sûrement en train de profiter du soleil.. C'est alors qu'il descendit en piqué vers elle pour la rejoindre le plus rapidement possible sans chercher à réfléchir plus longtemps. S'il pouvait en trouver au moins un sur les deux, il n'allait pas s'embêter à chercher Melody en plus. Mais il était tellement fatigué.. Il n'arrivait pas à se stabiliser avant l'impact et se laissa tomber sur les genoux de la jeune fille, battant vaguement des ailes comme s'il aurait aimé amortir sa chute. Et, en même temps qu'il s'agitait sous le coup de son récent effort, il sentit comme un coup sur sa tête. Edelweiss avait du tomber.. Cette fille est vraiment stupide ! Avec son obstination déraisonnable, un malaise était à prévoir... Juwelen tourna sa tête vers Nia sans attendre pour lui adresser un piaillement plaintif. Pourvu qu'elle comprenne...


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Nia Jones
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 124
Inscription le : 25/11/2017
Né(e) le : 07/05/2000
Age : 18
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Alone
Personnage sur l'avatar : Erza Scarlet - Fairy Tail
Péché(s) :
  •  Envie 

Commentaire/citation : Nia écrit en #ff3333
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t31-doctor-who-a-eu-des-descendants-a-son-insu-8d#56 http://sin-theatre.forumactif.com/t42-journal-de-nia#89 http://sin-theatre.forumactif.com/t76-dossier-scolaire-nia-jones

Sam 12 Mai - 22:59
Encore une belle journée de gâchée par les cours. Il y avait un beau soleil, une bise qui semblait agréable et pourtant, tout le monde se retrouvait coincé dans une salle de classe. Tandis que certains restaient attentifs aux cours et s'y intéressaient, d'autres dont moi, se contentaient juste d'écrire quelques trucs quand l'attention n'était pas dirigée vers les fenêtres. Je n'avais qu'une envie. Terminer cette journée et sortir profiter du temps qu'il faisait.

Des heures d'ennui, des heures à regarder l'horloge tourner avec l'impression que le temps mettait une éternité à passer. Et puis le moment salvateur arriva enfin. Je fis un bref passage dans la chambre pour déposer mes affaires. Je pris seulement un carnet à dessin et un crayon pour m'occuper puis ressortis aussitôt. Melody était sûrement avec sa soeur et Edelweiss voudrait sans doute avoir un moment de paix pour étudier ou je ne sais quoi d'autre.

Je me rendis rapidement sur un banc et profitai du soleil tout en dessinant. Mon dessin prenait peu à peu forme, laissant petit à petit découvrir ce qui était vraiment ma passion. Une voiture. Pour cette fois j'avais juste fait un modèle sport. La voiture de mes rêves ? Pas du tout. C'était juste l'idée qui m'était venue sur le moment.

Je terminais mon croquis lorsqu'un oiseau me tomba littéralement sur les jambes. À bien l'observer, il ressemblait à celui qui suivait Edelweiss depuis son arrivée ici. Il n'avait pas l'air bien par contre. À voir comme il s'agitait et à entendre ses piaillements plaintifs, il y avait vraiment un souci.

- Edelweiss a des problèmes ?

Je n'attendis pas plus longtemps avant de prendre mes affaires, l'oiseau et de me lever. Je retournai dans la chambre, me doutant que ma colocataire s'y trouvait. Ce dont je ne m'attendais pas, c'était de la retrouver par terre. Je posai, enfin jetai plutôt mon attirail de dessin sur mon lit, posai l'oiseau sur celui d'Edelweiss et je me grouillai de récupérer ma colocataire au sol. Je l'aidai donc à se relever et à s'allonger dans son lit. Elle était vraiment pâle. Une main sur son front me permit de voir qu'elle avait en plus de la fièvre. Elle était folle d'être venue en cours dans cet état. Enfin... Je n'aurais pas fait mieux alors sur ce point, je ne lui ferai aucune remarque.

- T'es fiévreuse.

Je me redressai et partis chercher une lavette humide et fraîche. Je revins ensuite vers Edelweiss et posai la lavette sur son front pour la rafraîchir un peu. Je restai ensuite à ses côtés pour veiller sur elle.

- Edelweiss tu m'entends ?
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 308
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Mar 15 Mai - 1:31


Besoin d'une infirmière ?




Les choses se sont enchaînées étrangement vite.. Edelweiss avait ressenti un vertige atroce en se levant. Juwelen s'était envolé par la fenêtre et puis.. Et puis..? Sa mémoire lui faisait défaut tout d'un coup... Sa vision était floue. Obstruée par un voile sombre. Et sa migraine prenait le dessus sur ses pensées alors qu'un mal être général se diffusait en elle...
L'obscurité est.. tellement sombre. Elle avait presque l'impression de pouvoir la toucher...

...

Un bruit en fond. Quelque chose de familier comme.. une porte qui claque? De l'agitation.. Des bruits de pas.. Que se passe-t-il..? Et puis elle crut sentir quelque chose frôler sa peau. Et cette sensation semblait de plus en plus forte.. Comme une pression. Ou bien.. Quelqu'un était en train de la bouger? Elle n'en était pas toute à fait sûre mais.. elle avait cette impression d'être déplacée.. Portée puis posée sur une matière moelleuse. Et puis sont corps semblait plus détendu. Il lui semble bien être allongée... Sur son lit sûrement?
De nouveau, elle était consciente mais ne pouvait pas encore ouvrir les yeux. Petit à petit, elle semblait pouvoir émerger. Comme si elle sortait la tête hors de l'eau. Et malgré ça, elle avait l'impression de manquer d'air... Comme si ses poumons étaient légèrement bloqué dans un étau brulant. Elle ouvrit la bouche pour mieux respirer. Et puis elle sentit un faible pression sur son front.

- T'es fiévreuse.

Nia... On dirait sa voix.. Oui, elle était sûre de sentir une présence à ses côtés mais en même temps elle avait un doute. Elle était pourtant seule dans la chambre.. Qu'est-ce qu'elle faisait là? Edelweiss n'eut pas le temps de se questionner plus longtemps qu'un nouveau bruit de pas monta à ses oreilles, lui signifiant que sa colocataire s'éloignait. Et puis le silence. Ensuite, le doute, à nouveau. Comme s'il lui semblait avoir rêvé la présence de Nia dans la chambre maintenant que tout était calme.
Weiss tenta de tranquilliser sa respiration tandis que des frissons de fièvre parcouraient ses membres. Elle avait chaud, puis froid, et son thorax lui brûlait. Pas de doutes possibles... Ça lui coûtait vraiment de l'admettre mais il devait s'agir d'une grippe... Comme elle se sent faible.. C'est.. frustrant. Malgré tout, il fallait qu'elle se lève..

*Arrête Edelweiss...* Demanda l'oiseau, plaintif.

Ah... C'était donc ça.. Juwelen avait bel et bien alerté sa colocataire qui semblait faire couler de l'eau dans la salle d'à côté. Oiseau de malheur.. S'il n'avait rien fait elle aurait pu finir son travail et aller se coucher tôt pour le rendre le lendemain.. Il lui suffisait juste de tenir une seule soirée et une seule matinée. A peine quelques heures.. C'était parfaitement faisable. Même si elle avait fait un petit malaise, elle aurait pu se lever et se serait remise à son ordinateur. Ça aurait prit du temps mais tant que ses colocataires n'étaient pas là, elle pouvait se permettre de laisser apparaître sa fatigue.. Maintenant elle se sentait simplement bloquée.. Si c'était Nia qui l'avait mise sur son lit, alors elle avait pu constater son état et il était impossible de lui mentir..  

Elle a envie de se lever.. Non, elle doit se lever. C'est sa seule chance de prouver qu'elle va bien. Ou du moins qu'elle ne va pas trop mal.. Mais d'abord, elle devait réussir à ouvrir les yeux.. Malheureusement, elle n'eut le temps pour aucunes de ses tentatives. En effet, elle entendit Nia revenir vers elle pour lui poser quelque chose de froid et humide sur le front. Une serviette sûrement.

- Edelweiss tu m'entends ? demanda gentiment sa colocataire alors qu'elle s'installait près d'elle.

La jeune fille fronça légèrement les sourcils, essayant de réguler sa respiration. Il fallait qu'elle se résigne... Au moins vis à vis de Nia.. Elle hocha très légèrement la tête pour lui signifier qu'elle l'entendait même si elle avait encore du mal à ouvrir les yeux. Et puis elle ouvrit un peu plus la bouche pour prendre la parole mais resta figée, hésitante. Comment parle-t-on anglais déjà? Il lui fallut un moment pour organiser ses idées dans sa tête en surchauffe avant de pouvoir former des phrases mentalement. Maintenant elle devait parler à voix haute. Alors elle se mit à murmurer dans un souffle, à l'attention de sa colocataire.

- Nia.. Ne dis rien.. S'il te plaît.. Ne dis rien.. à personne..

Parler semble tellement naturel d'habitude.. Pourtant, maintenant qu'elle était autant affaiblie, elle se rendait compte à quel point le simple fait d'articuler demandait énormément d'énergie. Mais il fallait qu'elle lui dise ça. Qu'elle lui demande de garder le silence sur son état.
S'il te plaît, Nia...


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Nia Jones
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 124
Inscription le : 25/11/2017
Né(e) le : 07/05/2000
Age : 18
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Alone
Personnage sur l'avatar : Erza Scarlet - Fairy Tail
Péché(s) :
  •  Envie 

Commentaire/citation : Nia écrit en #ff3333
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t31-doctor-who-a-eu-des-descendants-a-son-insu-8d#56 http://sin-theatre.forumactif.com/t42-journal-de-nia#89 http://sin-theatre.forumactif.com/t76-dossier-scolaire-nia-jones

Lun 21 Mai - 1:57
J'aurais sans doute passé le reste de la fin de journée à dessiner au soleil si un événement ne m'avait pas perturbée. Cet événement fut l'oiseau d'Edelweiss qui était venu me prévenir que sa propriétaire avait un problème. Je m'étais donc précipitée jusqu'à notre chambre en portant en même temps l'oiseau. En arrivant j'eus droit à la mauvaise surprise de retrouver ma colocataire au sol. Mes affaires furent jetées sur mon lit, l'oiseau posé sur celui d'Edelweiss et je vins rapidement m'occuper de l'évanouie. Je la mis dans son lit, pris sa température avant d'aller chercher une lavette humide pour la rafraîchir un peu. Je l'appelai mais elle ne réagissait pas vraiment. Elle était vraiment dans les vapes.

Elle mit un peu de temps mais au final j'eus tout de même une réaction de sa part. Un hochement de tête pour me signifier qu'elle avait repris conscience. Elle m'entendait. Elle essaya d'articuler quelques mots mais elle avait du mal. Rien d'étonnant quand on voyait son état. Et puis finalement un son sorti de sa bouche. Un son accompagné de mots. Une faveur plaintive. Elle voulait que je garde secret le fait qu'elle était malade. Même si j'acceptais sa requête, il y en avait une qui s'en apercevrait aussi. Melody le verrait aussi sans que j'aie besoin de le lui dire.

- D'accord je ne dirai rien Edelweiss.

Je pouvais comprendre cette envie de cacher au monde son état de santé. Je le faisais moi-même lorsque mon moral ne suivait pas ou lorsque j'étais malade ou même blessée. Dans ces moments-là, je ne montrais que ce que je voulais bien montrer. C'est-à-dire pas grand-chose.

- Repose-toi, t'en as bien besoin.

Ce qui me semblait aussi étrange c'est que son oiseau aussi semblait mal en point. Je savais que les animaux pouvaient ressentir nos émotions et nos différents états physiques mais je ne pensais pas que ce serait au point d'être malade lui aussi. Ils devaient avoir un lien autre que simplement celui d'un oiseau apprivoisé par une étudiante.

- J'vais te chercher du thé chaud, ça te fera du bien et t'aidera à reprendre un peu de force. Toi ne bouge pas de ce lit ou j'te ligote au plumard.

Je n'en avais peut-être pas l'air mais j'étais sérieuse. Si je la surprenais hors de ce lit, je trouverais une corde ou n'importe quoi d'autre qui me servirait à l'attacher. Elle devait se reposer et non s'agiter dans tous les sens. Je me relevai gentiment et m'éloignai d'elle le temps de prendre mon thermos que je gardais en général pour l'hiver. Je revins ensuite vers ma colocataire.

- Tu as un arôme que tu préfères ? Ou un dont tu es allergique ?
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 308
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Jeu 24 Mai - 2:58


Besoin d'une infirmière ?




Très sincèrement, sa requête était la seule chose qu'elle parvint à dire. Weiss aurait aimé se justifier, rassurer Nia sur son état, faire en sorte qu'elle s'éloigne pour ne pas risquer d'attraper également cette grippe, mais elle se sentait incapable de faire quoi que ce soit. Les frissons de fièvre s'agrippaient à elle pour la vider de ses forces et les quelques rayons de lumière qui cognaient contre ses paupières fermées lui faisaient tourner la tête. Elle n'était même pas sûre d'avoir finalement réussit à parler tant ses sensations semblaient faussées. Embourbées dans tout ce mal être indistinct mais si réel...

- D'accord je ne dirai rien Edelweiss.

La voix de Nia se glissa une nouvelle fois à ses oreilles, faisant écho à sa demande plaintive. Il semblerait qu'elle ait réussit à la formuler finalement... Et sa colocataire voulait bien accepter de garder le silence. D'une certaine manière, la jeune fille s'étonna légèrement de la docilité et l'indulgence dont faisait preuve Nia. Elle était soit d'une extrême bonté, soit très compréhensive... C'est.. agréable. Agréable de sentir un soutient sans avoir besoin de se justifier. Et puis cela la rassurait également. Pourquoi était-ce rassurant? Peut-être que ça voulait dire qu'elle pourrait compter sur elle à l'avenir? Non.. Tu divagues Edelweiss. Ne te fie jamais entièrement à quelqu'un. Laisse demeurer un doute. Sinon, tu pourrais être déçue. Personne n'a aucun intérêt à te porter de l'attention ou du moins, pas de la même façon que tes cousines... Mais, malgré ses pensées entre l'espoir et l'attristement, elle poussa un petit soupire de soulagement alors que son visage se détendait légèrement. Pour l'instant, il lui fallait se concentrer sur une chose à la fois pour ne pas se perdre. Sa capacité de réflexion était déjà bien trop diminuée pour se permettre de laisser ses idées la submerger. Alors elle prit un moment pour respirer doucement afin de calmer son flot de pensées à défaut de pouvoir apaiser sa fièvre et son mal être physique.

- Repose-toi, t'en as bien besoin.

Se reposer? Oui, c'est ce qu'il y a de plus logique... De plus logique mais pas de plus attrayant... Weiss n'avait pas encore fini son travail, il ne lui manquait que si peu de choses pour en arriver à bout qu'elle était frustrée par les paroles de Nia. Elle lui demande de se reposer mais elle ne peut tout simplement pas laisser son devoir inachevé.. Elle voulait protester et commença d'ailleurs à ouvrir la bouche pour répliquer, pour essayer de glaner une autorisation de se lever mais elle ne savait même pas si elle serait capable de parler assez fort.

- Je.. J'ai des devoirs.. avait-elle murmuré sans trop de conviction.

Elle avait réussi à lui adresser la parole, à essayer d'aller à l'encontre de son conseil ou de son ordre mais en même temps elle ne saurait dire si Nia l'avait entendu. Ou même si elle accepterait cette nouvelle requête. D'ailleurs elle ne se fit pas prier pour répliquer à son tour, d'abord bienveillante en lui informant qu'elle allait lui chercher du thé pour l'aider à aller mieux, puis contrecarrant l'envie de la jeune fille, affirmant que si elle avait le malheur d'être vu hors de son lit, elle serait "ligotée au plumard". Que signifiait "plumard" exactement? Weiss n'était pas tout à fait sûre de la traduction mais, étant donné la situation, sa logique lui disait qu'il devait s'agir du lit en lui même... Elle fronça légèrement les sourcils. Nia plaisantait, n'est-ce pas? Oui, sûrement... Son ton n'était ni sec, ni tranchant ou irrévocable... Et puis... La solution aurait été trop extrême et quelque peu étrange... Weiss préféra ne rien répondre à cela, ne trouvant ni d'argument, ni de volonté... Fatiguée, elle soupira une nouvelle fois tout en essayant de concentrer ses pensées sur autre chose alors que sa colocataire s'éloignait à nouveau pour revenir à peine quelque seconde plus tard.

- Tu as un arôme que tu préfères ? Ou un dont tu es allergique ?

Un arôme... Un arôme? Ah oui.. Elle devait parler du thé.. D'ailleurs, n'était-il pas plus à propos de choisir une tisane plutôt qu'un thé pour traiter une grippe? Enfin, il ne fallait pas refouler une service si gentiment proposé.. Elle réfléchit donc un petit instant et finit par se résigner à ne pas trouver de réponse. C'est terriblement frustrant de ne plus organiser correctement ses pensées à cause d'un simple virus...

- Peu importe.. finit-elle par articuler avant d'avoir un petit moment d'absence puis de sentir un éclair de lucidité la traverser, Et.. Merci.. C'est gentil...

Le jeune fille avait même du mal à comprendre pourquoi elle méritait la gentillesse de sa colocataire. Elle n'avait pas spécialement était gentille avec elle sans pour autant être désagréable mais elle parlait assez peu avec elle, sauf si Nia engageait la conversation. Et encore, elle préférait écouter que participer activement à un échange. C'était comme ça depuis le début de la cohabitation alors elle ne parvenait vraiment pas à comprendre cette attention dont elle faisait preuve à son égard. Ou bien... Peut-être qu'elle l'appréciait?
Toutes ces pensées parasites l'ennuyait. L'agaçait même. A quoi bon réfléchir à tout ceci? Son pauvre cerveau ne se tordrait qu'inutilement alors qu'il réclamait du calme.  
Elle prit plusieurs longues respirations pour tranquilliser son esprit en ébullition, perturbé par la fièvre, puis elle entendu Nia sortir de la chambre. Elle partait chercher le thé, sûrement. Une idée vint alors à germer dans le cerveau de la jeune fille. C'était sa chance. Difficilement, elle ouvrit à peine les yeux pour les tourner vers son ordinateur qui demeurait toujours à sa place, sur le bureau. Juwelen protestait déjà mais elle se ferma dans son idée, réfutant chaque argument de l'oiseau alors qu'elle se redressait sur le lit. Elle dut cependant prendre un instant de pause pour respirer et mettre une main à son front alors que la lavette humide retombait sur ses genoux. Il lui fallait se lever avec la plus grande des précautions pour ne pas risquer de tomber ou quoi que ce soit de fâcheux. Sa tête tournait déjà monstrueusement pour se permettre le moindre mouvement brusque. Alors, avec une lenteur extrême, elle se mit debout, le corps courbé en signe de fatigue, s'appuyant sur ce qu'elle pouvait trouver pour avancer sans vaciller. La chaise de bureau était déjà tirée ce qui lui éviterait une action et donc un effort de plus.

Courage, tu peux le faire.

Dans un ultime effort, elle parvint jusqu'au siège, se laissant presque tomber dessus tout en reposant ses coudes sur le bureau. Ses paupières se fermèrent, endolories par la moindre petite fibre de lumière alors que ses poumons réclamaient vivement de l'air. Toujours plus d'air. Alors elle prit un long moment pour essayer de retrouver un peu de force avant de fixer son écran, faisant fi des frissons qui lui griffaient le dos. Il ne manquait qu'un simple étalonnage pour que son travail soit enregistré.. Juste ça. Une toute petite chose. Et, avec un peu de chance, elle aurait le temps de retourner dans son lit sans que Nia ne s’aperçoive de rien...


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Nia Jones
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 124
Inscription le : 25/11/2017
Né(e) le : 07/05/2000
Age : 18
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Alone
Personnage sur l'avatar : Erza Scarlet - Fairy Tail
Péché(s) :
  •  Envie 

Commentaire/citation : Nia écrit en #ff3333
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t31-doctor-who-a-eu-des-descendants-a-son-insu-8d#56 http://sin-theatre.forumactif.com/t42-journal-de-nia#89 http://sin-theatre.forumactif.com/t76-dossier-scolaire-nia-jones

Sam 26 Mai - 18:19
Elle était vraiment mal, il fallait être aveugle pour ne pas le voir. Et pourtant elle continuait de faire sa tête de mule. Elle ne voulait pas que les autres sachent qu'elle était malade, j'acceptais. Difficile de refuser quand soi-même on désirerait la même chose si l'on était dans sa situation. De toute façon, pour le moment je préférais qu'elle se repose. Je n'avais pas besoin de hurler sur tous les toits que ma colocataire était malade. Ca ne regardait personne. Les seules que je pouvais éventuellement prévenir, c'était Melody et une infirmière. La seconde serait en cas de nécessité. Quant à la première, elle devait déjà se douter de l'état de santé d'Edelweiss et si ce n'était pas le cas, elle le verrait d'elle-même.

- Tu les feras plus tard. Ils peuvent attendre que tu te sois rétablie.

Elle était vraiment têtue. Elle avait l'air d'une fille très sage habituellement mais elle cachait bien l'obstination dont elle pouvait faire preuve. J'espère que ce n'était pas Melody et moi qui avions une influence sur elle. J'ai peur de ce que ça donnerait si elle devenait comme nous. Cette chambre deviendrait le repaire des étudiantes au sale caractère. Elle l'était déjà un peu si on comptait le fait qu'Edelweiss était obstinée. Ca allait de venir pire. Surtout si l'autre blondasse complètement folle se mettait à squatter la chambre dans la crainte de perdre sa soeur.

Je pensais aller lui prendre un thé chaud pour l'aider à se remettre sur pied mais étrangement, j'avais la sensation qu'elle tenterait de bouger pendant mon absence. Je la menaçai donc de la ligoter au lit si je la surprenais hors de celui-ci à mon retour.Une menace qui paraissait être une plaisanterie alors qu'elle était très sérieuse. Je pris donc un thermos, me renseignai sur les goûts et les allergies de la demoiselle avant de finalement quitter la chambre. Je partis au self afin de lui préparer son thé chaud. J'en fis un à la menthe avec un peu de miel. C'était le top quand on était malade. Je mis plusieurs minutes le temps de faire chauffer l'eau, d'infuser le thé, etc. Je mis ensuite le liquide dans le thermos et repartis vers la chambre.

J'eus une petite surprise en arrivant dans la chambre. Vraiment petite. Même si j'avais gardé un espoir qu'elle ferait preuve de bon sens, je m'attendais quand même à la retrouver hors du lit. Je ne fus donc pas étonnée de la voir avachie devant son ordinateur. C'est bien ce que je pensais. Une véritable tête de mule. Je soupirai un peu en posant le thermos sur la table de nuit de la malade plus entêtée que je ne l'aurais cru.

- Je croyais t'avoir dit de rester au lit. T'es vraiment butée. Je t'ai dit que ton devoir pouvait attendre ton rétablissement. Enfin puisque c'est comme ça...

Je fouillai mon armoire pour en sortir quelques paires de collants. Note pour plus tard : Acheter des cordes au cas où Edelweiss est encore malade ou aussi Melody. Je profitai ensuite que ma colocataire soit assise pour la saucissonner avec les collants. Du moins le haut. Je l'aidai ensuite à se lever et à se recoucher sur le lit puis je la ligotai aussi les jambes.

- Voilà comme ça, j'suis sûre que tu resteras sage.

Pas de colère, pas d'ennui et même si mon petit sourire taquin pouvait faire croire à une moquerie, ce n'était pas le cas. Je l'installai de sorte à ce qu'elle soit légèrement redressée. Ce serait plus pratique pour la faire boire. Je pris ensuite le thermos et l'ouvris.

- Le thé est à la menthe avec un peu de miel, j'espère que ça reste dans tes goûts. C'est l'un des meilleurs trucs quand on a un rhume, de la fièvre, une gastro, etc.

Elle était certes saucissonnée mais le but n'était pas de la torturer non plus. J'utilisai le bouchon comme gobelet – il est prévu pour ça de toute façon – et versai un peu du liquide chaud dedans. Je soufflai un peu dessus histoire qu'Edelweiss ne se brûle pas en buvant et le tendis vers ma colocataire en souriant.

- Ca va te faire du bien. Un peu de thé chaud, du repos et tu verras tu seras vite remise. Si tu veux je t'aiderai à finir ton devoir comme ça tu es sûre de le rendre à temps.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 308
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Mer 30 Mai - 3:03


Besoin d'une infirmière ?




Malgré la fièvre, le chaud et le froid, la fatigue ou sa récente sensibilité à la lumière, la jeune fille parvenait tout de même à porter son attention sur l'écran. Incroyablement dérangée par sa lueur, elle ne pouvait s'empêcher de fermer les yeux à plusieurs reprises alors qu'elle retravaillait les balances de couleurs. Ce devoir touchait à sa fin. Elle pouvait le faire. Elle le pouvait même si toutes ses forces étaient aspirées par chacun des frissons qui l’agrippaient rageusement. Tant pis, elle se reposerait plus tard, elle récupèrerait cette nuit, mais elle finirait ce qu'elle s'était fixé. Une dernière manipulation et elle pourra enregistrer pour enfin retourner s'allonger... Elle était sur le point d’exécuter sa pensée lorsque la porte de sa chambre s'ouvrit ce qui lui provoqua un sursaut avant de se figer totalement. Comme si ne plus faire aucun mouvement pourrait la faire disparaître, la rendre invisible, pour ne pas s'attirer les foudres de sa colocataire.

- Je croyais t'avoir dit de rester au lit. T'es vraiment butée. Je t'ai dit que ton devoir pouvait attendre ton rétablissement. Enfin puisque c'est comme ça...

Weiss crispa les épaules, fuyant le regard de Nia qui la réprimandait. Elle avait conscience d'avoir été prise sur le fait mais elle gardait espoir d'être pardonnée. Si elle lui expliquait l'importance de ce devoir dans son bulletin, elle comprendrait n'est-ce pas? Elle commença à se confondre en excuses, balbutiant qu'elle ne pensait pas à mal et, concentrée sur ses justifications assez discutables, elle ne remarquait pas le trajet de sa camarade jusqu'à son tiroir. Ce n'est qu'à l'instant où elle revint vers elle qu'elle remarqua les paires de collants qu'elle avait dans les mains. La jeune fille les regarda quelque temps, fronçant légèrement les sourcils d'incompréhension, avant de lui adresser un regard interrogateur. Sincèrement, elle ne voyait pas quel serait leur utilité et ne pouvait s'empêcher d'être un peu perdue. Malheureusement, sa lanterne s'éclaira rapidement lorsque Nia entreprit de les lui passer autour pour l'attacher. Mais..? Elle était donc sérieuse? La jeune fille essaya de protester sans succès. Le moindre petit mouvement de lutte lui donnait le tournis alors elle ne pu évidemment pas empêcher sa colocataire de la ficeler malgré tout les efforts qu'elle mettait en œuvre pour la dissuader. Puis le reste s'enchaîna assez vite. Sans même qu'elle ne s'en rende compte, la jeune fille était à nouveau dans son lit avec des liens en plus, entravant ses chevilles.

- Voilà comme ça, j'suis sûre que tu resteras sage, conclut Nia en finalisant son nœud.

Un énorme vide s'imposa alors à l'esprit de Weiss. Un vide qui la paralysait presque alors que sa camarade de chambre l'installait plus confortablement sur le lit, rembourrant son coussin pour qu'elle soit légèrement redressée. Le calme avant la tempête. Puisque, après ce court instant de flottement, une centaine de pensées se bousculaient déjà dans toute sa tête. Malgré tout le bien que semblait lui souhaiter Nia, malgré sa gentillesse de vouloir s'occuper d'elle, la jeune fille lui en voulait un peu. Elle se sentait simplement humiliée d'être dans cette position, blessée dans son ego qui désirait la perfection de son image. Rien que de s'imaginer attachée avec des collants d'un point de vu extérieur la faisait rougir de honte. Elle baissa la tête, détournant encore et toujours le regard comme si elle pourrait s'enfuir et s'extirper de cette situation plus que déplaisante mais la voix de Nia lui signifia qu'elle ne pouvait échapper à tout ce qu'elle vivait. Elle lui proposait un thé à la menthe avec du miel, justifiant que c'était un bon remède contre la grippe, espérant également que c'était au goût de la jeune fille. En temps normal, Weiss l'aurait trouvé adorable mais, en la voyant verser le liquide dans le couvercle du thermos, souffler dessus avant de le lui présenter, elle se sentait encore plus embarrassée. Elle comptait la faire boire? Lui "donner le biberon"?

- Ça va te faire du bien. Un peu de thé chaud, du repos et tu verras tu seras vite remise. Si tu veux je t'aiderai à finir ton devoir comme ça tu es sûre de le rendre à temps.

Elle était sérieuse aussi, apparemment.. Edelweiss, quant à elle, se sentait tellement humiliée qu'elle aurait voulu mourir de honte. Elle avait déjà subi beaucoup dans sa vie mais jamais un tel coup à son amour propre.. Si seulement elle pouvait se cacher, disparaître pour que personne ne puisse la voir. Pas même elle. Elle n'arrivait même plus à déterminer si c'était sa fièvre ou son embarras qui lui donnait si chaud.. Elle tourna légèrement la tête, n'acceptant pas de se faire nourrir comme un vulgaire enfant en bas âge et prit la parole pour essayer de détourner l'attention.  

- Je.. Il faut seulement que je l'enregistre.. Je le rends demain.

Elle ne parvenait pas même à trouver de satisfaction dans cette situation... Si au moins elle avait pu finir son travail.. Mais elle n'avait pas réussit. Il ne restait qu'une simple pression sur la souris, pourtant, elle avait été arrêtée avant d'avoir pu l'exercer. C'était si frustrant. Un simple clic. Un seul geste... Elle n'avait pas pu le faire. Alors elle affirma qu'elle le rendrait demain, espérant faire subtilement comprendre à sa colocataire qu'elle comptait assister aux cours ou du moins à celui de photographie en particulier... De tout façon elle n'avait pas le choix. La date limite ne pouvait changer et elle s'assurerait de rendre ce travail dans les temps imposés. Elle espérait que Nia la laisse agir à sa guise malgré la fièvre..

Elle lui jeta un rapide coup d’œil, cherchant à déterminer si elle était en colère contre elle pour avoir refusé de boire ou pour lui avoir répondu. Mais son regard était bienveillant.. Son sourire gentil.. Pourquoi est-ce qu'elle agit comme ça? Pourquoi a-t-elle tant de considération pour elle? Ses méthodes étaient pourtant si dépaysantes... Cependant, elle semblait agir pour le bien de la jeune fille.
Doucement, elle reposa sa tête vers l'arrière pour mieux trouver son air, éprouvée par le simple fait de penser.

- Je.. Je ne comprends pas.. Pourquoi fais-tu tout ça..? Pourquoi.. te préoccupes-tu de moi..? Je.. te cause seulement des problèmes.. conclut-elle en détournant le regard.


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Nia Jones
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 124
Inscription le : 25/11/2017
Né(e) le : 07/05/2000
Age : 18
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Alone
Personnage sur l'avatar : Erza Scarlet - Fairy Tail
Péché(s) :
  •  Envie 

Commentaire/citation : Nia écrit en #ff3333
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t31-doctor-who-a-eu-des-descendants-a-son-insu-8d#56 http://sin-theatre.forumactif.com/t42-journal-de-nia#89 http://sin-theatre.forumactif.com/t76-dossier-scolaire-nia-jones

Dim 10 Juin - 1:28
Une véritable tête de mule pire qu'un gosse en pleine crise. Même lorsque je lui dis qu'elle pourrait finir son devoir plus tard, elle n'écoutait rien et profitait de mon absence pour s'y remettre. À mon retour je l'avais donc surprise devant son ordinateur et j'avais dû utiliser une manière radicale pour l'obliger à rester tranquille. La ligoter. Certes elle avait voulu s'excuser, chose que je trouvais tout de même adorable chez elle. Je ne lui en voulais pas réellement et pourtant je lui faisais quand même juste assez peur pour qu'elle en vienne à se confondre en excuses. J'étais donc si effrayante que ça même lorsque réprimandais gentiment une personne ? Pour le coup, difficile pour moi de savoir si je devais en être vexée ou heureuse...

Une fois ma colocataire ligotée, je pus avoir l'esprit plus tranquille. Elle serait bien obligée de se reposer cette fois. Je n'en restais toutefois pas là. Qu'elle se repose ne me suffisait pas. Et ça ne serait non plus pas suffisant si elle voulait pouvoir être rapidement en pleine forme. Je versai alors un peu de thé dans le couvercle du thermos et le présentai gentiment à la malade. Ça n'avait pas l'air de réellement faire plaisir à Edelweiss. Okay, je pouvais comprendre pour le ligotage mais il fallait y voir un avantage, j'étais à son service pour la boisson. Enfin j'avais la sensation que c'était autre chose qui la gênait mais je n'arrivais pas à deviner quoi.

- Si ce n'est que l'enregistrer, j'peux m'en occuper à ta place. Ce sera vite fait.

Je ne pouvais pas l'empêcher d'aller en cours le lendemain. À sa place je ferais pareil sans la moindre hésitation. Pourtant je n'avais quand même pas envie de la laisser aller en cours si elle était encore malade. Il fallait donc prier pour qu'elle soit remise d'ici-là. Pour le moment, elle refusait surtout de boire. Je reversai donc le contenu du couvercle dans le thermos et fermai celui-ci pour garder tout au chaud. Je n'en montrais rien mais au fond, je ne savais pas quoi faire d'autre pour l'aider.

- Et bien parce que t'es mon amie. Non ?

Maintenant que j'y pensais, j'avais la fâcheuse tendance à considérer une personne comme amie dès le moment où je l'appréciais. Et ce, peu importe si ce n'était pas réciproque. Ça serait peut-être bien que je sache ce qu'il en était avec ma colocataire.

- Et puis je n'aime pas voir une personne que j'apprécie aller mal. Même si ce n'est pas grand-chose, ça m'inquiète.

Peut-être était parce qu'à part mon frère, personne ne l'avait réellement fait pour moi et que je ne voulais faire subir ça à personne. Peut-être était-ce simplement ancré dans ma personnalité. Peut-être était-ce autre chose. Peu importe, le résultat restait le même au final.

- Et toi ? Pourquoi ça te gêne tant que quelqu'un te voit dans cet état ? En plus ton oiseau semble ressentir les mêmes effets quand tu es mal. Une personne attentive découvrira ton état facilement si elle vous observe bien toi et Juwelen.

J'étais curieuse d'en connaître la raison. Moi j'évitais de montrer quand j'étais malade ou blessée parce que j'avais simplement grandi en devant me démerder seule. Edelweiss était pareille ? Ça me préoccupait même si j'étais consciente que cela ne me regardait sans doute pas. Au pire, elle me le dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 308
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Mer 13 Juin - 2:24


Besoin d'une infirmière ?




L'air lui manque. A moins qu'il semble manquer? Edelweiss a du mal à déterminer si c'est simplement une impression ou bien une réalité. Ces liens l'agacent. Ils lui bloquent les poumons. Non, calme-toi. Ce n'est pas assez serré pour entraver ta respiration. Nia ne veut pas te faire de mal. Il s'agit simplement d'une sensation irréelle, imaginaire. Calme-toi. Respire.

Sa colocataire reprit la parole, informant qu'elle pouvait se charger de l'enregistrement tout en refermant le thermos, abandonnant l'idée de la nourrir comme une enfant. Au moins une humiliation d'évitée... La jeune fille la regarda faire un instant puis ferma les yeux, écrasée par le poids de la chaleur, tout en reprenant une bouffée d'air. Puis elle finit par acquiescer, acceptant son aide pour finaliser son travail puisque, après tout, elle ne pouvait pas bouger.. C'est à ce moment où la demoiselle fut prise de doutes. Pourquoi Nia faisait-elle tout ça? Pourquoi s’embêtait-elle avec elle? Qu'est-ce qu'elle veut? Qu'est-ce qu'elle cherche? La question filtra presque naturellement de ses lèvres tant son esprit était embrouillé. Tant elle ne comprenait pas.

Son amie? Elle est.. sont amie? Une nouveau frisson glaça ses membres alors qu'elle plissait un peu les yeux. Pourquoi est-ce qu'elle la considère comme telle? Elles se connaissent à peine.. Et puis, Weiss n'avait pas fait d'énormes efforts pour parler même si elle n'ignorait jamais ses deux colocataires et qu'elle restait polie. Alors.. elle ne comprend pas. Est-ce si rapide d'être ami avec quelqu'un? Est-ce si simple? Ça semblait l'être pour Nia en tout cas puisqu'elle poursuivit en disant qu'elle s'inquiétait. Qu'elle n'aimait pas voir une personne qu'elle aimait se sentir pas bien. C'est vraiment étrange.. L'on dirait que sa colocataire se sent concernée.. Pourquoi devrait-elle? Elle n'avait rien fait de mal, ce n'était pas de sa faute si elle était malade et surtout, elle ne la connaissait pas assez pour avoir autant d'empathie, si? Weiss a l'habitude d'être assez détachée de ce qu'il peut arriver aux autres alors.. il n'y a rien à faire, elle ne parvient pas à comprendre. Est-elle sans cœur de penser de la sorte? Non.. Elle n'a jamais apprit. C'est tout. Du moins, elle n'en a pas eu l'occasion en dehors des membres de sa famille. Et puis même en parlant d'eux, elle a toujours se souvenir de sa mère, un peu froide, mettant une très légère distance malgré tout l'amour qu'elle pouvait lui porter. Et son père étant moins souvent à la maison, elle avait prit le modèle maternelle. C'est mieux d'être détaché, non? Ainsi, la réflexion ne se fait pas parasiter par des pensées superflues.

- Et toi ? Pourquoi ça te gêne tant que quelqu'un te voit dans cet état ?

Cette question interpella la jeune fille à tel point qu'elle n'entendit aucune des paroles qui suivirent. Elle? Pourquoi est-ce que cette image qu'elle renvoi la gêne? Des souvenirs lui revinrent doucement en mémoire. Un couloir, une salle de classe, un collège. Il était pourtant réputé pour ses professeurs très compétents.. Mais visiblement, il ne suffit pas de quelques personnes pour rendre un lieu agréable. C'était si fatiguant.. si fatiguant de devoir sans cesse prouver qu'elle mérite sa place. Si fatiguant de se sentir en insécurité. Si fatiguant de ne pas être accepté.

- Je dois être parfaite..

Parfaite en cours. Parfaite en société. Parfaite en tout point. Pour que personne ne puisse rien lui reprocher. Pour ne plus jamais donner la possibilité à ceux qui l'entourent de la détester. Pour qu'elle puisse vivre tranquillement. Qu'elle ait une pause. Alors, elle ne peut se permettre d'être fragile. Vulnérable. Désagréable. Elle ne doit montrer que le meilleur d'elle pour qu'on l'accepte.

- Je..

Les mots se bloquèrent d'un coup dans sa gorge. Parler de tout ceci est donc si difficile? Pourquoi parlait-elle d'ailleurs? Ça ne lui ressemble pas de s'étaler sur son passé... Ça ne lui ressemble pas d'exposer une faiblesse. Alors pourquoi s'obstine-t-elle à vouloir parler. Est-ce que la fièvre forçait les mots à sortir? Elle ne parvint pas à savoir. Elle n'ai même pas tout à fait sûre de ce qu'elle dit..

- Je.. ne veux plus.. être rejetée.. murmura-t-elle en fermant les yeux une nouvelle fois.

C'est étrange.. Pourquoi son cœur se serre si fort soudainement? Elle ne pensait pas que de simples mots puissent être autant difficile à dire. Comme s'ils venaient du plus profond de son être. Comme si son désir profond depuis si longtemps enfouit se révélait dans une simple chuchotement. Et tout lui faisait mal. Les souvenirs. Les peurs. Les regrets. Les aveux. Tout. La jeune fille garda les yeux fermés pour essayer de contenir ses larmes qu'elle sentait monter mais son visage se peignait de tristesse. Elle pensait pourtant être passée outre ou du moins, parvenir à l'oublier. Cette partie de sa vie avait donc marqué son cœur à ce point? C'était la première fois qu'elle énonçait cette crainte et le simple fait de la prononcer lui démontrait qu'elle avait seulement caché cette blessure. Si profondément qu'elle même ne se serait pas douté d'une telle importance.

- Je ne.. veux plus être toute seule..

Ces nouvelles paroles la forcèrent à respirer plus fort, comme pour essayer de chasser son chagrin. Il faut qu'elle se taise. Pourquoi disait-elle tout ceci depuis tout à l'heure? Son cerveau était en ébullition sans compter cette chaleur si intense qui l’enveloppait de plus en plus. Sa fièvre augmenterait-elle? Elle devait la faire délirer...
Une larme s'échappa de son œil pour couler sur son visage.


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Nia Jones
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 124
Inscription le : 25/11/2017
Né(e) le : 07/05/2000
Age : 18
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Alone
Personnage sur l'avatar : Erza Scarlet - Fairy Tail
Péché(s) :
  •  Envie 

Commentaire/citation : Nia écrit en #ff3333
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t31-doctor-who-a-eu-des-descendants-a-son-insu-8d#56 http://sin-theatre.forumactif.com/t42-journal-de-nia#89 http://sin-theatre.forumactif.com/t76-dossier-scolaire-nia-jones

Mar 19 Juin - 16:36
Je voyais bien qu'Edelweiss ne lâcherait pas l'affaire tant qu'elle n'avait pas fini ce qu'elle voulait faire. C'était une véritable tête de mule. Et même plus têtue encore. Cependant je ne lâcherais pas l'affaire moi non plus. Elle devait se reposer un maximum si elle espérait pouvoir aller en cours demain. JE voulais bien faire l'impasse sur la boisson et la laisser boire toute seule mais hors de question qu'elle se lève. Je lui proposais donc de finir son boulot à sa place. Il ne restait apparemment que l'enregistrement à faire et c'était bon. Je pouvais donc m'en occuper. J'eus l'accord de ma colocataire et je n'attendis pas plus longtemps pour aller enregistrer son travail. Son devoir était ainsi fini et prêt pour qu'elle le rende à son prof.

Ceci étant réglé, je revins vers elle et répondis en même temps à sa question. Pourquoi je m'occupais tant d'elle ? Parce qu'elle était mon amie. Du moins à mes yeux. Dans tous les cas, je m'inquiétais pour elle et n'aimais pas la voir souffrir. Même pour une simple fièvre. Je lui retournai ensuite la question afin de savoir pourquoi elle refusait d'être vue dans cet état de faiblesse. C'était doublement inquiétant sachant que son oiseau semblait en subir les conséquences. Doucement, d'une voix presque inaudible, Edelweiss me donna sa réponse. Être parfaite et ne plus subir le rejet. Voilà sa raison. Un sentiment que je ne connaissais malheureusement que trop bien. Peut-être pas par le même genre de personnes qui avaient fait du mal à ma colocataire mais l'envie d'atteindre la perfection et de ne plus être rejeté restaient les mêmes.

- Je comprends...

Lentement, je détachais ma colocataire et la libérais de ses liens. J'allais ranger, ou plutôt fourrer, mes collants dans l'armoire et revins m'installer au chevet d'Edelweiss. Ma main se posa sur la joue de la blonde et j'en profitai pour essuyer la larme qui coulait. Un geste sans ambiguïté, qui se voulait juste être rassurant.

- Tu n'es plus toute seule Edelweiss. Tu peux déjà compter Melody et moi dans ton entourage. Et il y en a sûrement d'autres.

Je ne connaissais pas toutes ses fréquentations mais j'étais certaine que d'autres personnes faisaient désormais partie de son entourage.

- Tu as aussi ton oiseau. Certes il ne peut pas faire autant de choses que nous mais il reste toujours à tes côtés quand même.

Je retirai ma main en souriant puis tendis le thermos à la jeune demoiselle en essayant de la convaincre de boire au moins un petit peu. Au fond de moi, je riais de ma propre bêtise. Je sortais de belles paroles à ma colocataire alors que moi-même j'étais dans une situation similaire à la sienne. Je n'avais jamais été complètement seule grâce à mon frère mais parfois, même en compagnie d'une personne, le sentiment restait présent. Je voulais qu'il disparaisse, j'enviais ceux qui ne l'avaient jamais été, qui avaient de bonnes relations avec leurs familles.... Et pourtant j'étais trop fière pour admettre de telles choses. Trop fière pour admettre que la solitude m'avait rendue jalouse.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 308
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Lun 9 Juil - 19:10


Besoin d'une infirmière ?




Qu'est-ce qu'il lui prend? Pourquoi s'était-elle acharnée à laisser filtrer les mots au travers de sa gorge? Sa poitrine la brûle comme si quelqu'un avait appuyé une plaque de métal bouillante sur ses poumons. Plus les secondes s'écoulent, plus elle a l'impression d'être oppressée par cet écrin de chaleur insupportable. Elle aurait presque l'impression de manquer d'air et de s'essouffler sous le coup la fièvre tandis que ses pensées s'embrument toujours plus. Pourquoi a-t-elle parlé? Pourquoi a-t-elle fait confiance à Nia? Lui fait-elle seulement confiance? Elle.. ne sait pas. Elle a du mal à comprendre ce qu'il lui arrive... Comme si elle n'était pas tout à fait maître de ses paroles. Comme si son inconscient s'exprimait alors qu'elle voulait le gardait muselé au fond d'elle-même.

- Je comprends...

La voix de sa colocataire parvint à se frayer un chemin entre toutes les brumes de son esprit pour dériver jusqu'à son cerveau. Elle... comprend. Qu'est-ce qu'elle comprend? Le désir d'être parfaite? Le souhait de ne pas vouloir vivre le rejet? Qu'est-ce que tu comprends Nia...? As-tu vécu.. quelque chose de similaire? As-tu..?
Du calme Edelweiss... Toutes ses questions qui s'accumulent et se superposent appuient plus fort encore sur ton front à la manière d'un coup de marteau. Arrête de penser.. Juste un instant. Laisse-toi une pause, un répit. Respire doucement. Essaye de respirer.
Doucement, les liens qui bloquaient ses mouvements se firent plus lâches avant de petit à petit glisser sur ses bras et délivrer enfin la jeune fille. Dans un réflexe presque instinctif, Edelweiss reprit une grande bouffée d'air alors que sa larme coulait toujours contre sa joue. Si doucement qu'elle la sentait à peine et pourtant, elle savait qu'elle avait pleuré. Elle qui ne pleure jamais. Ni en publique. Ni en solitaire. Les larmes ont tant de mal à monter d'habitude, peu importe à quel point son cœur a mal. Alors... pourquoi aujourd'hui? Elle se sent mal à l'aise. Embarrassée de s'être montrée si vulnérable. Que doit-elle faire pour rattraper la situation? Peut-elle seulement la rattraper? C'est alors que, sans un bruit, elle sentit quelque chose de doux effleurer sa joue. La main de Nia s'était posée sur son visage et, délicatement, elle essuya cette larme en glissant simplement son pouce sur sa peau. La jeune fille n'osait pas regarder sa colocataire mais, en son for intérieur, cette attention l'étonna. Tant de gentillesse et de bienveillance semblait émaner d'elle. Un geste de tendresse comme elle en connaissait peu. Comme elle l'avait rarement ressentit à son égard ces dernières années. Comme elle aurait peut-être aimé qu'on lui accorde. Et, d'un coup, elle se sentit envahie d'une sensation douce et apaisante. Qu'est-ce donc? De la joie? De la reconnaissance? De l'attendrissement pour Nia qui l'avait pourtant humiliée quelques minutes plus tôt?

- Tu n'es plus toute seule Edelweiss. Tu peux déjà compter Melody et moi dans ton entourage. Et il y en a sûrement d'autres. Tu as aussi ton oiseau. Certes il ne peut pas faire autant de choses que nous mais il reste toujours à tes côtés quand même, adressa sa colocataire avec gentillesse.

Tu n'es plus toute seule Edelweiss. Se sont les mots qui résonnaient le plus dans son esprit et qui essayaient de s'imposer à elle comme pour chasser toutes ses pensées encombrantes. Tu n'es plus toute seule Edelweiss. Se sont les mots auxquels elle veut se raccrocher, auxquels elle veut croire. A-t-elle le droit de se permettre ce souhait? Oui... Dès son arrivée, ni ses colocataires, ni son partenaire ne l'avaient jugé sur ses origines. On lui avait déjà démontré de l'intérêt et elle pense apprécier certaines personnes. Elle a le droit. Elle a enfin le droit d'avoir des amis...
Nia retira sa main, un sourire doux sur le visage, avant de tendre à nouveau le thermos. Elle tient vraiment à ce qu'elle boive. On dirait qu'elle tient vraiment à ce qu'elle aille mieux. Elle.. Elle veut son bien.
La fatigue l'empêche de prendre le thé, entravant ses mouvements. Pourtant elle aimerait répondre à sa colocataire, faire honneur à sa générosité mais elle n'y arrive pas. Alors, la jeune fille regarda un instant Nia au travers ce filtre humide qui commençait à se former sur ses yeux. Une bouffée d'émotion la prit soudainement au cœur dans un frisson. Tu n'es plus seule Edelweiss.

- Je... J'ai toujours voulu avoir des amis.. souffla-t-elle avant de porter avec précaution sa main sur ses yeux, Mais je ne sais pas.. comment m'y prendre... Et.. C'est nouveau alors..

De nouveau, les mots se bloquèrent dans sa gorge alors que son émotion montait à ses yeux. Elle ne sait pas si elle est touchée, triste, heureuse ou qu'un mélange de tout ce qu'elle ressentait se manifestait enfin. Après tant de temps à repousser ses sentiments. Après tant de temps à contrôler ses émotions.

- Merci...

C'est tout ce qu'elle trouva à dire avant de se mettre à pleurer.


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Nia Jones
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 124
Inscription le : 25/11/2017
Né(e) le : 07/05/2000
Age : 18
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Alone
Personnage sur l'avatar : Erza Scarlet - Fairy Tail
Péché(s) :
  •  Envie 

Commentaire/citation : Nia écrit en #ff3333
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t31-doctor-who-a-eu-des-descendants-a-son-insu-8d#56 http://sin-theatre.forumactif.com/t42-journal-de-nia#89 http://sin-theatre.forumactif.com/t76-dossier-scolaire-nia-jones

Ven 27 Juil - 16:31
J’avais libéré ma colocataire de ses liens après avoir su pourquoi elle refusait tant de se reposer. Une réponse dont je pouvais tout-à-fait comprendre le sentiment ressenti. C’était un sentiment douloureux et il faisait d’autant plus mal lorsque nos efforts n’étaient pas récompensés. Je rangeai les collants qui avaient servi à la saucissonner et revins ensuite vers elle. Je lui essuyai la larme dans le même temps et la rassurai. Elle n’avait pas besoin de faire autant d’efforts pour être parfaite ou ne plus subir le rejet. Du moins pas ici. Elle pouvait déjà compter ses colocataires et son oiseau dans son entourage. On l’acceptait telle qu’elle était. Et puis il y en avait aussi d’autres mais ceux-là je ne pouvais pas les citer, je ne connaissais pas toutes les personnes qu’elle côtoyait.

J’étais forte pour dire de belles paroles comme celles-ci. J’étais moins forte pour les mettre en pratique. Je reproposai du thé chaud, l’air de rien, à Edelweiss en espérant parvenir à la convaincre de boire ne serait-ce qu’une gorgée. Ca lui permettrait de l’aider à se remettre en forme. Je reposai toutefois le thermos en voyant une chose nouvelle venant de ma colocataire. Cette fois ce n’était pas qu’une larme qui sortait mais bel et bien plusieurs. Je l’écoutais avec attention et au fond de moi, j’hésitais un peu à rire. Non pas par moquerie. Mais parce que cette chambre avait regroupé les trois filles les plus quiches pour se faire de véritables amis. Melody utilisait souvent sa popularité, elle jouait avec eux, etc mais pour se faire de vrais amis, elle était aussi ignorante qu’Edelweiss. Et moi ? Et bien je n’étais pas mieux. J’allais vers les autres, je leur parlais mais sans plus. Aucun vrai ami. Aucune des trois ne savait vraiment comment s’y prendre.

♀ Pas de quoi Edelweiss.

Je la laissais pleurer un bon coup. Retenant moi-même la plupart de mes émotions, je savais que ce n’était pas bon de le faire trop longtemps. Parfois il fallait relâcher la pression et pleurer faisait du bien de temps en temps. Je m’assis sur le bord du lit et utilisai la même technique qu’avec Dave quand ce grand con se décidait à lâcher les larmes. Je pris gentiment Edelweiss dans mes bras, tout contre moi et lui caressais la tête avec douceur. J’avais parfois des manières radicales pour obtenir quelque chose mais je savais aussi être douce envers une personne. J’étais nulle pour avoir de vraies relations amicales, pourtant grâce au fait d’avoir un frère et de bien m’entendre avec lui, j’avais pu acquérir quelques réflexes utiles pour calmer une personne qui m’était proche. J’essayai de changer les idées à ma colocataire en lui faisant part de la petite pensée qui m’avait traversée l’esprit tout à l’heure.

♀ Tu sais Edelweiss, j’crois que t’es tombée sur la meilleure chambre qu’on pouvait t’offrir. Ici personne ne peut te blâmer pour le fait de ne pas savoir comment te faire des amis. Melody et moi ne sommes pas plus douées que toi, même si les apparences tendent à montrer le contraire.

Je pouvais bien lui confier ce genre de chose. En temps normal je ne l’aurais dit à personne mais je pouvais faire confiance à Edelweiss. Elle n’était pas du genre à crier sur tous les toits les secrets qu’on lui confiait. Cependant ce qui me préoccupait le plus pour le moment, c’était de lui changer les idées et de lui montrer que même ceux qui paraissaient forts, pouvaient avoir des faiblesses. Melody et moi n’allions certainement pas nous moquer d’elle si elle avait des lacunes quelque part. Au contraire on l’aiderait. On resterait présentes pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 308
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Jeu 2 Aoû - 16:29


Besoin d'une infirmière ?




Comment faire pour arrêter de pleurer? Pourquoi fallait-il que cette situation arrive devant quelqu'un? Quitte à craquer, la jeune fille aurait encore préféré que cela arrive alors qu'elle est seule. Sans personne pour la voir, s'apitoyer ou la consoler. Gérer simplement cet état désagréable comme elle le souhaitait. Comme elle le pouvait. Ne pas se sentir jugée. Seulement oppressée par ses propres sentiments. Ne montrer ses faiblesses qu'à son miroir... Est-ce la fièvre qui la rend plus émotive? Elle l'ignorait et ne comptait pas se poser la question plus longtemps. Sa tête tourne légèrement alors que ses émotions si longtemps enfouies en elle remontent à la surface aussi violemment qu'une tempête silencieuse et pourtant insupportablement présente. Si présente qu'elle avait besoin de déborder, se traduisant par ces larmes sur ses joues. Weiss avait tenu si longtemps sans se plaindre. Elle avait été capable de garder ça pour elle, de l'échouer dans son inconscience et de rester le bloc de glace que tout le monde voyait. Alors pourquoi ne pouvait-elle pas le faire maintenant? Pourquoi fallait-il que ça lui arrive alors qu'elle est entourée? Vulnérable...

*Calme-toi Edelweiss.. Nia ne va pas se moquer de toi..*

Les paroles de Juwelen résonnèrent dans son esprit si fort qu'elles chassèrent toutes ses autres pensées parasites. Mais d'une certaine façon, son mal de tête reprit de plus bel et la fièvre lui semblait plus virulente. Envahit de chaleur et de frissons glacés, la jeune fille ne savait pas quoi faire pour se sentir bien. Et les sanglots n'aidaient pas à se calmer... Mais l'oiseau avait peut-être raison? Bien qu'ayant usé de moyens embarrassants pour la clouer au lit, Nia avait agit pour son bien depuis tout à l'heure, n'est-ce pas? Elle avait essayer de la rassurer, sans la blâmer, et veillait sur son état alors même qu'elle aurait pu la dissuader de part son comportement peu coopératif..  

Et même en imaginant que Nia soit bienveillante, il fallait qu'elle se calme. Elle ne veut pas lui imposer cet état de crise plus longtemps d'autant plus qu'elle devait être mal à l'aise de n'être que spectatrice. Aussi, la jeune fille porta ses mains à son visage pour essuyer ses larmes, soufflant un grand coup pour retrouver le contrôle sur sa respiration et la faire devenir plus lente. C'était difficile, sa gorge lui brûlait et se serrait alors que sa tête tournait de plus bel. Mais, doucement, elle parvenait à apaiser ces pleurs. C'est alors qu'elle sentit quelque chose de doux l'envelopper. Surprise, elle rouvrit les yeux pour regarder Nia en train de l'enlacer et caresser gentiment ses cheveux. Qu'est-ce que...? Instinctivement, son corps se figea. Se crispa même. C'est.. étrange. Hormis ses cousines, Weiss n'avait pas l'habitude d'être dans les bras de quelqu'un et la sensation lui était presque inconnue. Entre le malaise et l'incompréhension... Elle ne savait pas si elle devait être touchée par la tentative de réconfort de sa colocataire ou bien embarrasser qu'elle lui pointe encore plus son état de faiblesse par ce geste. Mais, la fièvre opérant, elle ne trouvait pas la force de la repousser et se laissa donc cajoler. Si elle se sentait d'abord assez mal dans cette position, elle finit par se détendre. Peu, mais se détendre tout de même. C'est alors que Nia reprit la parole doucement.

- Tu sais Edelweiss, j’crois que t’es tombée sur la meilleure chambre qu’on pouvait t’offrir. Ici personne ne peut te blâmer pour le fait de ne pas savoir comment te faire des amis. Melody et moi ne sommes pas plus douées que toi, même si les apparences tendent à montrer le contraire.

Alors.. Elle aussi n'y connaissait pas grand chose aux relations humaines? Concernant Melody, ça peut-être logique d'un certain point de vu. Pour l'avoir un peu observé et parler avec elle, il est presque certain que le social est quelque chose de plus difficile pour elle qu'il n'y parait. Certes, elle suscite l'attention et l'admiration de son entourage mais de véritables liens sont bien plus complexes à créer qu'elle ne voudrait le faire croire. Elle le lui avait même clairement dit si sa mémoire est bonne... Cependant, Weiss ne l'aurait pas envisagé pour Nia. Elle qui parle avec tant d'aisance, plaisante sans retenue et n'a pas peur d'aller vers les gens... Comment une fille comme elle ne puisse pas avoir de véritable ami? D'autant plus qu'il s'agit de sa ville de naissance, où elle a assez vécu pour en connaître tout les recoins. Alors comment est-ce possible? Si même Nia est dans cette position, est-ce que cela veut dire que la situation de Weiss est une cause perdue? Elle qui n'a même pas assez d'assurance ou d'intérêt à engager la conversation avec ses colocataires... Mais peut-être que, toutes les trois, elles pourraient s'entraider? Puisqu'elle vivent ensemble et se voit chaque jours, elles devraient être capable de tisser des liens véritables, non?

La jeune fille reposa doucement sa tête contre l'oreiller, regardant un petit instant dans le vide tandis que Nia lui caressait toujours les cheveux. Oh..? Maintenant qu'elle y pense, omettant Léandre, elle est la seule à l'appeler par son prénom complet. Même si Weiss lui avait donné la permission d'utiliser un diminutif, elle faisait tout de même l'effort de ne pas le raccourcir. C'est.. touchant. De son point de vu ce doit être rien ou normal mais pour celui de la jeune fille ça n'avait rien d'anodin. En France, elle avait l'habitude qu'on ne la nomme jamais en entière, qu'on diminue, réinvente ou écorche son prénom alors, l'entendre de nouveau complètement lui provoquait une joie qu'elle n'aurait même pas soupçonné. C'est plaisant. Vraiment plaisant de se sentir reconnue entièrement. Peut-être que ça ne veut rien dire pour Nia, peut-être que ce n'est qu'une question de principe pour elle, mais Weiss le vivait comme une acceptation. Comme si elle redécouvrait son propre nom..

Doucement, elle porta sa main vers Nia pour prendre timidement le tissu de son haut entre ses doigts. C'est sûrement maladroit mais c'était sa façon de lui rendre son étreinte. Et puis elle voulait lui montrer qu'elle l'acceptait en dépit de son ligotage de tout à l'heure, ainsi, elle reprit la parole pour essayer de l'exprimer bien que maladroitement.


- Nia, dis? Est-ce que.. Enfin.. Je veux bien un peu de thé.. murmura-t-elle en détournant un peu le regard, presque complexée de faire ainsi un pas vers elle. Elle n'a pas l'habitude et ignore ce que ça va donner mais elle veut se rapprocher un peu de sa colocataire. Apprendre à mieux la connaître. La remercier.


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Nia Jones
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 124
Inscription le : 25/11/2017
Né(e) le : 07/05/2000
Age : 18
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Alone
Personnage sur l'avatar : Erza Scarlet - Fairy Tail
Péché(s) :
  •  Envie 

Commentaire/citation : Nia écrit en #ff3333
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t31-doctor-who-a-eu-des-descendants-a-son-insu-8d#56 http://sin-theatre.forumactif.com/t42-journal-de-nia#89 http://sin-theatre.forumactif.com/t76-dossier-scolaire-nia-jones

Mer 8 Aoû - 23:16
Je n’avais jamais vu Edelweiss aussi abattue. J’ignore si c’est sa fièvre qui lui permettait de relâcher autant la pression, ou si elle avait juste atteint ses limites, mais je la laissais faire. Elle en avait besoin. Tout ce que je pus faire, c’est la prendre contre moi et la cajoler dans le but de l’apaiser. Je ne disais rien sur le moment. Je n’étais pas très douée pour ce genre de chose. Puis j’eus l’idée de lui faire penser à autre chose pour lui faire oublier ses peines. Du moins, c’était mon intention. Je ne savais pas si ça fonctionnerait ou non. J’espérais évidemment que ce serait le cas.

Je lui parlais alors sur un ton amusé de l’équipe qu’on formait dans cette chambre. Trois filles aux caractères bien différents mais toutes avec un point commun. Aucune ne savait réellement comment se créer des amitiés. L’une flattait son propre égo en vivant sa vie de fille populaire, l’autre fuyait un peu les gens et la dernière, bien qu’extravertie, ne savait même pas avoir de vraies relations sociales. C’était bien quelque chose que je gardais secret en général. Imaginez les réactions des autres en apprenant que l’une des filles les plus extravertie de l’institution, était en fait incapable de se faire des amis. Tout ce que j’avais c’était des connaissances autour de moi. Juste de quoi pouvoir rire ou rager. Rien qui ne parvenait cependant à combler le vide en moi.

En connaissant ce détail sur les trois, il n’était donc pas difficile pour l’une ou l’autre de comprendre ce que pouvait ressentir les deux autres. La solitude était bien présente au fond de nous même si on le cachait. Néanmoins ce serait aussi plus facile pour les trois d’avoir un lien maintenant que j’y pense. Nous savions à quel point cela pouvait être douloureux alors évidemment on ne le souhaitait à personne de vivre un truc pareil.

Je laissais ma colocataire se remettre à son aide sur le lit mais je lui caressais toujours les cheveux. Ca semblait faire son effet sur la jeune fille. Elle avait l’air déjà plus calme depuis qu’elle avait pu laisser couler des larmes en cascade. Je continuais ainsi jusqu’à ce que je sente quelque chose agripper doucement mon t-shirt. Je baissai les yeux pour voir la main timide d’Edelweiss avant de relever mon regard sur le visage de ma colocataire. La voilà qui me demandait du thé. Elle allait enfin boire quelque chose. Ca faisait plaisir à entendre.

♀ Bien sûr.

Je me redressai légèrement, repris le thermos et versai un peu de thé dans le gobelet. Je le tendis ensuite à la demoiselle pour la laisser boire à son aise. Le fait que ce soit moi qui lui tienne le gobelet pour la faire boire avait semblé la déranger. Je ne prenais pas ce risque cette fois. Je posai ma main sur son front afin de vérifier sa température. Elle était encore fiévreuse, ce qui était normal, ça ne baissait malheureusement pas en un claquement de doigts. Néanmoins si elle se reposait bien, elle devrait pouvoir être sur pieds le lendemain mais elle devrait tout de même se ménager. Je retirai ma main en souriant.

♀ Je pense que d’ici demain ta fièvre sera bien tombée si tu te reposes bien. Il faudra tout de même te ménager durant deux ou trois jours pour éviter une éventuelle rechute. Sinon je te saucissonne à nouveau.

Je lui fis un clin d’œil taquin à la fin en gardant mon sourire. Je ne comptais pas la saucissonner, cette fois c’était bien une plaisanterie. Je restais toutefois sérieuse pour le reste. Elle devait vraiment se ménager deux ou trois jours sinon elle risquait la rechute.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 308
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Mer 15 Aoû - 22:07


Besoin d'une infirmière ?




Son élan de timidité la laisse un peu incertaine quant à la suite des événements. Elle a conscience d'être plutôt maladroite voire ingrate de réclamer le thé seulement maintenant alors qu'on le lui avait déjà gentiment proposé tout à l'heure et que cette attitude un peu princesse pouvait être désagréable vu de l'extérieur. Elle fait vraiment sa difficile... Pourquoi se comporte-t-elle de la sorte au juste? Ses pensées et sa logique lui crient la bonne démarche à suivre pour paraitre la plus parfaite possible même dans un état de crise alors... est-ce la fièvre qui laisse filtrer ses envies ou sa spontanéité sans les faire passer par la raison? C'est terriblement agaçant...

- Bien sûr, répondit gentiment Nia tout en se redressant un peu.

Elle étira le bras pour attraper le thermos, desserrant l'étreinte par la même occasion, avant de l'ouvrir et de verser un peu de thé dans le couvercle. Puis elle le tendis à la jeune fille tout en lui offrant un petit sourire encourageant. Edelweiss lâcha donc le vêtement de sa colocataire pour tendre les mains vers le récipient, le prenant avec la plus grande des précautions dans ses paumes. Ses forces la quittent un peu trop rapidement à son goût et elle a peur de faire tomber l'objet ou renverser du liquide sur le lit. Ça serait embêtant... Ainsi, dans une extrême douceur et lenteur, elle porta le bord du couvercle à ses lèvres pour boire quelques gorgées. Hum..? On dirait bien qu'il y a du miel dedans. Ou du moins, il y a quelque chose de sucré..

Une chaleur étouffante se diffusa soudainement un peu plus fort en même temps qu'un frisson lui mordait le dos et les épaules. Elle aurait presque l'impression de trembler de froid... Peut-être que la chaleur de sa boisson avait relançait le processus de fièvre? Mais peu importe. Au fond, elle savait que cela ne pouvais que lui faire du bien alors elle fit en sorte de finir le contenu du couvercle. Retirant le récipient de ses lèvres en poussant un petit soupire, elle reposa sa tête sur l'oreiller tout en fermant les yeux. C'est alors qu'un contact se posa sur son front. La main de Nia pressait dessus, sûrement pour vérifier sa température. Mais pendant un instant, Weiss eut l'impression que toute la chaleur qui pouvait émaner de son front se retrouva comprimée et compressée dans la paume de sa colocataire et un semblant de tournis s'immisça dans sa tête.

- Je pense que d’ici demain ta fièvre sera bien tombée si tu te reposes bien, dit-elle en retirant sa main, Il faudra tout de même te ménager durant deux ou trois jours pour éviter une éventuelle rechute. Sinon je te saucissonne à nouveau.

La jeune fille rouvrit les yeux à demi ce qui lui permit de remarquer son petit clin d’œil taquin accompagné de son sourire. Elle a... l'air de plaisanter cette fois ci mais dans le doute, Weiss songea qu'il valait mieux ne pas la tenter. Inutile de prendre un risque inutile et puis elle n'était pas une personne provocante de nature. Elle se contenta donc de hocher la tête pour acquiescer avant de reprendre une lente respiration et s'installer plus confortablement sur son lit. Enfin... Confortablement était un bien grand mot. En effet, en situation de mal être, la plupart des positions apparaissent comme désagréables.
Le simple fait de bouger semblait avoir aspirer le peu d'énergie qu'il lui restait. La jeune fille se sentait horriblement fatiguée tout d'un coup alors qu'elle aurait aimé parler un peu plus avec sa colocataire. C'est bête... C'est vraiment dommage. Mais peut-être que, si elle essaye de lutter un peu, elle pourrait tenir encore éveillée?

- Merci de t'être occupée de moi Nia.. Et.. merci de m'avoir parler un peu, souffla-t-elle en fermant les yeux.

Elle a vraiment du mal à garder sa conscience réveillée... Elle a l'impression de sombrer doucement mais sûrement vers des profondeurs sombres et glacées alors elle resserra légèrement ses mains sur le draps comme si cette action l'empêcherait de couler.

- Je serai heureuse de compter parmi tes amies... Et je ferrai de mon mieux pour que notre relation soit agréable.

C'est sincère mais dire à voix haute ces mots en particuliers lui faisait vraiment un drôle d'effet. Elle a si peu l'habitude de parler d'amitié ou même d'exposer ses pensées de la sorte. La fièvre doit la rendre plus loquace. Sûrement...


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sin Theatre :: 
Au sol
 :: Dortoir principal :: 1er & 2e : Chez les filles :: Chambres
-
Sauter vers: