Sin Theatre


 

Une silhouette dans l'ombre

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Apparitions : 27
Inscription le : 13/04/2018
Commentaire/citation : Ce compte PNJ peut être utilisé par les membres sur demande à l'administration. Il n'a comme autorisation de base de poster que dans les sections "Essentiels" et "Gestion des rps", vous devez donc demander un déverrouillage du sous-forum où vous souhaitez l'utiliser.
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 13 Mai - 22:59
La Carling Brixton Academy. L'une des plus grandes salles de concerts de la ville de Londres. Vous êtes descendu dans son sous-sol, guidé par des indices. Une voix vous accueille quand vous poussez le battant.

- Oh, des petits visiteurs ? Approchez, approchez. J'imagine que vous êtes là parce que vous avez trouvé mes messages.

La porte devant vous s'est ouverte sur des loges sombres, dont vous semblez résolument incapables d'allumer la lumière malgré vos tentatives sur les différents interrupteurs. Vous avez trouvé cet endroit après avoir remonté les différentes pistes laissées par les monstres et de mystérieuses apparitions. Le couloir et les loges alentours sont immenses mais semble vides, en dehors d'une silhouette dissimulée dans l'ombre. Est-ce votre cible ? Vous ne le saurez qu'en approchant... Si vous parvenez à vous approcher.

Nul doute que la zone est piégée. Que la personne responsable finira par vous envoyer des monstres avant que vous ne puissiez l'atteindre, ou en tout cas avant que vous ne puissiez la blesser. Allez-vous l'approcher ? Discuter pacifiquement ? Attaquer par surprise au risque de tomber dans un piège ou de vous faire agresser par une de ses créatures ?

Plusieurs mètres de couloir s'étendent devant vous. Des loges de chaque côté. Des dangers pourraient surgir de n'importe où. Peut-être vaut-il mieux attendre d'avoir réuni vos troupes avant d'avancer dans cette zone... il y a peu de chances que vous y parveniez entièrement seul.
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 390
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année / Déléguée de classe des 3°A
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Jeu 17 Mai - 3:15
Edelweiss L. Wintenberger
Pâques 2018 - Event "Magical"





Une silhouette dans l'ombre




Cela faisait quelque temps qu'Edelweiss cherchait une réponse à ce mystère. Son esprit scientifique, bien que mit à mal par toute cette histoire de magie, ne pouvait s'empêcher de vouloir faire la lumière sur ces événements. Ainsi, la jeune fille avait décidé de mener une enquête de "terrain" en faisant preuve de la plus grande des prudences. Elle savait bien que chaque apparition de monstre était susceptible d'apporter une nouvelle pièce à ce puzzle grotesque mais, ne pouvant prédire leur localisation, elle se contentait souvent d'inspecter les lieux après chaque bataille. Ce qui, en soi, n'était pas pour lui déplaire... En effet, pour avoir déjà croisé cette silhouette de près lors de la transformation du facteur en chèvre de combat, elle était plutôt soulagée de ne pas avoir à se retrouver face à elle. Bien sûr, elle était consciente qu'elle ne pourrait jamais éviter cet affrontement si elle parvenait à comprendre le fin mot de cette histoire mais elle préférait tout de même être en présence le moins souvent possible...

En général, elle partait en "mission" lorsque ses colocataires étaient absentes. Melody et Nia étaient bien trop protectrices avec elle pour cautionner ce genre d'enquête potentiellement voire réellement dangereuse et son but n'était pas de les inquiéter. Cela étant, elle ne pouvait abandonner ses recherches. Et pourtant... Elle n'aurait peut-être pas du se lancer dans cette idée stupide, à se balader à gauche, à droite, obnubilée par cet objectif qu'elle s'était fixée. Si elle avait été là, peut-être que... La jeune fille souffla un grand coup, repensant à Nia. Elle n'aurait pas du sortir ce jour là. Elle aurait du rester avec elle. Et peut-être qu'elle aurait pu lui éviter ça. La voir blessée à l'infirmerie était tout bonnement insupportable! Ses côtes et maintenant sa jambe... Même si des os fêlés ou cassés se répareraient avec le temps elle ne pouvait s'empêcher de se sentir terriblement mal. D'un certain côté, elle se croyait coupable de ne pas avoir été là pour assurer ses arrières. Après tout, en étant deux contre l'une de ces créatures, nul doute qu'elles l'auraient vaincu sans trop de problème. Mais elle se sentait également impuissante... Si elle n'était pas redevenue humaine, si elle n'avait pas perdu ses pouvoirs, elle aurait au moins pu la soigner... Enfin, elle était aussi en colère. En colère contre l'instigateur de tout ceci.

Je te promets de le faire cesser.

De tels agissements ne pouvaient rester impuni! Depuis sa visite à l'infirmerie, Edelweiss avait une motivation nouvelle dans sa tâche. Étant donné les circonstances, elle s'en serait sincèrement passée, mais maintenant elle se sentait comme transportée par une envie de rendre justice. C'est étrange... Jamais elle n'avait porté autant d'intérêt au bien être d'une personne. De plusieurs même. Nia s'était retrouvée clouée à un lit de l'infirmerie mais ça aurait pu être Melody, Naomi ou bien Léandre. Et ça, elle ne le veut pas. C'est bien la première fois qu'elle s'inquiète autant pour autrui... C'est une forme d'amitié, n'est-ce pas ? Est-ce qu'elle considère toutes ces personnes comme ses amis ? Tu es stupide Weiss. Vraiment stupide! Arrête d'écouter ta raison embrumée par l'hésitation et laisse parler ton cœur. Pour une fois... Un nouveau soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle parcourait les lignes de son petit carnet de note, pensive. Oui, c'est vrai qu'elle leur porte à tous une tendresse particulière qu'elle n'avait pas ressenti pour ses camarades de collège. Ce n'était pas aussi fort que son affection pour ses cousines et sa famille mais un sentiment proche de l'amitié germait en elle depuis quelque temps...

Je dois les protéger.

Même si elle se sait fragile et sensible, même s'ils la prennent tous comme un pauvre petit être qu'il faut préserver, elle ne veut pas être un fardeau. Elle ne veut pas qu'il leur arrive quelque chose pour soit disant la protéger. Il est temps d'être un peu courageuse et de prendre les devants... Elle retourna son attention sur ses notes pour essayer de les assembler et... Elle ouvrit un peu plus les yeux, faisant glisser son doigts sur les différentes informations comme si un éclair de génie venait de s'abattre sur son esprit. Mais bien sûr ! Pourquoi ne s'en était-elle pas aperçu plus tôt? Tu es si lente Edelweiss!

Sans plus attendre, elle empoigna son cadrant étoilé, seule arme disponible lui évitant de courir vers sa mort, et sortit de la chambre. D'un pas vif, elle traversa le couloir en direction des escaliers mais sa marche ralenti petit à petit. Il ne faut pas qu'elle se précipite. Si elle fonce tête baissée sans un plan, nul doute que sa victoire serra compromise. Le responsable ne devait pas être prit à la légère, il sera sûrement bien plus puissant que les monstres déjà affrontés jusque là. Respire, réfléchis, fais demi-tour. Si elle y va toute seule, elle foncerait vers une défaite évidente et il en est hors de question. Elle ne peut se permettre de se retrouver à l'hôpital pour une erreur de jugement. Elle tourna donc les talons en se mordillant nerveusement l'ongle de son pouce, approchant de la chambre de Léandre. Il lui faut de l'aide. Est-ce qu'elle peut se permettre de l'impliquer cela dit? Un gros dilemme s'imposa à son esprit alors qu'elle était déjà face à la porte. Puis, elle finit par toquer. Personne. Et sur son portable? Pas de réponse non plus. Elle soupira presque de soulagement. Bizarrement elle était heureuse de ne pas avoir la responsabilité de l’entraîner dans cet idée risquée... Tant pis. Elle irait seule. De nouveau décidée, bien que terriblement angoissée, elle reprit la direction de la cour. C'est là qu'elle croisa Melody qui remarqua immédiatement son air pressé, cadrant magique à la main, carnet dans l'autre, et ne se fit pas prier pour la questionner. Cédant finalement sous la pression, elle lui expliqua sa trouvaille après quoi sa colocataire lui annonça qui était hors de question qu'elle y aille seule. La logique réclamait effectivement la même chose mais son angoisse s’accroissait de savoir Melody avec elle. Et si elle était blessée elle aussi? Et puis les choses s’enchaînèrent très vite. D'une façon que Weiss n'arrivait pas tout à fait à s'expliquer, elle se retrouvait à appeler Naomi sur son téléphone pour lui exposer les faits avant de décider de se retrouver au portail de l'école. C'est pas vrai... Voilà qu'elle les avait toutes les deux impliqué... Pourvu que tout se passe bien. Pourvu que personne ne se blesse.

Alors, elle guida ses deux amies à travers Londres pour les mener à Brixton puis à cette immense salle de concert, La Carling Brixton Academy. L'atmosphère lui semblait terriblement pesant. Elle voyait le bâtiment la dominer et une boule se forma dans son ventre. Si elle avait vraiment vu juste, elles ne pourraient plus reculer une fois à l'intérieur. Elle en viendrait presque à espérer s'être trompée...

- Melody, Naomi je.. Je ne veux pas que vous soyez blessées.. Alors, si mon hypothèse est la bonne, si nous y sommes véritablement, promettez-moi d'être prudentes.. D'accord? dit-elle en baissant légèrement les yeux vers le sol.

Elle leur aurait bien imposé une autre condition. La condition de l'écouter si elle disait qu'il fallait fuir, jugeant le combat trop dangereux. Mais elle ne s'en sentit pas la force. Après tout, remontées comme elles pouvaient l'être, elles ne risquaient pas de l'écouter. Et puis, Edelweiss voulait croire à leur victoire...

Le petit groupe franchit finalement la porte d'entrée mais leur destination ne s'arrêtait pas à la scène de cette salle de spectacle. Elle allait plus loin. Dans les sous sols, si la jeune fille avait interprété correctement les indices. Les loges et les longs couloirs étaient plongés dans le noir tandis que le silence presque sacrale finit par se briser.

- Oh, des petits visiteurs ? Approchez, approchez. J'imagine que vous êtes là parce que vous avez trouvé mes messages.

Si pendant tout le trajet elle avait ressenti de la peur. Si elle avait d'abord été terriblement anxieuse, un nouveau sentiment commençait à s’emparer d'elle. C'est lui. Aucun doute possible. Les monstres, les dégâts matériels, les blessés.. Tout était de son fait. Edelweiss prit un moment pour respirer avant de se transformer, serrant son cadrant dans sa main. Elle savait que des pièges ou d'autres monstres bloqueraient la route qui menait à elle, simple silhouette masquée par l'ombre d'un long couloir. Elle savait aussi garder son sang froid et ses idées claires, en apparence. Mais, malgré tout, une flamme crépitait dans sa poitrine. Alors elle pointa son sceptre vers leur adversaire en signe de défi.

Je suis furieuse.


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Laverny
BB |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 377
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 10/02/2002
Age : 16
Nationalité : Français-Finlandais
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t96-la-musique-est-la-langue-des-emotions http://sin-theatre.forumactif.com/t98-je-me-souviendrais-de-ton-visage#323 http://sin-theatre.forumactif.com/t204-bulletin-de-leandre http://sin-theatre.forumactif.com/t131-le-club-de-musique#528

Lun 21 Mai - 15:47
Léandre Laverny
Pâques 2018 - Event "Magical"


Une silhouette dans l'ombre
Avec
team magical



Léandre se massa l’arrête du nez devant le La Carling Brixton Academy. Tout cela n’avait aucun sens. Il y a quelques heures, le finlandais avait trouvé une sorte d’indice, comme un jeu de piste, qui devait le conduire quelque part. Sous les conseils de sa mascotte, le jeune homme s’était prit au jeu. Il s’avère être même très doué pour ces devinettes grotesques et trouvé finalement le lieu de « rendez-vous » du maitre de jeu.

Léandre aurait pu refuser, retourner à sa vie d’étudiant paisible. Et le fait d’avoir perdu sa race magique lui avait permis de faire des vidéos conférences avec sa famille, lui redonnant le sourire automatiquement. Maintenant, une impression étrange lui nouait l’estomac. Le fait que cette boule de poile insistait lourdement voulait certainement dire qu’il s’approchait de la fin, du but final.
Mais Léandre ne voulait pas que tout ça s’arrête. Mine de rien, il s’était attaché à ce petit compagnon bavard et gourmand. Il lui offrait une compagnie qu’il avait perdue en arrivant ici, et le finlandais ne voulait pas retourner à cette solitude où il s’était lui-même enfoncé. Et de même, si tout cela se finissait, Léandre doutait que la pierre qui avait absorbé sa magie n’allait pas se briser et le faire retourner à son état de Muse. Sa famille ne l’avait jamais vu sous cette forme, et il n’aurait plus le courage de se montrer de nouveau à eux.

Le jeune homme fit un pas en arrière, près à retourner à l’école, oublié ce jeu de piste. Mais Gõu s’éleva de son épaule pour se mettre devant lui et le regarder dans les yeux. Il était déterminé, lui, à accomplir sa mission de guide.

_Léandre, tu ne peux pas ignorer tout ces indices. Tu penses les avoir trouvé par hasard, mais moi je pense que c’est le destin !

Le jeune homme baissa les yeux vers le bas. Il avait l’impression que le Destin était un horrible personnage. Le petit chien avait beau lire dans les pensées du jeune homme, il ne pouvait pas lire dans ses sentiments et ne comprenait pas pourquoi Léandre refusait de rentrer dans ce théâtre, il prenait cela pour de la peur. Bien que le finlandais ressentait moult sentiments, il n’y avait aucune peur dans ses yeux. S’il devait tomber, il se relèverait. S’il devait se battre, il se battrait.

_Léandre, s’il te plait. Si tu n’arrête pas tout ça, la fin sera terrible. Ce n’est pas que Londres qui est en danger. Tu le sais, n’est-ce pas ?

Silencieux, Léandre releva la tête vers l’être volant. Gõu savait quoi dire pour le faire réagir, apparemment. Le finlandais repensa à son pays, à ses amis, et surtout sa famille. Il était hors de question qu’il leur arrive malheur.

L’étudiant se retourna et regarda la porte un long moment. Sa détermination et son courage prenaient un grand pas dans son flot de sentiments. Tant pis si ses proches ne pourraient plus voir son visage, tant pis s’il était seul, tant pis s’il perdait son humanité une nouvelle fois, tant que ceux qu’il aimait était en sécurité et épanouie, il était prêt à tout perdre, même la vie.

Léandre entra dans la bâtisse. Guidé par son petit compagnon volant, les deux êtres se dirigèrent vers un sous-sol que le jeune homme aurait eut du mal à trouvé seul. Il allait s’y engouffrer mais Gõu l’arrêta, lui conseillant de se transformer maintenant, au cas où il y aurait un danger, il serait prêt.
Le concerné acquiesça, il porta sa main à son pendentif et murmura les mots : « By the Power Stargazer, transform me … »

Un flot de lumière aveuglante entoura le jeune homme. Ses vêtements se mirent à briller comme un soleil avant de changer de formes, toujours dans cette lumière céleste. Ses cheveux brun devinrent dorés et se mirent à pousser jusqu’à ses fesses. Deux étoiles bleues azurs vinrent se loger dans ses yeux pour rendre son regard saphir d’un bleu clair. Un long chapeau vint se poser sur sa tête et une sorte de voile  vint cacher son visage, ne laissant que ses yeux à découvert.
Lorsque la lumière quitta ses vêtements changés, elle vint former son arme qui se logea dans ses mains. La voie lactée disparut et le jeune homme revint devant ce sous-sol.

Etrangement, sous cette forme, ses inquiétudes se dissipèrent. Il n’avait qu’une envie : mettre fin à tout ça. Téméraire ou courageux, il ne savait plus. Son arme avait le gout de la victoire. Léandre desserra légèrement son voile avant de s’engager dans le sous-sol lugubre, suivit de près par Gõu.

Léandre avançait prudemment dans la pénombre, traversant des couloirs jusqu’à une porte ouverte où le jeune homme distinguait des silhouettes.

_ Oh, des petits visiteurs ? Approchez, approchez. J'imagine que vous êtes là parce que vous avez trouvé mes messages.

Il y avait déjà du monde ici.  Et des personnes aussi colorées que lui. Nul doute qu’eux aussi avaient trouvé les indices et étaient prêts à arrêter cette aventure. Léandre resserra son cache et agrippa son arme des deux mains. Prêt pour une ultime bataille.



(c) Bethany sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Drake Corvusia
BW |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 80
Inscription le : 15/01/2018
Né(e) le : 14/03/1997
Age : 21
Nationalité : Australien
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Celibataire
Personnage sur l'avatar : Raven "Reckless Fist" de Elsword
Péché(s) :
  •  Envie 
  •  Colère 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t79-wyverne-explosive-drake-corvusia-termine

Mar 22 Mai - 0:31
Drake Corvusia
Pâques 2018 - Event "Magical"


Une silhouette dans l'ombre

Tu veux bien te dépêcher? Tu vas finir par arriver quand tout seras fini.

Fous-moi la paix, boule de poils.

L'espèce de familier qui me colle aux basques depuis la rencontre avec le monstre débile commence à me taper sur le système. Toujours à me donner tel ou tel ordre, où aller pour aider un monstre. Qu'est ce que j'en ai à faire? La seule chose intéressant dont il m'ai parlé, c'est la piste menant à l'instigateur de tout ça. Et ce type, j'aurais quelques mots à lui toucher. Concernant la phrase ridicule et la transformation tout aussi ridicule, notamment. Et puis bordel, rendez-moi mes écailles! J'aurais été tout aussi efficace avec mes poings qu'avec les espèces de cure-dent dont j'ai hérité. Seulement, j'ai du faire avec ce que j'avais sous la main.

Ces derniers jours ont vus une recrudescence de ces magical girl, boy et autre conneries du genre à travers toute l'école, qui s'auto-proclamaient défenseurs des innocents, des faibles ou autre. Bullshit total. Qu'ils continuent donc de jouer aux chevaliers blancs dans leur coin, moi j'ai autre chose à faire. Enfin.. j'ai été pris bien malgré moi dans un combat contre un montre complètement retardé et une danseuse étoile que j'ai encore envie de frapper. Je me souviens d'elle, aucun souci là-dessus.

Là, on est arrivés. Carling Brixton Academy, notre homme se trouve apparemment là-dedans. Et d'autres sont déjà présents pour aider... Tu m'écoutes?

Evidemment que non, abruti. Je pousse la porte du théatre pour être accueilli par la pénombre. Il y a pas de lumière ici. Suivant mon instinct (et un peu les indications de boule de poils) je me dirige vers le sous-sol, où il y a déjà un petit groupe de personne. Apparemment, notre opposant était le plus fort de ceux qu'on aurait pu croiser, alors je prends le temps de jauger chacun des imbéciles, affichant un sourire ironique.

J'espère que l'élite va pas tarder à se pointer, parce que c'est pas avec des types comme ça qu'on va impressionner qui que ce soit.

La voix qui se voulait impressionnante ou quelque chose du genre retentit, alors que je distingue une vague silhouette au loin. C'est lui le "grand méchant"? Rien d'impressionnant.
©️Gau
Revenir en haut Aller en bas
Tsume Montoya
BL |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 64
Inscription le : 17/03/2018
Né(e) le : 03/07/2000
Age : 18
Nationalité : Venezuelienne
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, I1
Double Compte : Daniel Wing - Elina Al Aouli
Personnage sur l'avatar : Fabiola Iglesias - Black Lagoon
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t111-tsume-a-votre-service-termine

Mar 22 Mai - 1:36
Tsume Montoya
Pâques 2018 - Event "Magical"


Je dois l'avouer, cette période est... un peu agaçante. Oui, je n'aime pas trop me changer en espèce de magicienne parce que, sérieusement, ma tenue est nulle et gênante. J'étais donc très motivée pour retrouver le responsable de tout cela, de tous ces monstres malpropres qui dérangeait mon travail et mes études, sans compter qu'ils mettaient de nombreux innocents en danger !

Je n'avais combattu qu'un seul des sbires monstrueux, je m'en souviens encore. J'étais allée sortir les poubelles, un soir, quand j'ai vu un container à pattes, avec deux bras, en train d'agresser un passant. Je n'ai pas réfléchi, agissant avec un instinct que je ne me connaissais pas car je n'aurais pas agit ainsi, je me suis jetée en avant, m'interposant entre le monstre et l'innocent, prononçant une sorte de phrase magique en tournoyant sur moi-même. Mon habituelle tenue de servante noire et blanche disparue et fut remplacée par une autre : un haut vert, avec une jupette ultra courte. Mes cheveux s'allongèrent et verdirent encore plus. Un pendentif apparu sur mon front et un... bâton un peu semblable à un balai court apparu dans ma main dominante. De mes habits normaux, il ne me restait que le short qui couvre ma culotte. J'ai regardé le monstre, lui ai cité son méfait puis écouté sa réplique avant d'entamer un dur combat magique, je ne vois pas d'autres mots, et de le vaincre finalement.

Hélas, si je suis bonne combattante, une femme de ménage douée, je n'ai pas de talent de détective ! Je n'avais trouvé aucun de ces indices censé aider le héros à trouver où va apparaître le grand vilain, ou alors, je ne les ai pas vu. J'étais donc accoudée à une fenêtre, soupirant par mon manque de compétence quand... je vis un trio de filles se rassembler. Je les connaissais de nom à défaut d'être amie avec elles : Edelweiss, Melody et Naomi. Mon instinct me souffla qu'il serait sage de les suivre et je me mis, sans réfléchir, à l'écouter. En courant, je descendis les marches de l'escalier et je sortis de l'école. Les retrouver ne fut pas long mais j'ignorais si ma présence serait la bienvenue aussi continuais-je à les suivre à distance.

Elles s'arrêtèrent devant la porte de ce qui me sembla être une salle de concert et une voix en sortie alors qu'elles ouvraient l'entrée du bâtiment.


- Oh, des petits visiteurs ? Approchez, approchez. J'imagine que vous êtes là parce que vous avez trouvé mes messages.

Edelweiss fit un pas en avant, pointant son sceptre magique vers l'ombre mystérieuse. Le geste était intimidant et troublant, venant d'une fille que j'avais cru plutôt timide. Je m'avançais, venant à la hauteur des demoiselles, ayant prononcé l'incantation juste avant, ne voulant pas trop que l'on assiste à la troublante transformation qui fit de l'étudiante que j'étais une magical girl ! Je me sentis tout aussi incapable de me retenir que celle qui porte le nom d'une fleur et prononçait des paroles digne d'un manga, moi qui n'en lit jamais, et qui, je l'espère, devait résumer ce que nous pensions toutes.

"Il est temps, maintenant, de payer pour tes crimes !"
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
BL |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 162
Inscription le : 26/11/2017
Né(e) le : 25/01/2001
Age : 17
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1
Situation amoureuse : I'm sexy and I know it ?
Double Compte : Martel, Jodie, Caindell, Niels
Personnage sur l'avatar : Hoshii Miki
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t36-l-ainee-lawford http://sin-theatre.forumactif.com/t179-i-m-more-than-meet-the-eyes http://sin-theatre.forumactif.com/t74-dossier-scolaire-de-naomi-lawford

Mar 22 Mai - 1:57
Naomi Lawford
Pâques 2018 - Event "Magical"

15 avril
2018
[Event Pâques]
Une silhouette dans l'ombre

Rp groupé

Une magie non-désirée qui poppe de nulle part, curieusement, c'est quelque chose auquel j'ai fini par m'habituer. Pas que ça m'arrive régulièrement, non, mais en deux semaines j'ai eu le temps de m'y faire. Il y a eu pas mal de monstres dans les alentours de l'école, j'ai participé à la chasse de certains d'entre eux, mais au final le plus handicapant dans cette histoire c'est que les cours sont devenus anarchique, et que mon pouvoir de téléportation me manque principalement quand je ne peux pas m'en servir pour laisser Erik sur le carreau – parce que je préfère le planter sur place quand il devient lourd. Heureusement, je ne crois pas qu'il m'ait vue une seule fois dans cette tenue rose, ou alors il ne m'en a pas parlé. La première solution est bizarrement plus tentante que la deuxième, j'avoue que l'entendre se moquer de moi à ce sujet n'a rien d'enthousiasmant.

Enfin, tout ça pour dire que j'ai fini par organiser ma vie autour de ce petit problème sans plus trop m'en préoccuper. J'ai l'habitude du changement et du chaos. Sans dire que c'est mon élément, être une fille sans pouvoir et parfaitement humaine est plus habituel pour moi que l'inverse, même si je me serai bien passée du bidule en plastique rose et des pouvoirs qui vont avec. J'ai donc repris un quotidien plus ou moins normal à éviter les monstres et à essayer de faire avec les emplois du temps instables, jusqu'à ce que Weiss me passe un coup de fil.

En clair, si j'ai bien tout compris, elle a enquêté de son côté et elle a fini par trouver l'endroit où se planque l'instigateur de cette magie rose et des monstres qui vont avec. J'avoue que je ne dirais pas non à un peu d'action ; et comme elle a sous-entendu qu'elle irait de toute façon, et qu'en prime Melody est avec elle, je ne peux pas les laisser en plan. Ce serait faire faux bond aux deux seules personnes dont je suis proche dans cette école, et je tiens trop à elles pour les laisser dans le pétrin. S'il leur arrive quelque chose parce que je n'étais pas là... Non, je ne peux pas décemment les laisser y aller seules. Alors allons-y, broche rose ridicule, il semblerait qu'on ait des méchant à écraser. Je vais leur faire passer l'envie de me faire répandre de l'amour sur le monde et de faire un implant mammaire à ma pire ennemie. Rendez-vous au portail de l'école, donc, et pour une fois j'ai fait de mon mieux pour pas être en retard. Comprendre par là : j'étais limite trop en avance. Manquerait plus qu'elles partent se jeter dans la gueule du loup sans moi pour les protéger, parce que quoi qu'en dise Melo, je commence à m'y connaître niveau protection.

Je suis les deux filles jusqu'à Brixton une fois qu'on a quitté les lieux. À vrai dire, ça me surprend que ce soit ici ; de tous les quartiers de la ville, j'aurais plutôt imaginé que notre créateur de monstres en herbe se planquerait dans une baraque de la cité cachée. Il paraît qu'il y en a plein à la surface, et qu'elle sont plutôt dures à trouver. Se cacher sous une salle de concert géante ? Soit il a décidé de se baser sur le principe du "plus c'est gros, plus ça passe", soit il voulait qu'on le trouve. Et vu que Weiss a mentionné plusieurs indices menant ici, j'opterai plutôt pour la deuxième hypothèse. Ça ne fait que corroborer encore plus l'idée que cette personne s'amuse. S'amuse avec nos vie. Il est temps de lui faire réfléchir sur la sienne.

- Melody, Naomi je.. Je ne veux pas que vous soyez blessées.. Alors, si mon hypothèse est la bonne, si nous y sommes véritablement, promettez-moi d'être prudentes.. D'accord?
- Prudence est mon second prénom.

Si Melody ne rigole pas à ça, c'est qu'elle se retient. Ce serait plutôt "imprudence", en vérité, mais je ne tiens pas à inquiéter Weiss plus que nécessaire, elle a déjà l'air assez tendu comme ça. Elle n'a pas besoin de savoir que je suis plus du genre à me jeter dans la gueule du loup armée de mes poings qu'à faire demi-tour pour trouver une hache à lui planter dans le ventre pour libérer ses précédentes victimes. Et oui je suis consciente que ma métaphore va trop loin, merci. En tout cas, les sous-sols de cette salle de concert sont vraiment creepy. Il y a vraiment des gens qui patientent ici en attendant le début de leur représentation ? Je préférerai encore dormir dans une roulotte.

- Oh, des petits visiteurs ? Approchez, approchez. J'imagine que vous êtes là parce que vous avez trouvé mes messages.

Un taré qui s'amuse, hypothèse confirmée. Quoique sa voix est tellement bizarre que je n'arrive même pas à déterminer si c'est un homme ou une fille. Dans le monde où on vit, ça n'aurait rien d'étonnant qu'il ne soit ni l'un ni l'autre. Ou les deux. De toute façon dans les deux cas le résultat est le même : à la fin, il restera soit de la bouillie de méchant, soit une nana ou un type à terre avec des armes pointées sur la tronche par une troupe de gens furieux à paillettes qui demandent à récupérer leur vie normale. Si "normale" peut s'appliquer à notre quotidien à S'Indarë (bizarrement, j'en doute). Bref ça se finira mal pour lui, qu'il soit un homme ou une femme. Je lui tirerais bien une flèche depuis l'entrée, mais je doute que ce soit si facile.
©️ Naomi
paroles en #006600
Revenir en haut Aller en bas
Connor E. Rudenstein
BL |:| Quatrième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 44
Inscription le : 29/11/2017
Né(e) le : 04/11/2000
Age : 18
Nationalité : Américain
Niveau d'études/Métier : Quatrième année / Délégué de classe des 4°A
Classe : 4°A
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : Ichigo Hitofuri - Touken Ranbu
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Envie 
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t39-donnez-moi-de-l-air-connor http://sin-theatre.forumactif.com/t126-ma-vie-de-cactus http://sin-theatre.forumactif.com/t268-dossier-de-connor-e-rudenstein

Mar 29 Mai - 1:42
Connor E. Rudenstein
Pâques 2018 - Event "Magical"




Une silhouette dans l'ombre



Date : 15 avril 2018

Je n'avais pas tenu à me mêler à ces histoires, au début. Combattre des monstres, très peu pour moi, d'autant plus que j'avais cru comprendre que ces transformations venaient d'objets étranges apparus du jour au lendemain et que le seul objet correspondant à cette définition que j'avais trouvé était une paire de boucles d'oreilles à clipser. Autant dire que je n'avais pas eu d'impulsion pour les porter, le jour où je les avais trouvées. Malheureusement, j'avais quand même eu le réflexe de les prendre pour demander à Infinity si c'étaient les siennes, et j'avais donc perdu mes pouvoirs sur le coup. Un retour à la normale bien plus pesant qu'il n'y paraît, puisque j'avais aussitôt perdu la faculté de communiquer avec une bonne partie de mes amis. On ne réalise la valeur d'une chose qu'après l'avoir perdue, et entendre soudainement mon entourage me parler dans une langue que je ne comprenais pas, ça m'avait fait un sacré choc.

L'idée de combattre ce fléau qui avait envahi la ville ne m'avait pas effleurée une seule seconde, et les boucles d'oreilles étaient posées, totalement inutilisées, sur ma table de nuit depuis deux semaines. Et puis ce matin-là, pour une raison incompréhensible, j'avais eu une pulsion presque irrépressible de les emporter avec moi avant de sortir de ma chambre, comme si pour la première fois depuis le premier avril, cet étrange sortilège avait été plus fort que moi.
Quant à savoir comment j'étais arrivé jusqu'à Brixton, c'était un peu flou. Je me souvenais avoir vu d'autres personnes s'y diriger et avoir décidé de les suivre, mais je n'arrivais pas à comprendre d'où m'était venue cette décision. Ça ne me ressemblait pas, de courir vers le danger. Mais bon, maintenant que j'étais là, autant faire les choses jusqu'au bout. Le petit groupe de filles que j'avais suivi n'était pas loin. Il ne me restait plus qu'à comprendre comment on activait ces étranges pouvoirs. C'était le prix à payer pour ne m'en être jamais servi auparavant.

Ma réponse me fut finalement fournie par un jeune homme que je vis se transformer à côté de moi. Soudain, la phrase qui me trottait dans la tête depuis deux semaines prenait tout son sens. Une formule, évidemment ! Comment avais-je pu être assez idiot pour ne pas y penser ? Je fermai les yeux. Cette phrase... c'était quelque chose comme... "I'll take a chance in this battle !"
Même ma phrase de transformation n'avait pas grand espoir que je réussisse, j'aurais presque pu trouver ça triste. Mais j'avais plus urgent comme pensée, genre réaliser que je portais un costume absolument ridicule. Est-ce que ça devait vraiment me surprendre ?

La tunique qui me servait de haut ressemblait presque à une robe, et j'en étais à m'estimer heureux de porter un pantalon en-dessous. Et des chaussures. Et je n'avais jamais été aussi blanc de ma vie, j'étais presque sûr qu'on pouvait voir mon cristal à travers le tissu ; après tout, blanc sur noir, ça ne cache jamais grand chose. Mais ridicule ou pas, je m'étais embarqué là-dedans dans un élan d'héroïsme incompréhensible, et je n'avais plus d'autre choix que d'avancer, maintenant. C'est du moins ce dont je me persuadai en rejoignant le petit groupe qui commençait à se former devant les portes.
Non, vraiment, je n'aurais jamais dû venir ici. J'avais déjà la sensation d'être une gêne, ou au moins une gêne potentielle.

(c) Bethany sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Jodie Cravery
BS |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 82
Inscription le : 01/04/2018
Né(e) le : 16/12/2000
Age : 18
Nationalité : Anglo-Irlandaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, I1 / GS Faire face au harcèlement
Situation amoureuse : Dégage
Double Compte : Martel, Naomi, Caindell, Niels
Personnage sur l'avatar : Izumi Akazawa
Péché(s) :
  •  Envie 
  •  Colère 

Commentaire/citation : (bonne chance, pour les blessures létales)
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t132-fuck-off http://sin-theatre.forumactif.com/t143-if-you-ve-got-something-to-prove http://sin-theatre.forumactif.com/t185-dossier-scolaire-jodie-cravery

Mar 29 Mai - 23:14
Jodie Cravery
Pâques 2018 - Event "Magical"

Une silhouette dans l'ombre
Rp final - event
Pourquoi je suis là ? Pourquoi j'insiste, franchement ?
Bon, en vérité, ce n'est pas bien compliqué de trouver la réponse à cette question. J'en ai marre de me prendre des murs en oubliant que j'ai perdu mon pouvoir. C'est cool, d'être vivante, mais quand on s'est habituée depuis presque deux ans à être une passe-muraille, on finit par collectionner les bleus. Je fais tellement moins attention à mon environnement qu'avant - quand on est immatérielle, les petits obstacles, on y fait pas trop gaffe - que je me cogne dans tous les petits objets qui passe. Et même si j'aime beaucoup être revenue à la vie, parce que putain ça fait du bien de ressentir des trucs aussi simple que la satiété, eh bah mon pouvoir me manque. Il y a moyen de le retrouver, je préfère tenter ma chance ; si je dois encore frotter un bleu ou nettoyer une coupure, je vais péter un plomb.

Mais bon, le problème avec "tenter ma chance", c'est que ça implique de réenclencher cette transformation débile. Je dirais même que c'est le problème majeur. Les petites ailes roses et les vêtements beaucoup trop courts pour être autorisés par la loi, c'est pas franchement mon truc, surtout si c'est pour me manger des remarques dessus. Je le retiens, celui-là. Non, j'aurais juste dû laisser les autres le faire à ma place, après tout je suis loin d'être la seule à avoir hérité d'un de ces bidules en toc. Mais bon il faut croire que je leur fait pas confiance - une chance sur deux qu'on tombe sur des gens pas foutus de faire le taf et qu'on soit coincés à vie avec cette apparence, c'est une chance de trop. C'est la peluche dégueulasse qui m'a montré que le mec responsable de tout ce bordel avait laissé des traces et des indices sur son passages, et j'ai fini par trouver sa planque.
Bon, j'admets, j'ai été un peu ingrate, je l'ai remerciée en l'enfermant dans un tiroir, dans ma chambre, mais faut dire que ça fait deux semaines qu'il me soûle, le pokemon foireux. J'en avait marre de sa tête, et de toute façon c'était hors de question que je me le trimbale en ville. C'est déjà assez humiliant de savoir que je vais devoir me retransformer à un moment ou un autre.

Et.
Et...
Comment dire... j'aurais dû m'y attendre ? Ouais, j'aurais dû m'y attendre, mais ça change pas le fait que voir ce type me donne déjà des envies de meurtre. Je peux pas, vraiment, rien que sa tête m'insupporte. C'était évident, pourtant, il avait l'air tellement enthousiaste pour castagner du monde, évidemment qu'il serait là.
Ça m'énerve quand même. Ça m'énerve à un point...

- Pourquoi il faut toujours que je tombe sur toi...

Les autres ? leur tête m'est vaguement familière, mais je prête pas assez d'attention à mon entourage pour avoir la moindre idée de leur identité. J'espère quand même qu'ils disposent d'un peu plus que de la moitié de cerveau du chanteur de boys band, sinon on est pas sortis.
J'espère qu'il y aura beaucoup de monstre, parce que j'ai soudainement les poings qui me démangent.
15 avril 2018
Je parle en #cc9966




Revenir en haut Aller en bas
Ever V. Inkraven
BS |:| Deuxième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 98
Inscription le : 18/12/2017
Né(e) le : 07/01/2003
Age : 15
Nationalité : Irlandaise
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Classe : 2°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Célib'
Double Compte : Lenaël Ehspeen
Personnage sur l'avatar : Inkling - Splatoon
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Commentaire/citation : Ever parle en #ff6666 et m'interrompt en italique.
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t57-en-cours-ever-est-dans-la-place http://sin-theatre.forumactif.com/t71-vie-d-un-calamar-conscient http://sin-theatre.forumactif.com/t91-dossier-scolaire-d-ever-inkraven http://sin-theatre.forumactif.com/t325-pic-n-draw-club-de-dessin

Ven 1 Juin - 13:10
Ever V. Inkraven
Pâques 2018 - Event "Magical"


Une silhouette dans l'ombre

ft Ever Inkraven & beaucoup de monde
le dimanche 15 avril 2018
Combattre des monstres... S'il n'y avait pas eu le T-rex et le dragon qu'elle avait matérialisés, c'est cette semaine de folie qui lui aurait fait comprendre à quel point elle trouve ça cool. Elle en viendrait presque à regretter qu'il n'en existe pas sur la planète. Peut-être y a-t-il un moyen de trouver un autre monde ou une autre planète qui en contiendrait ? Enfin, elle n'a malheureusement pas ce pouvoir, et elle doute que son pouvoir de dessin - si elle le récupère un jour - lui fournisse la possibilité de se créer un vaisseau spatial. Ou en tout cas pas un assez fonctionnel pour trouver une planète correspondant à ce qu'elle cherche et ne pas mourir de vieillesse le temps de faire le trajet. Dommage. Elle devra se contenter des bestioles magiques en espérant que ça dure assez longtemps pour qu'elle s'éclate un peu plus.
Parce qu'après tout, à quoi bon vivre si on ne peut pas s'amuser un peu ?

C'est pour ça qu'elle a collecté les indices. Participé à cette espèce de jeu, de chasse à l'homme. Parce qu'elle sent qu'il va y avoir plein de monstres sur lesquels taper sans risquer quoi que ce soit. Oh, à part peut-être sauver des gens et être vue en héroïne ce qui, étrangement, l'arrange beaucoup. Du coup, elle a remis sa couronne dans son sac avant de sortir en ville en sautillant à moitié, toute contente d'avoir trouvé la solution du puzzle. Pas parce qu'elle va récupérer son pouvoir - les capacités de création lui manquent mais les tentacules, beaucoup moins - mais simplement parce qu'elle sent venir les pièges, les monstres et les combats. Elle n'a pas encore changé d'apparence quand elle arrive sur les lieux,, elle a donc sa tête habituelle, version humaine. Sans la marque noire autour des yeux et sans les tentacules, juste avec les cheveux rasés de chaque côté de la tête.

Il y a déjà un monde fou sur place. Toutes ces personnes ont trouvé la solution, où ils ont juste suivi le mouvement ? Vu la tête déterminée de certains, tout le monde n'est pas là juste pour la perspective de se défouler un peu - et d'autres oui. Il y en a un, c'est limite écrit sur sa tête que s'il ne cogne pas sur quelque chose très vite, il "regrettera" d'avoir fait le déplacement. Un sacré mélange, tout ça.
Si ça n'explose pas à un moment ou un autre, ça sera un miracle.


Revenir en haut Aller en bas
Melody Lawford
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 176
Inscription le : 26/09/2017
Né(e) le : 14/10/2001
Age : 17
Nationalité : Britannique
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Demisexuelle
Double Compte : Erik, Lily, Malon
Personnage sur l'avatar : OC Ao'ra
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t29-la-cadette-lawford-uc#50

Sam 2 Juin - 17:00
Melody Lawford
Pâques 2018 - Event "Magical"


Une silhouette dans l'ombre
Anger


S'en est assez... C'est l'unique pensée qui m'avait effleuré l'esprit depuis notre départ de l'établissement. J'en avais assez. Assez de ces sentiments qui ne cessaient de faire irruption dans ma tête pour venir voiler chaque moment d'allégresse d'un rideau opaque.. Assez de croiser l'un de ces foutues monstres à deux livres cinquante depuis un mois ou presque.. Assez de ne pas pouvoir dormir autant que je le désirais à cause des ravages de ces bestioles.. Assez de ces fringues insupportables.. Certes j'étais heureuse de retrouver mon minois comme auparavant et mon corps dénué de ces zones rugueuses lié à ma race mais ça n'était pas suffisant pour me faire oublier mon ras-le-bol. J'en avais assez. Assez d'être impuissante.. comme avec Nia.. Repenser à la pauvre jeune fille sur son lit de l'infirmerie faisait renaître des souvenirs assez récents et douloureux ainsi qu'une rage à toute épreuve. Était-ce pour elle? Je ne crois pas.. Mon regard vint à se porter sur l'une de mes accompagnatrices, l'une des membres du MeliMelo gang - oui ce nom est prodigieux - : Weiss. Je ne parvenais pas à m'enlever de la tête ce que je pouvais ressentir à son sujet. Je n'en avais parlé à personne, pas même à ma sœur qui trônait non loin de moi. Comprendrait t-elle? Je n'en étais pas sûre. Pas après sa réaction concernant mon amie aux logs cheveux roux. Pourtant j'étais certaine désormais.. Je ne mentirais pas : j'avais essayé de lutter. Essayer de me convaincre que je me fourvoyais complètement malgré tout les indices mais sans succès. Je ne m'étais dès lors contenté de fuir le plus souvent ma chambre jusqu'à ce que ce maléfice ne vienne chambouler les états de faits. J'avais essayé de lui en parler mais sans plus de succès. Jamais le bon moment. Jamais la bonne ambiance. Jamais le courage de chasser cette boule au fond de ma gorge. C'était simplement pitoyable. Je ne valais pas plus qu'une enfant désormais : incapable de chasser ce nuage ou même de l'adopter. Esclave et demandeuse. Un soupir perça le silence avant que je ne change cette pensée en rage à l'approche des lieux.

-"C'est ici je suppose.."

La Carling Brixton Academy. Une immense salle de concert connu de tout à chacun et en son sein la cause de tout les tracas de nombreuses personnes. Est-ce vraiment de mon devoir d'intervenir avec mes amis? A vrai dire, je m'en fiche bien plus que vous pouvez l'imaginer. Je ne vois qu'une chose, une seule raison qui m'a poussé à accepter de venir. Weiss m'en a fait la demande. Après tout mes travers sentimentaux m'occupent l'esprit bien plus que les nombreuses attaques mais le besoin irrépressible de veiller sur elle n'a pas quitté mon cœur depuis cette nuit où j'ai veillé sur son combat contre les griffes de la mort. Je ne pouvais simplement refuser. Je ne pouvais faire sans la protéger elle.

- Melody, Naomi je.. Je ne veux pas que vous soyez blessées.. Alors, si mon hypothèse est la bonne, si nous y sommes véritablement, promettez-moi d'être prudentes.. D'accord?


Je n'écoute qu'à moitié les paroles de la jeune allemande, non pas que je n'y prête aucun crédit mais je ne peux lui faire cette promesse. Je sais en mon for intérieur que si la situation l'exige, je prendrais tout les risques pour elle ou pour Nao, quitte à ce que cela soit à mes dépens. Au fond de moi, je sais que rien d'autre n'importe que de me prouver que je peux avoir le courage de lui dire ces mots si simples, ces mots qui ne parviennent pas à franchir la barrière de mes lèvres, ma façade tout simplement, de peur de mettre pour la première fois mon cœur à nue et le voir déchirer en de multiples éclats d'étoiles, alors je me contente de hocher de la tête, ni par la négative, ni par la positive. Autant rester dans le flou. Comme moi avec mes pensées. Je reste alors silencieuse tandis que nous pénétrons dans l'enceinte de l'immense bâtisse, arpentant les sous-sols de la salle sans même prêter attention à l'ambiance terrifiante des lieux ou même le noir complet qui nous entourent. Ma peur du noir est bien loin derrière moi ou du moins couverte par mes pensées. Je n'aurais pas de crise. Je dois être assez courageuse. Ce n'est pas le moment. C'est ce moment que choisit une voix pour s'élever dans l'atrium.

- Oh, des petits visiteurs ? Approchez, approchez. J'imagine que vous êtes là parce que vous avez trouvé mes messages.

Mon poing se serre et j'en profite pour prononcer les quelques mots pour être prête à l'offensive à tout moment, le poids de ma rapière venant se faire sentir dans ma main. Je ne laisserais rien m'empêcher de briller, de réduire en passoire ce rabat-joie. je me tourne vers mes camarades lorsque j'aperçois que nous ne sommes visiblement pas seules. Un instant de silence suit. Une seconde de compréhension. Mon corps se tend de lui-même,mes doigts se resserrent sur la poignée de mon arme, comme si viscéralement mon être réagissait à sa présence. Je n'ai besoin de rien de plus pour sentir la rage atteindre des niveaux encore jamais atteint et pour reconnaître Léandre parmi les autres "héros" du jour. C'est décidé. Je vais régler tout ça au plus vite. Je ne veux pas le voir plus longtemps. Je ne veux pas qu'il vienne me rappeler ces sentiments si complexes, cette jalousie naissante. Je n'ai pas besoin de ça. Faîtes qu'il ne me reconnaissent pas dans cette accoutrement ou sans mes écailles.




Merci à Weiss pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Apparitions : 27
Inscription le : 13/04/2018
Commentaire/citation : Ce compte PNJ peut être utilisé par les membres sur demande à l'administration. Il n'a comme autorisation de base de poster que dans les sections "Essentiels" et "Gestion des rps", vous devez donc demander un déverrouillage du sous-forum où vous souhaitez l'utiliser.
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Juin - 1:21
Anonyme
PNJ |:| Event magical
Vous voilà tous réunis. Autour de vous ne s'étendent que les longs couloirs et l'obscurité. Les sous-sols de la salle de concert se profilent devant vous. Il est temps de franchir cette porte, porte qui se refermera derrière vous et ne peut s'ouvrir de l'intérieur, qui vous coupera toute retraite dès l'instant où vous l'aurez tous franchie. Evidemment. Ce pas dans le couloir sera le point de non-retour.

Lorsque la porte se bloque derrière vous, le peu de lumière encore présente décline. Les ténèbres sont presque palpables. Il est temps d'avancer, maintenant, certains d'entre vous sont sûrement capables de chasser les ombres. Mais avant que vous ayez eu le temps d'y penser, de le formuler et encore moins de le faire, une petite sphère de lumière se matérialise devant vous, à quelques mètres de hauteur, et elle se transforme très vite pour prendre la forme d'un jeune homme. Une silhouette familière, pour certains d'entre vous, puisqu'elle est apparue dans certains de vos combats. Mais pour la première fois, vous voyez son visage. Il vous regarde avec un léger sourire.

- Oh, ne me regardez pas comme ça, je ne suis pas celui que vous cherchez. Vous pensez vraiment que notre chef va se déplacer pour vous ?

Depuis son apparition, vous vous sentez figés, incapable de bouger comme si vos muscles refusaient de vous obéir, comme si le temps s'était arrêté.

- Regardez-moi cette troupe d'imbéciles. La petite aoranne prétentieuse, incapable de vivre sans le regard des autres mais tout aussi incapable d'assumer une seule émotion. Vide comme ce cœur que tu essayes désespérément de remplir.

Il sourit en soulevant son menton, juste assez pour essayer de percevoir une lueur dans son regard, même un simple éclat de défi. Puis il la relâche, se déplace légèrement.

- Une famille qui se complète bien. Trop de fierté pour admettre tes sentiments pour ta sœur, trop de fierté pour admettre tes sentiments pour un garçon. Aussi invisible que l'animal à qui tu as emprunté tes facultés.  

A chaque personne qu'il mentionne, il s'approche, effleure, s'écarte, le tout en lévitant toujours à une trentaine de centimètres du sol.

- Et comment mieux terminer le trio que par une fille qui cache son néant émotionnel derrière une boulimie scolaire. Toujours studieuse, toujours parfaite, et toujours tellement insipide. Tu as bien trouvé ton autre moitié. Un lâche qui fuit l'attachement et les relations derrière ses instruments et sa froideur parce qu'il a si peur qu'on le laisse seul.    

Il s'éloigne un instant, l'air pensif, observe le reste du groupe. Se rapproche à nouveau.

- Et les autres ne sont pas mieux. Le petit garçon qui pleure le sort de sa mère en suivant le même chemin que son père, les poings d'abord et les mots ensuite. A quel point vas-tu lui ressembler ?  

Il croise les bras, se décale, fait tourner une mèche verte.

- L'inverse de la valkyrie qui cherche le réconfort dans la soumission, dans la propreté. La petite esclave aseptisée qui se prend pour une sainte.  

A nouveau, il se tourne. Affiche un sourire moqueur.

- Ah, toi. La petite fantôme qui cache ses peurs et sa jalousie maladive derrière une colère factice. Est-ce ton complexe d'infériorité ou la peur qu'on te regarde à nouveau qui fait bouillir ton sang dans tes veines, dis-moi ?  

Il relâche le menton qu'il tenait entre ses doigts, se tourne vers les deux dernières personnes présentes.

- Aux côtés des autres maîtres des apparences. Le garçon tellement lâche que sa seule faculté est de faire pousser des épines, qui se bat pour afficher une perfection qu'il est loin d'avoir alors qu'il a le cœur rongé par la jalousie. Ou la gamine pseudo-racaille qui pense que des vêtements larges et des mots vulgaires la rendent supérieure aux autres. A quel moment ferez-vous tomber le masque d'assurance qui vous colle à la peau ?  

Il laisse échapper un rire avant de reculer, flottant toujours.

- Vous êtes tous tellement pitoyable. Vous allez être amusants. J'assisterai à votre échec, ou votre réussite, aux premières loges.  

Vous sentez le contrôle sur vos muscles revenir peu à peu, même si vous avez la sensation de vous mouvoir au ralenti. Un très, très lent ralenti.

- Oh, et bien sûr, je serai là pour vous retarder. J'ai préparé pas mal de jeux.  

Et, sur un dernier sourire, il disparaît au moment où vous retrouvez enfin le contrôle de vos mouvements.

Revenir en haut Aller en bas
Melody Lawford
BB |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 176
Inscription le : 26/09/2017
Né(e) le : 14/10/2001
Age : 17
Nationalité : Britannique
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1 + Adaptation
Situation amoureuse : Demisexuelle
Double Compte : Erik, Lily, Malon
Personnage sur l'avatar : OC Ao'ra
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t29-la-cadette-lawford-uc#50

Dim 3 Juin - 11:11
Melody Lawford
Pâques 2018 - Event "Magical"


Une silhouette dans l'ombre
Against the world

Pourquoi faut-il qu'il soit là? De toutes les personnes qui pouvaient venir nous prêter main-forte, il avait fallu que cet imbécile se présente devant moi? Je serre le poing imperceptiblement pour ne rien laisser visible aux yeux de mes deux compagnes alors que mon corps et mon instinct ne cessent de me faire des milliers d'alerte sur la présence de ce gêneur dans les parages. Je déteste ce garçon, viscéralement, même si une lueur de conscience ne cesse que je ne le déteste que parce qu'il a un bien précieux auquelle je n'ose pas prétendre : les sentiments de Weiss. Je ne cesse de me répéter de me contrôler mais c'est plus fort que moi : sa présence était un parfait rappel de ce que j'essayais de terrer en moi. Mon regard se porte alors sur les trois garçons du groupe : je ne parviens pas à définir lequel d'entre eux est le petit con que j'avais saisi au col lors des événements de l'infirmerie. J'exclue de suite l'un des deux garçons : ce dernier ne semble pas véritablement à l'aise et je doute qu'il puisse être le fautif mais les deux autres peuvent très bien être Léandre. Non, assurément, je n'ai aucun moyen de savoir laquelle des deux portait la casquette de mon rival en amour il y'a peu. La rage monte petit à petit tandis que je tente, avec succès pour l'instant, de ne pas dévoiler l'ouragan qui se déchaîne dans mon cœur.  Calme toi.. Ne va pas mettre la garde de ta rapière dans la bouche de ces deux pauvres garçons.. Reste Melody.. Reste une façade.. Tu te vengeras en temps voulu.. sur la personne qui le mérite.. pas sur lui.. Je reste silencieuse, préférant ne pas prendre part au débat et aux retrouvailles, bouillonnante dans mon coin. Très vite, le petit groupe entre dans le long couloir, avec moi dans la tête de peloton lorsque la porte se ferme derrière nous. Un frisson me parcourt alors l'échine. Le noir. Le noir complet. Un voile complet de ténèbres dont seuls les volutes plus sombres encore apparaissent. Comprenez bien qu'aussi enfantin que cela paraisse j'ai une sacro-sainte peur du noir. Le genre de phobies qui vous paralyse sur place. J'esquisse un pas en arrière, mon cœur et ma respiration s'emballant à la simple pensée d'évoluer dans ces lieux où la lumière est bannie durant la nuit entière. Je sens ma peau commencer à frisonner et mes membres se mettre à trembler. Putain non.. Je ne suis pas dupe : une crise de panique se profilait et c'est inconcevable. Ce n'est pas le moment. Je déteste ce genre de crise qui m'oblige à montrer ce que je ne veux pas aux autres mais c'est plus fort que moi : je ne peux simplement plus rien contrôler. Mon coeur bat trop fort.. Je vais exploser.. Il va exploser.. Pas devant tout le monde.. Pas devant Weiss.. Pas devant lui.. Cette pensée suffit à me faire reprendre pied.. Du moins suffisamment pour calmer ma respiration et mon rythme cardiaque dissidents et reprendre un calme exemplaire. Je ne céderais pas. Pas aujourd'hui. J'allais avoir ce courage. Le courage d'affronter les monstres sous mon lit. C'est plongée dans mes pensées que je vois cette étrange orbe lumineuse se profilait non loin. Si la lumière qu''elle diffuse chasse les derniers reliquats de mes craintes, instinctivement je pressens que quelque chose cloche, que cette apparition n'est ni un guide, ni un allié et c'est lorsque la silhouette lumineuse prend forme humaine que je comprends à quel point je ne m'étais pas trompée. Je comprends très vite que le poids qui m'oppresse et m'empêche de respirer correctement, de bouger à ma guise n'est autre que son oeuvre. Cela transpire dans ses paroles comme dans son discours. Il n'en faut d'ailleurs pas plus pour que je saisisse la nature de ce carcan, carcan que j'expérimente depuis des mois déjà, carcan que j'applique parfois pour quelques secondes : un loquet temporelle ou une stase. Je ne connais que trop bien ce pouvoir pour en être la maîtresse et c'est d'autant plus rageant d'y être contrainte. Si son pouvoir fonctionne comme le mien, une simple distraction pourrait lui faire lâcher prise.. Si seulement je pouvais lui mettre une droite.. Ça calmerait mes nerfs et nous pourrions plus vite en finir avec son "maître". Je lutte pour essayer de combattre l'emprise des rouages du temps mais rien n'y fait. Si seulement je pouvais disposer de mes pouvoirs.. Juste un instant.. Je continue cependant de ne pas abandonner quand le jeune homme brillant comme un mauvais vampire de Twilight s'approche, visiblement ravi par la tournures des événements. Il se rapproche de moi, bien trop près à mon goût, avant de soulever mon menton d'un doigt, provoquant en moi un élan de rage incontrôlable. Tu n'as pas le droit.. La seule à pouvoir me toucher est près de moi... Avise toi de la toucher et je te tue.. Si mon regard pouvait tuer aussi assurément que l'arme entre mes mains, il ressemblerait à une passoire à cet instant.

- Regardez-moi cette troupe d'imbéciles. La petite aoranne prétentieuse, incapable de vivre sans le regard des autres mais tout aussi incapable d'assumer une seule émotion. Vide comme ce cœur que tu essayes désespérément de remplir.

Je continuais de soutenir son regard sans plier, trop énervée et habituée à cacher mes émotions pour laisser ses paroles m'atteindre en surface. Je ne peux pas nier que ces paroles me heurtèrent en plein cœur à l'image d'un bulldozer. Ces mots je les connais par cœur. Ces griefs je les reconnais volontiers. Je ne peux vivre sans l'étincelle d'admiration que je lis dans les yeux de mes parents, de ma sœur, de mes fans. C'est mon unique repère, mon unique manière d'exister. Oui je ne laisse rien percer ma façade mais ai-je le choix? Ai-je le droit de laisser filtrer quoi que ce soit? Je n'ai jamais su montrer ce que je ressens, ça sonne faux. Je voudrais pouvoir le faire. C'est juste impossible : la crainte de décevoir et de perdre le peu que j'ai me taraude trop. Je ne veux pas souffrir. C'est le même dilemme que j'ai à chaque fois que mon regard se pose sur ma dulcinée. J'aimerais lui ouvrir les portes du château de mon cœur pour en faire la princesse de ces lieux mais la peur de voir son regard sur moi changer, sa présence s'estomper, l'échec poindre à nouveau à ma porte me paralyse tout autant que cette stase. Il finit par se détourner de moi, sûrement lassée de jouer à ce petit jeu avec moi et il se décide à passer à Naomi. Ne la touche pas.. Une poussée de colère enserre mon cœur devant une impuissance que je ne désirais plus jamais revoir, je ne peux pas la libérer, je ne peux pas la protéger.. comme avec lui..

- Une famille qui se complète bien. Trop de fierté pour admettre tes sentiments pour ta sœur, trop de fierté pour admettre tes sentiments pour un garçon. Aussi invisible que l'animal à qui tu as emprunté tes facultés.  

Les mots résonnent en moi alors que je cherchais de nouveau à me soustraire à l'emprise de l’inexorable temps. Des sentiments pour moi? Elle m'aime comme je l'aime non? Je ne vois pas ce que.. L'évidence me saute aux yeux comme si je venais de trouver la dernière pièce d'un puzzle et que je m'étonnais devant une image dont j'ai la quasi-totalité depuis des lustres. Non, elle ne m'aimes pas comme une sœur. Je le sais. Je l'ai toujours su. Je n'ai jamais voulu le savoir. Une culpabilité nouvelle vient peser sur mon cœur alors que je reste intérieurement sans voix. Je ne pourrais jamais répondre comme elle le voudrait à ses sentiments. Je le sais. J'aurais pu si elle avait fait le pas mais l'aurais-je vraiment fait? Je veux dire, aurais-je fait ce qu'elle désirait en lui offrant un amour dont je ne comprenais pas même le sens? Je ne sais pas.

- Et comment mieux terminer le trio que par une fille qui cache son néant émotionnel derrière une boulimie scolaire. Toujours studieuse, toujours parfaite, et toujours tellement insipide. Tu as bien trouvé ton autre moitié. Un lâche qui fuit l'attachement et les relations derrière ses instruments et sa froideur parce qu'il a si peur qu'on le laisse seul.

Les mots qui atteignent Weiss sont comme autant de piques adressées à mon cœur. Mon corps entier bouillonne alors que je tente désespérément, une fois de plus de m'extraire de cette cage intangible. Ne la touche pas pitié.. Ne lui adresse pas la parole.. Ne qualifie pas Léandre de moitié.. Je suis sa moitié.. L'unique.. La seule.. La seule à pouvoir l'aimer à m'en consumer corps et âme, le sourire aux lèvres.. Je sens des larmes me monter aux coins des yeux mais je les réprime tant bien que mal. A quoi bon? Je n'ai pas le droit de lui montrer cette peine alors que je ne suis pas assez honnête pour lui avouer ce que je ressens. Je la vengerais en lui faisant ravaler ses paroles: c'est le serment que je me fais. Serment sur laquelle je me concentre alors que les autres y passent un par un. Finalement, après quelques instants, il disparaît sans crier gare, nous laissant enfin libre de nous mouvoir. Je reste un infime instant sans bouger, le poids de ses paroles sur le cœur, avant de passer devant Naomi un sourire aux lèvres comme pour lui assurer que je vais bien et feindre de ne pas avoir compris ce qu'il implique. Elle n'est pas bête et elle sait que moi non plus mais je ne peux rien faire de plus. Ma pitié ne lui siérait pas. Au contraire. Je préfère donc me rapprocher de Weiss. Je me penche doucement vers elle avant de déposer sur son front un petit baiser. Oui je sais qu'elle déteste les contacts mais ce moment est différent. J'espère qu'elle comprendra.

-"Je suis désolée de ce qu'il a pu dire sur toi Edelweiss.. Sache que pour moi tu es tout sauf insipide.. Tu es mon amie non? Je ne serais pas l'amie de quelqu'un qui ne m'a pas fait une place dans son cœur malgré tout mes défauts alors ne te laisse pas décontenancer.. je vais lui faire ravaler ses paroles à n'importe quel prix.. d'accord? Fais moi confiance.."

Chaque mot me fait mal car je voudrais faire bien plus, je voudrais remplacer le mot "amie" mais je n'en ai pas le droit ni le courage. Je lui adresse un petit sourire avant de resserrer l'étreinte de mes doigts sur la poignée de mon arme puis je glisse quelque mots à Naomi, essayant de l'extraire de ces tourments à ma façon.

-"Veille sur elle d'accord..? Je ne peux compter que sur toi sœurette.. je sais que tu seras toujours là.."

Je regarde un instant Léandre comme pour lui faire passer le même message avant de commencer à m'engouffrer dans ce couloir. Je vais tester mes limites et devenir son bouclier, son arme contre le monde à n'importe quel prix.. Je vais prouver que je mérite ma place auprès de la petite allemande. Que les ténèbres, les monstres, les pièges ou le monde se dresse face à moi je vais lui faire payer ses mots à celles que j'aime quitte à tous les passer au fil de ma rapière.





Merci à Weiss pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Edelweiss L. Wintenberger
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 390
Inscription le : 05/03/2018
Né(e) le : 22/12/2002
Age : 15
Nationalité : Allemande / Française
Niveau d'études/Métier : Troisième année / Déléguée de classe des 3°A
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Krystal Hamilton
Personnage sur l'avatar : Dessin de la joueuse
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Commentaire/citation : « Du siehst aus wie Juwelen... »
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t99-une-fleur-vous-ouvre-ses-petals#325 http://sin-theatre.forumactif.com/t161-fleurir-pour-s-epanouir http://sin-theatre.forumactif.com/t205-dossier-scolaire-d-edelweiss-l-wintenberger

Dim 3 Juin - 20:15
Edelweiss L. Wintenberger
Pâques 2018 - Event "Magical"





Une silhouette dans l'ombre




Pour la première fois de sa vie, Edelweiss voulait se confronter au problème. Se lever, y faire face malgré sa peur et sa colère. Alors elle avait brandi son sceptre dans un élan de détermination presque incontrôlable. Et même si elle avait cru mourir sur ce lit d'infirmerie, étrangement, elle occultait totalement cette pensée. Comme si la seule chose qui importait était de mettre fin à cette mascarade grotesque. Trop concentrée, elle ne remarqua pas la jeune fille en vert s'approcher et son intervention la fit même sursauter légèrement. Weiss soupira lourdement... Si même une alliée pouvait la déstabiliser elle risquait d'être une gêne plus qu'autre chose... Elle était certes résolue, mais son corps n'avait pas l'habitude d'être soumit à tant de pression et ses nerfs devaient déjà être tendus à la simple idée d'entrer dans les couloirs du sous-sol. Qu'espérait-elle? Elle tourna la tête vers la nouvelle venue avant de jeter un coup d’œil circulaire à l'assemblée. Du monde s'était réuni, certains se connaissant déjà, visiblement. Il y a quelque personne qu'elle ne connaît pas mais elle repère le petit cygne blanc avec qui elle avait déjà combattu ainsi que Léandre. C'est égoïste de sa part mais elle est heureuse de le voir. Sincèrement heureuse. Même s'ils s'engagent dans un combat très certainement dangereux et qu'elle devrait espérer qu'il soit en sécurité, elle ne pouvait s'empêcher de se sentir rassurée. Ce garçon est tellement fiable et la force qu'il dégage lui donne du courage... Être sa partenaire est une chance immense qu'elle chérit comme une chose précieuse. Mais son lien étant coupé, elle a quelques regrets... Si elle règle toute cette histoire, pourront-ils redevenir partenaires? Elle essaya de lui faire un petit signe de la tête, espérant qu'il le remarque, avant de tourner ses yeux vers les portes. Il est temps, n'est-ce pas?
Machinalement, elle porta un regard à ses deux complices, cherchant un approbation ou un signe montrant leur accord pour avancer. Finalement, Melody s'engouffra la première tandis que le reste du groupe suivit. Elle semble particulièrement décidée... Une certaine inquiétude commença a germer dans le cœur d'Edelweiss alors qu'elle était sur ses talons. Pourvu qu'elle ne fasse rien d'irréfléchi... Pourvu qu'elle ne se mette pas bêtement en danger. L'une de ses colocataires était déjà blessée, à l'infirmerie, ce qui suffisait amplement. Non, c'était déjà trop. Beaucoup trop.

Sa réflexion n'eut pas le temps d'aller plus loin que les portes se refermèrent une fois le groupe entré. Le peu de lumière qui filtrait au travers les sous-sols était maintenant réduite à néant, laissant place à une obscurité si dense qu'on aurait pu la toucher. Immédiatement, ses sens se mirent en éveil pour palier à sa vue tandis qu'elle resserrait sa main sur son arme. Elle allait créer un peu de lumière grâce à ses pouvoirs mais quelque chose de lourd se déposa sur ses épaules pour envahir tout son corps. Que se passe-t-il? Ses muscles sont tendus et à la fois figés tandis qu'un étau lui compressait les poumons. C'est alors qu'une sphère de lumière émergea des abysses pour se mouvoir doucement puis se déformer et prendre l’apparence d'un humain. Une silhouette dont les traits se dessinaient finalement, laissant découvrir son visage. Un frisson mordit alors le dos de la jeune fille, les sens affolés comme s'ils reconnaissaient cet homme. Elle avait eu la même sensation ce jour là, lorsqu'il était passé juste à côté d'elle sans qu'elle ne puisse distinguer son visage.

Ne reste pas là, Edelweiss! Sauve-toi! Bouge! Aller, bouge!

Elle aimerait partir d'ici, mais ce voile invisible englobant tous ses membres l'en empêchait. Et malgré tout ses instincts de survies identifiant cet homme comme une menace, un autre sentiment en elle essayait d'apaiser ses craintes. Se battant pour rester calme et ne pas abandonner cette mission dans laquelle elle s'était lancée avec tant de monde. Alors elle se concentra sur ses paroles sans pouvoir y répondre, apprenant que son soit-disant maître ne se trouvait pas encore ici. Il était donc bien son homme de main.. La jeune fille essaya de faire abstraction de cette désagréable immobilité pour réfléchir et élaborer un plan, trouver une idée qui lui serait utile. C'est à ce moment là que l'entité flottante glissa vers sa colocataire, doucement. Une énorme angoisse s'éveilla alors dans l'esprit de la jeune fille. Elle ne parvenait pas à déterminer le but de cet homme et avait terriblement peur qu'il profite de son immobilité pour blesser Melody. Il se contenta finalement de prononcer un discours terriblement blessant. Il voulait les déstabiliser? Leur faire mal psychologiquement? Toutes les pensées d'Edelweiss se perdirent vers cet homme qui osait s'amuser de ses dires, un sourire vicieux sur son visage tandis qu'il soulevait son menton. Même si sa colocataire restait très digne, Weiss ne pouvait s'empêcher d'être en colère. C'est tellement médisant, il n'a pas le droit.. Puis il se tourna vers Naomi, recommençant son petit jeu pervers, toujours ce même sourire accroché à sa figure. Arrête. Laisse-les..

- Une famille qui se complète bien. Trop de fierté pour admettre tes sentiments pour ta sœur, trop de fierté pour admettre tes sentiments pour un garçon. Aussi invisible que l'animal à qui tu as emprunté tes facultés.

Qu'est-ce qu'il raconte? Naomi serait..? Quel fourbe.. Lâche.. Vicieux.. Révéler de telles choses, si tant est qu'elles soient vrai, était d'une méchanceté sans nom! Faire mal en utilisant les sentiments.. Weiss aimerait pouvoir bouger, aller réconforter ses amies mais il n'y avait rien à faire. La moindre tentative de lutte lui donnait l'impression d'être compressée en plus de se solder par un échec.

- Et comment mieux terminer le trio que par une fille qui cache son néant émotionnel derrière une boulimie scolaire, lança-t-il dans sa direction.

De nouveau, les instincts de la jeune filles s'affolèrent, lui intimant l'ordre de se sauver à mesure qu'il s'approchait d'elle. Mais ses mouvements étaient toujours autant entravés, l'empêchant même de se défendre contre ce contact sur son visage et le regard qu'il lui lançait. Elle qui n'avait pas l'habitude de regarder les gens dans les yeux, de se faire toucher le visage de la sorte ou de soutenir une proximité si dérangeante.

- Toujours studieuse, toujours parfaite, et toujours tellement insipide. Tu as bien trouvé ton autre moitié. Un lâche qui fuit l'attachement et les relations derrière ses instruments et sa froideur parce qu'il a si peur qu'on le laisse seul.

Ses paroles lui faisaient d'abord l'effet de coup de couteaux puis elle eut l'impression qu'il s'amusa à gratter la blessure du bout des ongles. C'est vrai, elle a toujours était studieuse. Elle a toujours voulu être parfaite aux yeux de ses professeurs pour se sentir appréciée au moins de quelques personnes. C'est vrai... Elle doit être insipide... Tant et si bien qu'elle avait passé une longue partie de sa scolarité seule, rejetée. Si elle n'était pas figée, elle aurait sans doute pu trembler ou claquer des dents tant la situation l'effrayait. Ses pensées se bousculaient sans aucune logique et elle n'arrivait pas à distinguer sa réflexion de ses émotions.. Le.. "néant émotionnel".. Elle aurait voulu partir, se cacher, devenir invisible comme elle savait si bien le faire. Mais il fallait qu'elle encaisse. Elle a l'habitude. Elle a l'habitude de supporter les moqueries, les médisances, les attaques verbales alors... pourquoi est-elle si touchée? Parce qu'elle n'est pas la seule concernée. Cet homme s'en prend à ses amis. Il avait traité Léandre de lâche, évoquant sa solitude comme une fuite, un moyen d'échapper à l'abandon.. Ce n'est pas vrai. Léandre est quelqu'un de juste et droit. Ce n'est pas un lâche..  

Cet affreux personnage prenait son temps, faisant mine de réfléchir pour finalement passer en revue chaque personnes présentes dans la pièce. Puis il reprit sa position initiale, fixant l'intégralité du groupe, émettant d'ultimes paroles pour déstabiliser toujours plus les adolescents avant de s'estomper dans un dernier sourire moqueur. Au même moment, la pression sur le corps de chacun disparut, les libérant de cette emprise si déroutante. Par réflexe, Edelweiss récupéra son souffle, sa poitrine délivrée de l'étau désagréable qui bloquait en partie sa respiration. Et puis, elle se mit à trembler d'un coup, faisant quelques pas de côtés pour s'appuyer contre le mur. Cet homme.. Il est capable de les immobiliser, de les rendre vulnérables d'un claquement de doigts.. Il connaît déjà leurs failles émotionnelles.. Il a l'air de s'amuser à les blesser.. Même si elle anticipait un combat assez rude, elle ne s'attendait pas à cela. C'est trop surréaliste. Ça semble perdu d'avance. Une culpabilité sans nom l'envahit soudainement.
Tu as entraîné tes amies dans ce combat. Tu les a embarqué avec toi dans cette histoire. Si tu n'avais rien dit, Melody ne serait pas venue. Si tu n'avais pas appelé Naomi, elle ne serait pas ici. S'il leur arrive quoi que se soit, tu seras la fautive pour les avoir amené. Tu es déjà fautive de cette douleur psychologique qui leur a été infligée. Tu seras fautive de la moindre blessure. Pourquoi ne pas y être aller seule? Comme toujours, tu as eu peur. Tu es faible et tu le resteras. Tu ne peux même pas faire preuve d'un peu de courage. Tu es.. insipide.

Elle mit une main sur son visage, ressassant ses pensées, ne sachant pas quoi faire. Elle savait que les filles n'étaient pas loin et ça l'angoissait encore plus.

Pardon.. Pardon, pardon, pardon.. Je ne voulais pas. Je ne voulais vraiment pas vous entraîner là-dedans.

Une petite pression sur son front la tira hors de cette tempête émotionnelle alors elle redressa légèrement la tête pour regarder Melody qui s'était approchée.

- Je suis désolée de ce qu'il a pu dire sur toi Edelweiss.. Sache que pour moi tu es tout sauf insipide.. Tu es mon amie non? Je ne serais pas l'amie de quelqu'un qui ne m'a pas fait une place dans son cœur malgré tout mes défauts alors ne te laisse pas décontenancer.. je vais lui faire ravaler ses paroles à n'importe quel prix.. d'accord? Fais moi confiance..

Non. Ce n'est pas à toi d'être désolée. Ce n'est pas à toi de la réconforter. Même si tes mots lui font plaisir. Même si ta présence la rassure. Ce n'est pas à toi de tout prendre sur les épaules. Ce n'est pas à toi de le corriger sur ses paroles. Ne fonce pas tête baissée. Ne fais pas quelque chose sous le coup de l'impulsivité.

- Veille sur elle d'accord..? Je ne peux compter que sur toi sœurette.. je sais que tu seras toujours là.. dit-elle a l'attention de Naomi.

Qu'est-ce que tu sous-entends? Que tu ne seras bientôt plus là? Stop. Arrête de dire ça. Edelweiss se sent terriblement mal tout d'un coup. Ses deux amies semblent vouloir la protéger mais elle ne veut pas être un poids. Jamais elle n'avait voulu les appeler pour qu'elles ne soient que des boucliers. C'est elle qui les a menée jusqu'ici. C'est à elle d'assumer ses responsabilités maintenant. Voir Melody s'engouffrer dans le couloirs lui insuffla une énergie étrange. Entre l'inquiétude et la résolution. C'est pourquoi, même si sa détermination est instable, elle resserra sa main sur son sceptre pour lui ordonner de briller. Une petite chaleur parcourra alors ses doigts tandis qu'une lueur orangée émana de tout l'objet. Il est temps de faire preuve d'un peu de courage...  


Codage par Nika L. Iélanov sur Pensionnat Immortalia
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
BL |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 162
Inscription le : 26/11/2017
Né(e) le : 25/01/2001
Age : 17
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, D1
Situation amoureuse : I'm sexy and I know it ?
Double Compte : Martel, Jodie, Caindell, Niels
Personnage sur l'avatar : Hoshii Miki
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t36-l-ainee-lawford http://sin-theatre.forumactif.com/t179-i-m-more-than-meet-the-eyes http://sin-theatre.forumactif.com/t74-dossier-scolaire-de-naomi-lawford

Dim 3 Juin - 21:49
Naomi Lawford
Pâques 2018 - Event "Magical"

15 avril
2018
[Event Pâques]
Une silhouette dans l'ombre

Rp groupé

Je sais qu'entrer là-dedans n'est pas forcément l'idée du siècle. je veux protéger Melody. Je veux protéger Weiss. Je sens qu'elles sont toutes les deux tendues, peut-être bien plus que moi. Melody a l'air à cran, j'ai presque l'impression que si quelque chose devait surgir, elle lui planterait sa rapière dans le ventre avant même qu'on ait le temps de savoir de quoi il s'agit. Un mauvais plan si quelqu'un fait l'erreur d'arriver maintenant qu'on est à peu près sûrs d'être "au complet". Parce qu'au fond, il faudra bien qu'on entre, autant le faire maintenant. On est assez nombreux pour franchir leurs défenses, non ?

Je m'avance à la suite de Melody, franchissant la porte avec notre petit trio. Et quand elle se referme derrière nous, je sursaute. Pas à cause du bruit, non. C'est simplement que je connais ma sœur, tellement que j'ai développé une micro-peur du noir quand elle est à mes côtés. Je n'ai pas peur de l'obscurité mais je sais que c'est son cas, et sa peur déborde sur moi. Un besoin de la protéger, de la rassurer. Mais je sais aussi comment elle est, ma petite sœur, elle n'acceptera jamais d'assumer cette peur sous les yeux des autres, et peu importe qu'on ne la voit pas. J'aurais pu la prendre dans mes bras, serrer sa main dans la mienne, lui murmurer des paroles rassurantes, mais il y a trop de monde autour. Je me contente d'effleurer ses doigts pour qu'elle sache que je suis là, que je la soutiendrai si elle se sent mal. Je ne peux pas supporter de la voir terrorisée, perdue, ou de sentir que c'est le cas. Heureusement, elle se reprend avant de faire une crise d'angoisse qui lui aurait probablement fait bien plu mal à l'ego que sa peur du noir. Est-ce que c'est de mon fait ? Je n'en sais rien, je ne tiens pas à le savoir. Tant qu'elle a la force de tenir debout... Et puis Weiss peut créer de la lumière avec son sceptre, comme probablement certains autres, sa peur devrait être chassée très vite.

C'est cette pensé qui me fait prendre un moment avant de réaliser que la lumière qui vient d'apparaître est tout sauf amicale. A vrai dire, je m'en aperçoit lorsque je sens un carcan autour de moi, une sensation plus que familière. Pas que j'en ai fait les frais souvent, mais je suis déjà tombée sous le coup du pouvoir de Melody, je sais l'effet que ça fait, et c'est exactement ça. Une stase temporelle. J'aimerais pouvoir bouger, encore plus quand il s'approche d'elle. Hurler pour détourner l'attention et l'empêcher de s'approcher de ma sœur. Ne la touche pas, saloperie de psychopathe. je m'en fiche que tu ne sois qu'un sous-fifre, je te planterai une flèche dans le cœur quand même si tu fais du mal à ma sœur.

- La petite aoranne prétentieuse, incapable de vivre sans le regard des autres mais tout aussi incapable d'assumer une seule émotion. Vide comme ce cœur que tu essayes désespérément de remplir.

Quoi ? Quoi ?! Comment tu oses lui parler comme ça ? Si je pouvais bouger, si je pouvais parler, je lui ferait tellement regretter ses paroles. Comment oses-tu dire qu'elle est vide ? Tu n'as aucune idée de ce qu'elle est ! Elle se cache peut-être derrière une façade mais elle est gentille, tendre. Je sais que derrière sa prétention elle est adorable, tellement douce et tellement attentionnée. Qu'elle ne laissera personne nous blesser, moi et Weiss. Est-ce que c'est ça le vide, pour lui ? C'est déjà plus d'émotions qu'il n'en faut. peu importe si elle les cache derrière une image lisse, je sais lire entre les lignes. Elle a bien plus de sentiments dans son cœur qu'il n'en aura jamais.

- Une famille qui se complète bien. Trop de fierté pour admettre tes sentiments pour ta sœur, trop de fierté pour admettre tes sentiments pour un garçon. Aussi invisible que l'animal à qui tu as emprunté tes facultés.

"Peu importe ce qu'il dira sur moi, il ne pourra pas m'atteindre". C'est ce que je pensais. J'avais tort. J'aurais pu m'attendre à toutes les critiques, accepter tous les commentaires. Pas celui-là. Je ne sais pas ce qui s'est passé dans ma tête. J'ai entendu la phrase dans le désordre. Invisible, oui, je sais qu'il m'arrive de l'être. L'insulte a flotté au-dessus de ma tête sans s'attarder ; j'ai tellement l'habitude, après tout. Le reste est facile à ignorer, je n'ai pas de sentiments pour Er... pour un garçon. Mais..
Mais.

Il n'a pas dit ça. Dites-moi qu'il n'a pas dit ça. Est-ce parce que c'est la phrase la plus choquante, qu'elle a mis autant de temps à parvenir ? Non. Non non non non non non non. Il n'a pas pu dire ça. Il n'a pas pu dire ça devant tout le monde. Il n'a pas pu dire ça devant Melo. Pitié, pitié, dites-moi qu'il n'a pas prononcé ces mots. Dites-moi que Melody ne les a pas entendus. C'est pas possible. Pas comme ça. pas après autant de temps à les réprimer. Pas maintenant que je m'étais fait une raison. Pas quand j'avais réussi à retrouver mon lien avec elle sans me sentir mal à l'aise.
Non non non. Je n'entends même pas ce qu'il dit aux autres. Il n'y a que ça qui compte, que ça qui existe, qui fait surface. Mes sentiments pour ma sœur. Mes sentiments pour ma sœur. Il faut que je me barre. il faut que je respire. Comment est-il au courant ? Comment sait-il tout ça sur nous ? Pourquoi, de toutes les choses qu'il aurait pu dire...
Parce que c'est la seule qui pouvait vraiment m'atteindre.

La frustration me comprime la poitrine. Je me rends compte avant qu'il disparaisse que mes dents se serrent pour contenir toutes les émotions violentes qui me serrent les entrailles. Je peux bouger. Lentement. Trop lentement pour pouvoir faire quoi que ce soit, alors que je rêve de lui planter une flèche dans le dos en compensation pour le coup de poignard dans le mien.
Je n'arrive pas à croire qu'il ait dit ça. J'aurais pu affronter toute les violences, quitte à me retrouver dans le même état que Nia ou pire. Mais que Melo soit au courant.. Que toutes ces personnes soient au courant...
Ça n'aurait pas dû arriver. Ça n'aurait jamais dû arriver.
Et puis il disparaît. Comme s'il n'avait été qu'un rêve, mais le genre de rêve dont tu te réveilles avec l'impression d'un coup de poing dans l'estomac. Quel putain d'enfoiré...

-  Veille sur elle d'accord..? Je ne peux compter que sur toi sœurette.. je sais que tu seras toujours là..

Quoi ?
Il me fallait bien ça pour reprendre conscience d'autre chose que de ma situation. Pour voir que Weiss a l'air dans un état désastreux. De quoi il lui a parlé ? J'aurais dû écouter, au lieu de ne penser qu'à ma gueule. Je m'approche d'elle en posant une main sur son épaule.

- Eh, ça va aller. On va les faire arrêter, tu te souviens ? Toutes les trois, sans prendre de risques, on va lui faire ravaler ses paroles et tout va rentrer dans l'ordre.

Bon, je garantis pas que Melo ne prendra pas de risques, je suis même prête à parier sur l'inverse. Mais avec Weiss, on devrait pouvoir réussir à l'empêcher de se blesser. Sans nous blesser nous-mêmes, évidemment, quoique je serais prête à me jeter devant une flèche ou une épée pour sauver ma sœur d'un coup fatal ou trop violent. Ma vie a moins d'importance que la sienne. Ma vie a moins d'importance que la leur. Invisible comme l'animal à qui j'emprunte mes facultés. Ouais. Comme il dit.
Et ça serait bien que Melody ne se barre pas toute seule en première ligne.

Je jette un regard dans la direction de Weiss, mais elle semble s'être remise... ou en tout cas elle fait comme si. On ne peut pas se laisser abattre. Si on n'est pas là, personne ne protégera Melody de sa propre impulsivité. De son besoin de perfection. Elle ne tolérera pas de perdre la face devant nous deux. Je serre un instant les doigts de la jeune fille dans les miens.

- Il ne nous arrivera rien. Tout va bien se passer. Ni Melo, ni toi, ni moi ne seront blessées.

Les autres ? De préférence, j'aimerais qu'ils ne soient pas blessés non plus, mais j'y accorde un tantinet moins d'importance. Je ne les connais pas assez pour savoir s'ils s'en sortiront ou s'ils finiront roulés en boule dans un coin au premier incident. Et puis je préfère m'occuper de protéger les deux filles les plus importantes pour moi. ils sont assez nombreux pour se protéger entre eux, ou se protéger tous seuls.
Même si je commence à avoir peur que quelqu'un soit vraiment blessé, dans cette histoire.
©️ Naomi
paroles en #006600
Revenir en haut Aller en bas
Tsume Montoya
BL |:| Quatrième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 64
Inscription le : 17/03/2018
Né(e) le : 03/07/2000
Age : 18
Nationalité : Venezuelienne
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Classe : 4°A, I1
Double Compte : Daniel Wing - Elina Al Aouli
Personnage sur l'avatar : Fabiola Iglesias - Black Lagoon
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t111-tsume-a-votre-service-termine

Lun 4 Juin - 22:35
Tsume Montoya
Pâques 2018 - Event "Magical"


Nous étions entrés dans la bâtiment, groupe de magical-girls et magical-boys. L'endroit était légèrement sombre mais pas humide. Une lueur apparue devant nous, prenant forme humaine. e voulus bouger, aller devant les autres pour les protéger d'une menace potentielle mais... impossible de faire le moindre geste, de bouger un seul muscle. L'individu qui est apparu avait le teint très pâle, des yeux d'une couleur étrange et peu rassurante.

- Oh, ne me regardez pas comme ça, je ne suis pas celui que vous cherchez. Vous pensez vraiment que notre chef va se déplacer pour vous ?

Si j'avais pu parler, je lui aurais bien dis que je m'en fiche qu'il soit le responsable de ces attaques ou simplement un sous-fifre. Il parla ensuite, semblant tenter de nous faire du mal par ses seuls propos, ce qui semblait efficace malgré tout car il semblerait que certains d'entre nous partagent, ou aurait aimé partager, des sentiments plus que fraternels. Personnellement, il eut aussi des mots contre moi.

- L'inverse de la valkyrie qui cherche le réconfort dans la soumission, dans la propreté. La petite esclave aseptisée qui se prend pour une sainte.  

Cela ne me blessa pas autant qu'il l'eut cru mais cela me toucha, un peu tout de même. La colère naquit aussi en moi car il ridiculisait mon désir de rendre les services qui étaient en moi. Et puis, qu'entendait-il par "l'inverse de la valkyrie" ? Le rôle des valkyries n'étaient, de ce que j'en savais, que je guider les âmes des hommes morts au combat et d'attendre Ragnarok. En quoi est-ce que j'agis contre cela ?

- Vous êtes tous tellement pitoyable. Vous allez être amusants. J'assisterai à votre échec, ou votre réussite, aux premières loges.  Oh, et bien sûr, je serai là pour vous retarder. J'ai préparé pas mal de jeux.  

On devra donc lui passer dessus pour s'en prendre à son chef ? D'ordinaire je ne suis pas pour l'usage de la violence mais pour les insultes qu'il nous a fait, pour la détresse qu'il a fait naître en mes camarades, je ne vais avoir aucune hésitation à lui mettre mon pied dans sa tempe si je le recroise !

Edelweiss accusa le coup avec force, culpabilisant pour ce que nous venions de vivre. Quand à la fille aux cheveux roses, il me sembla qu'elle était celle qui était le plus perturbée par ce que nous venions de vivre. Elle venait d'apprendre que sa soeur l'aimait, chose cruelle à dévoiler ainsi, alors que ce genre de relation s'accompagne rarement avec des sentiments aussi puissants. Elle prit la tête de notre groupe, pendant que la blonde, sa soeur il me semble, tentait de la réconforter.

Oui, c'est ensemble que nous gagnerons mais je ne savais comment le leur dire, comment leur remonter le moral. Je me contentais de rester à leurs côtés et de me mettre à les suivre. Un instant, je me suis dit qu'il était dommage que mon côté "Valkyrie" ne puisse apparaître. Je me sens, parfois, plus assurée sous cette apparence.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sin Theatre :: South London :: Brixton :: Carling Brixton Academy-
Sauter vers: