Sin Theatre


 
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Le bar des rencontres [Pv Fallon Madox]

Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Dim 17 Juin - 18:59


Le bar des rencontres

Feat Fallon Madox



Cela ne faisait que très peu de temps que j’étais arrivé à Londres. Et encore moins que j’avais trouvé de quoi me loger, travailler, aider les autres… Je n’avais donc pas vraiment l’habitude du trajet pour aller bosser et encore moins celle de vivre sous un toit. Les premiers temps avaient donc été assez difficile pour moi puisque j’avais eu du mal à m’adapter à tous ces changements. Pire, il fallait que je gère cette âme détestable qui avait tendance à vouloir profiter de chacune de mes faiblesses. Heureusement, il ne m’arriva rien de bien fâcheux et je parvins assez bien à m’en sortir jusque-là.

Un soir, en allant au boulot, je croisai quelques élèves venant du même lycée que mon père autrefois. En m’apprenant à maîtriser mon loup, il n’avait pas été avare de détails. En même temps, ce n’était pas comme s'il avait eu tout le loisir de le faire, complétant toujours plus les informations dont je disposais au fur et à mesure que les années passaient. Ce ne furent pas les seuls souvenirs qui me revinrent, de plus douloureux refaisant surface par association d’idées. Enfin, comme j’avais appris à me maîtriser quelque soit la situation, sauf peut-être à quelques exceptions près, ma colère et autres sentiments négatifs forts. Ainsi, je pus passer sans rien ressentir, ni commencer un changement involontaire. Il ne manquerait plus que je me change en loup en pleine rue !

Il me fallu bien une bonne dizaine de minutes, voire un peu plus, pour arriver au Dublin Castle. Il s’agissait d’un bar très chaleureux axé sur la détente et le loisir des clients, la boisson ne passant qu’au second plan généralement. Pourtant, il semblait qu’il y ait autant de personnes venant pour les spectacles que pour s’empiffrer d’alcools forts sans ménagement. Cette dernière catégorie me rappelait sans cesse ce que j’aurais pu devenir à cause de la dépression si je ne m’étais pas fait enlever. Bon, j’avais eu aussi une bonne dose de volonté… Et de malchance. Je ne savais pas trop comment l’interpréter en vérité.

Il ne me fallut que peu de temps après mon arrivée pour saluer mes quelques collègues et me changer. Le patron n’était pas encore là, ne commençant le boulot que plus tard. Lui et moi n’étions pas copain comme cochon, mais au moins nous n’étions pas en conflit. Ce n’était pas vraiment la même chose avec Patrick Cooper, le serveur. A chaque fois que nous étions en train de nous changer dans la même pièce, il ne cessait de me harceler sur l’origine de mes cicatrices très nombreuses. Laureen Roberts me disait de l’ignorer, mais ce n’était pas si simple…

Habillé d’un pantalon de toile noir, une chemise blanche, un tablier rouge bordeau et un noeud papillon noir également, j’avais passé les deux premières heures juste avant l’ouverture à vérifier mes stocks et ranger la vaisselle restante de la veille. Puis vinrent les artistes qui allèrent presque immédiatement à la loge avant que les clients n’arrivent. A 21 heures, je servais mes premiers cocktails qui furent apportées aux tables qui les avaient commandées. Comme d’habitude, j’avais deux soulards qui se racontaient leurs problèmes en buvant des whisky sans ménagement. A vrai dire, même s’ils cherchaient sans cesse mon attention, je faisais toujours en sorte d’avoir quelque chose à faire, ce qui n'était pas si difficile que ça puisque, le vendredi soir, tout le monde profitait d’avoir plus de temps libre pour se détendre. Beaucoup l’appréciaient. Il n’y avait qu’à voir l’expression de leurs visages. J’en venais souvent à me demander ce que penseraient mes contacts si, un jour, ils avaient la possibilité d’agir ainsi, sans se soucier de leur prochain repas ou s’ils trouveraient un toit assez solide pour les abriter pendant la nuit. Seraient-ils perturbés comme moi en ce moment ? Ou même lorsque j’étais passé d’une vie à la rue à celle d’un lycéen dans une académie spéciale ? Au pire, c’était tout le mal que je leur souhaitais. C’était toujours mieux que mourir de froid l’hiver avec pour seule couverture un carton, ou de manger de la soupe de caillou pour seul repas de la journée…

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Fallon Madox
Membre absent
Sexe : Homme
Identité de genre : Gender-fluid
Apparitions : 43
Inscription le : 10/06/2018
Né(e) le : 07/01/1992
Age : 26
Nationalité : British
Niveau d'études/Métier : Master of Education
Classe : Prof d'anglais et littérature
Situation amoureuse : Aucune
Personnage sur l'avatar : Saitou Hajime
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Commentaire/citation : Parle en #CC66CC
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t209-fallon-madox-fiche-terminee

Dim 17 Juin - 22:33
    Un peu plus de deux mois qu'il avait emménagé et pris ses marques en temps que professeur. Deux mois pendant lesquels il avait appris à cerner ses élèves et à peine côtoyer ses collègues, ou en tout cas pas plus que nécessaire. Son loft prenait forme peu à peu, il avait trouvé une salle de sport convenable, bref, rien de bien folichon mais tout tournait à peu près correctement pour le moment. Il s'était accordé très peu de moment depuis son arrivée, afin d'assimiler le programme de fin d'années et préparer convenablement certains élèves à passer leurs examens de fin d'études. Mais ce soir, après une nouvelle journée bien remplie, il avait décidé de souffler. Il avait interrompu un trio d'élèves, plus tôt dans la semaine, qui parlaient d'un bar qu'ils appréciaient beaucoup, et d'un concert qui s'annonçait d'un groupe dont ils connaissaient - apparemment - le guitariste. C'est comme ça qu'il avait décidé de se rendre au Dublin Castle.

    Après être repassé chez lui, avoir fait une touche de ménage, mangé et pris une douche, il avait revêtu un baguy kaki et enfilé un tee-shirt prune. Converses aux pieds et veste chaude sur les épaules, il était sorti. Il faisait bon ce soir, aussi avait-il privilégié de faire une partie du chemin à pied, avant de se résilier à prendre un bout de métro. Il arriva sur les coups de vingt-et-une heure trente, se frayant un chemin entre les gens déjà présents. Et à peine eut-il rejoint le bar qu'il se fit héler par une voix féminine qui lui sembla familière, même s'il ne la reconnut pas tout de suite.

    Monsieur Madox !

    Kathleen ? la reconnut-il, les traits légèrement surpris.

    Vous écoutiez donc bien notre conversation l'autre jour ! rit la jeune femme en arrivant à sa hauteur.

    Il aurait dû s'attendre à les trouver ici, elle et les deux garçons de son cours. Il ne se priva pas pour l'interroger sur sa consommation d'alcool, mais celle-ci rétorqua qu'elle était majeure depuis quelques jours et qu'elle avait quelque chose à fêter ce soir.

    J'ai été accepté dans la section littéraire d'Oxford ! s'était-elle enjouée avant de commander une bière dans la foulée.

    Il n'était pas étonné, Kathleen était l'une des rares élèves à être brillante dans sa matière, et elle était d'autant plus assidue dans les autres matières.
    Il arrêta son geste alors qu'elle allait payer.

    Laissez, c'est pour moi, pour vous féliciter. Mais ça reste entre nous, et vous tâcherez d'obtenir vos examens finaux avec mention ! lui avait-il souri.

    Elle l'avait remercié et l'avait assuré de faire son maximum pour ne pas le décevoir, avant de repartir vers sa table avec sa bière. Fallon avait agité doucement la tête en la regardant repartir si joviale, puis s'était enfin retourné vers le serveur.

    Excusez-moi. Je paye sa note du coup, et.. Ajoutez-moi un cosmopolitan avec, s'il-vous-plaît, demanda-t-il avec un sourire courtois.
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Lun 18 Juin - 11:43


Le bar des rencontres

Feat Fallon Madox



Il ne fallait pas se mentir, le concert prévu en début de soirée était grandement apprécié par des plus jeunes. Je dirais même qu’ils devaient être moins âgés que moi d’au moins quelques années pour la plupart. Mais, contrairement à eux, je n’avais pas vraiment eu l’occasion de connaître réellement mes goûts musicaux, ni même d’assister à un concert. J’étais donc, oui, un peu jaloux en les regardant rire et s’amuser tous ensemble en attendant que ma collègue commence son chow avec le reste du groupe qui était arrivé depuis peu. Heureusement qu’ils étaient passés par derrière, sinon ils n’auraient même pas pu dépasser le seuil de l’entrée.

Mon travail de la soirée se faisait ainsi plus calme que lorsqu’il s’agissait de spectacles plus traditionnels. Nettoyage, servir les ivrognes et les quelques jeunes en âge de boire de l’alcool… Heureusement que je n’avais pas à faire la cuisine. Même si je me débrouillais pas mal pour avoir cuisiné pour des enfants pendant quelques temps, je ne me sentais pas de cuire de la nourriture pour des clients. La mise dans l’assiette me paraissait bien plus compliquée que faire des verres d’alcool tant c’était plus travaillé que ce que faisait Berth. Serveur non plus ne me paraissait pas être une activité fort passionnante tant les clients pouvaient se montrer teigneux. Devant un bar et leur verre d’alcool, tout semblait plus simple, bizarrement.

D’ailleurs, plusieurs personnes étaient là, silencieuses. Mais c’est lorsque le groupe s’apprêtait à entrer en scène pour débuter leur série de chansons que d’autres arrivèrent. Parmis eux, une jeune femme accompagnée d’un adulte. En les entendant discuter, je pus facilement deviner qu’ils se connaissaient à l’extérieur, même si je ne parvenais pas à deviner d’où. En même temps, je tentais de suivre deux ou trois conversations en même temps, on ne sait jamais ce qu’on peut apprendre par hasard, ce qui rendait la prise de détails impossible. Bien entendu, lorsqu’on m’appelait ou me parlait, je focalisais mon attention sur le client en question pour éviter les bêtise. J’avais beau avoir une merveilleuse mémoire (selon certains), je n’étais pas fou au point de prendre trop de risques non plus.

Grâce à cette dernière, je pus reconnaître assez facilement la jeune femme fraîchement arrivée avec l’adulte. Je me rappelais qu’elle venait régulièrement quand ma collègue et le reste de son groupe étaient annoncés sur scène, ce qui avait pu lui valoir quelques déceptions. Cependant, ce fut la première fois que je pus lui accorder sa commande puisqu’elle avait atteint l’âge adulte. Sa carte d’identité m’était revenue alors que j’aurais dû la lui demander. Je lui servis donc tout de suite sa bière en souriant poliment, accueillant son clin d’oeil sans qu’il me fasse ni chaud ni froid. Beaucoup de femmes semblaient penser que j’allais tomber sous leur charme de la sorte et repartaient soit déçues, soit trompées par mon allure polie, soit contentes d’avoir tenté le coup. Pour elle, c’était sans doute une des deux dernières options. Mais je ne voulais pas m’engager dans des explications inutiles. Dans le pire des cas, elle se prendrait un râteau assez puissant quoique cordial, même si je n’aimais pas trop voir les autres dans des états déplorables.

Lorsqu’elle repartit vers un groupe de jeunes de son âge, l’homme resta et me fit part qu’il payait pour elle et qu’il prenait un cosmopolitan. Je lui souris alors courtoisement en lui répondant qu’il n’y avait pas de problème. Je lui préparai alors son alcool devant lui avant de le lui servir professionnellement. Tout en faisant cela, je tentai d’engager la conversation sans trop chercher non plus :

- Une connaissance à vous ?

En l’observant, je trouvai à cet homme une apparence plutôt commune. Il y avait juste ses yeux bleus qui ressemblaient un peu à ceux que j’avais vus pendant quatre longues années qui me donnèrent des frissons. Heureusement, les traits du visage n’avaient absolument rien à voir, ce qui me rassura sans que j’eue l’envie de chercher à le faire. De toute façon, s’il avait été lui, il n’aurait sans doute pas agit de la sorte, cherchant plutôt à m’enlever derrière le bâtiment comme il l’avait fait par le passé. Rien que cela me permettait de garder la tête sur les épaules et ma concentration sur ce qu’il se passait autour de moi.

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Fallon Madox
Membre absent
Sexe : Homme
Identité de genre : Gender-fluid
Apparitions : 43
Inscription le : 10/06/2018
Né(e) le : 07/01/1992
Age : 26
Nationalité : British
Niveau d'études/Métier : Master of Education
Classe : Prof d'anglais et littérature
Situation amoureuse : Aucune
Personnage sur l'avatar : Saitou Hajime
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Commentaire/citation : Parle en #CC66CC
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t209-fallon-madox-fiche-terminee

Mar 19 Juin - 8:07
    Sa commande passée, Fallon balaya vaguement le bar du regard. L'âge moyen ne devait pas être bien élevé ce soir. Cependant il revint assez vite au barman qui engagea la conversation en lui tendant finalement son verre.

    Merci.

    Il sortit son portefeuille, et tout en récupérant un billet, répondit à sa question :

    Une de mes futures anciennes élèves, dit-il en lui tendant le papier chiffré.

    Et au cas où, il embraya :

    Et non, ça ne m'arrive pas souvent d'offrir des verres à mes étudiantes, elle vient d'être acceptée dans une grande école, se justifia-t-il en tendant son regard vers Kathleen.

    Cette dernière l'avait d'ailleurs remarqué, et levait sa bière à son attention, comme pour trinquer de loin. Un léger sourire aux lèvres, il lui rendit le geste en levant son verre également avant d'en boire une gorgée. Avant de se détourner de son regard pour ne plus l'avoir dans son champs de vision. Kathleen était une jolie jeune femme, qu'il savait apprécier pour son sérieux et son envie d'apprendre. Le fait qu'elle aime sa matière et veuille poursuivre dans cette filière aidait grandement sans aucun doute. Mais, jamais il n'avait envisagé quoi que ce soit avec elle, pas même maintenant qu'elle était majeure et malgré le fait qu'elle ne serait ferait bientôt plus partie de sa liste d'élèves. Ses intentions à son égard n'avaient pas changé. Pour le moment du moins. Dans tous les cas, il avait simplement voulu être sympa, même si cela pouvait paraître suspect aux yeux d'autres.

    Le concert avait commencé et il apprécia sans vraiment l'adorer la musique qui se jouait. Prenant une nouvelle gorgée de son verre, il reporta son attention sur le serveur, détaillant un peu plus ses traits, fins, agréables à regarder.

    Vous avez toujours ce genre de clientèle ? demanda-t-il par curiosité.

    Il faisait bien entendu allusion aux nombreux étudiants présents. C'était la première fois qu'il venait dans ce bar, et s'il s'avérait que c'était un repaire à élèves, il éviterait sans doute d'y remettre les pieds à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Mar 19 Juin - 19:14


Le bar des rencontres

Feat Fallon Madox



Me remerciant, mon client me répondit que la personne qui l’accompagnait jusque-là était une élève à lui. Enfin, pour le moment. J’imaginais qu’une fois qu’elle aurait son diplôme elle ne le serait plus. N’en ayant pas reçu ou même passé, je ne savais pas vraiment ce que cela valait, mais je n’en montrai rien. Cela ne valait pas la peine : je n’étais pas là pour raconter mes problèmes mais pour les écouter. Je pris donc le billet qu’il me tendait pour encaisser les commandes tout en l’écoutant embrayer.

Réfléchir et écouter une personne ne me posait pas vraiment de soucis. Surtout que, dans cet établissement, la caisse enregistreuse était bien plus pratique que chez Berth où tout semblait dater du 19ième siècle. Ainsi, je pus l’encaisser et lui rendre sa monnaie tout en prenant en compte le fait que son élève était acceptée dans une grande école. C’était d’ailleurs pour cela qu’il lui avait offert un verre à boire. J’en déduis donc que c’était aussi réjouissant que de trouver un travail et un endroit où vivre. Enfin, c’était ma vision des choses en les ayant vu parler. Du coup, tout en posant sa monnaie devant lui, je lui répondis en souriant cordialement :

- Votre monnaie. J’imagine que cela la ravie.

Au loin, je la vie faire un signe auquel répondit le professeur. M’était-il destiné ou à lui ? Je n’en étais pas sûr, mais le travail m’appelant ailleurs, je me détournai de la scène quelques instants. Je venais de recevoir une nouvelle commande que je servis et encaissai rapidement avant de ramasser quelques verres vides et les mettre dans l’évier face au brun. Alors, pendant que je les lavais, je pus l’entendre me demander si j’avais souvent une clientèle comme celle de cette soirée.

La scène venait justement d’ouvrir ses rideaux pour laisser place au spectacle très attendu par la majorité des clients. Parmi eux, les serveurs et le patrons passaient pour vérifier que tout allait bien, apporter des plats et autres. Judie et le reste de la troupe ne firent pas patienter leurs spectateurs jusqu’à l’ouverture complète de la barrière de tissu avant de commencer leur concert. Non, ils n’étaient pas pressés d’en finir. En réalité, c’était là leur façon d’entrer en scène parce qu’à leurs yeux il était impoli de commencer le spectacle même trente secondes après l’heure indiquée. Et lorsque je m’étais renseigné auprès de la jeune femme, celle-ci m’avait confirmé qu’ils seraient prêt à jouer derrière les rideaux s’ils le fallaient, et même sans sono si celles-ci ne fonctionnaient pas. Tout était bon pour leur public. Je ne savais pas trop ce que j’aurais fait à leur place, l’aide apportée dans les rues n’ayant pas grand-chose à voir.

- Cela dépend des spectacles annoncés. Les jeunes aiment beaucoup les concerts donnés par des groupes comme les Think also. Mais quand il s’agit de théâtre ou de spectacle humoristique, l’âge moyen augmente.

Je ne savais pas vraiment si cela répondait à sa question. Mais, de toute façon, je fus rapidement appelé par Laureen qui paraissait chamboulée. Abandonnant mes verres et mon torchon sans poser de questions, notamment parce que je venais de repérer le début de bagarre, je la suivis à grands pas. Il s’agissait d’un des alcooliques d’habitude collé à mon bar, et d’un autre client. Un jeune qui braillait, visiblement aussi saoul que celui qu’il accusait. Je n’avais pas très bien compris la raison de la querelle, mais cela ne m’empêcha pas de me diriger vers le premier que je connaissais plus. Lui montrant de la sympathie pour calmer sa colère, tandis que Patrick s’occupait de l’autre, je lui proposai de revenir vers mon bar. Lui promettre une bière n’étant certainement pas judicieux pour sa santé, je préférai m’abstenir, lui proposant plutôt mon écoute. Il me remercia alors avant de simplement s’affaler à côté de son camarade de bistrot qui prit ce rôle pour me permettre de travailler. Je repris donc après m’être rapidement lavé les mains, m’excusant rapidement auprès de celui que j’avais quitté plus tôt :

- Veuillez me pardonner, il fallait que je gère la situation avant que cela dégénère.

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Fallon Madox
Membre absent
Sexe : Homme
Identité de genre : Gender-fluid
Apparitions : 43
Inscription le : 10/06/2018
Né(e) le : 07/01/1992
Age : 26
Nationalité : British
Niveau d'études/Métier : Master of Education
Classe : Prof d'anglais et littérature
Situation amoureuse : Aucune
Personnage sur l'avatar : Saitou Hajime
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Commentaire/citation : Parle en #CC66CC
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t209-fallon-madox-fiche-terminee

Mar 19 Juin - 20:04
    Le professeur récupéra sa monnaie tout en songeant aux dernières paroles du barman. Avait-il voulu parler du fait que Kathleen soit acceptée dans un grande école, ou faisait-il allusion au fait qu'il lui ait payé un verre ? Dans les deux cas, elle devait être contente. Et il espérait bien que son admission la réjouisse plus que la bière qu'il lui avait offerte.

    Dédouané de toute mauvaise intention envers l'élève, et le blond à cocktails étant revenu à lui après avoir servi son client, il se renseigna donc sur la clientèle habituelle de l'établissement. Ainsi donc la population y était diverse et variée selon le loisir qui y était présenté. Et il ne put s'empêcher de laisser échapper un rire ironique aux mots du jeune homme. S'il n'avait pas dû se rendre au secours de sa collègue et qu'il l'avait interrogé sur l'origine de cet éclat de rire soudain mais bref, il lui aurait sans aucun doute confié que cela ne l'étonnait guère qu'il y ait des personnes plus âgées lorsqu'il s'agissait de représentation théâtrale. Les jeunes préféraient largement regarder des vidéos débiles sur YouTube ou des séries abrutissantes sur Netflix. Quoi qu'il y avait parfois des documentaires intéressants sur le dernier cité, mais certainement pas aux goûts des adolescents.

    En attendant, il jeta un coup d’œil rapide vers l'altercation qui se déroulait un peu plus loin avant de reporter son regard sur la scène, où les rideaux avaient fini par s'ouvrir.
    Il aurait pu, peut-être, utiliser sa faculté pour apaiser les deux hommes qui s'embrouillaient, mais ce n'était si son rôle, ni son envie. Et puis, le barman et l'autre avaient l'air de très bien se débrouiller.
    Étrange d'ailleurs qu'ils soient eux-mêmes obligés d'intervenir. Ce qui souleva une nouvelle question - dont il se fichait au final de la réponse - dans l'esprit de Fallon.

    Ce n'est rien, j'imagine que ce sont les risques du métier, sourit-il poliment.

    Une gorgée de son cosmopolitan, avant de finalement énoncer sa question à haute voix :

    À ce propos, vous n'avez pas d'agent de sécurité ou de "videur" pour s'occuper de ce genre d'incident ?
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Mer 20 Juin - 14:56


Le bar des rencontres

Feat Fallon Madox



Mon client ne fut nullement dérangé par mon départ, le comprenant au moins un minimum. Peut-être aurais-je pu me sentir soulagé que cela soit ainsi. Mais il n’en était rien. Non, j’avais simplement fait des excuses par politesse et pour le bien des clients. Ainsi, je l’aurais fait pour n’importe qui et il semblait l’avoir bien compris. Je repris donc mon torchon et me remis à essuyer et ranger les verres encore sur l'égouttoir en faisant attention qu’il ne reste plus la moindre trace dessus.

Un coup d’oeil en salle me permit de voir que le calme était revenu dans le sens où il n’y avait plus aucune dispute, laissant les serveurs reprendre leurs activités. Cela ne devait pas être simple pour eux à cause de la musique assez forte pour emplir tout le bar. Personnellement, cela ne me dérangeait pas vraiment, mon audition s’étant quelque peu amoindrie depuis quelques années. Bien sûr, cela pouvait s’avérer inconvenant dans certaines situations, mais j’avais appris quelques astuces pour éviter de faire répéter mes interlocuteurs. Bon, lire sur les lèvres ne se trouvait pas être toujours une bonne solution, surtout face à des gros buveurs qui avaient oublié comment faire pour articuler. Je me servais donc des sons et tentais de les allier entre eux pour les comprendre. Ce n’était pas simple, mais avec de l’expérience, je m’en sortais pas trop mal. De toute façon, je n’avais pas de problème avec celui qui me faisait face pour le moment.

Ce dernier me demanda si nous n’avions pas d’agents de sécurité ou de “videurs” dans le bar. Il me fallut un petit instant de réflexion rapide pour me rappeler les paroles de mon patron lors de mon embauche, ce que je fis en regardant la scène. Puis, souriant avec un air mi-désolé, mi-ironique, je répondis en m’occupant de mon dernier verre à cocktail :

- Nous sommes en train d’en rechercher en ce moment, mais en attendant il faut qu’on se débrouille. Habituellement nous n’avons pas trop de problèmes concernant les bagarres puisque nous les amorçons avant que cela ne dégénère. Mais comme le club devient plus connu, nous prenons en compte que ça pourrait changer.

C’était ce qui m’avait été plus ou moins dit le jour de mon embauche, juste après que je n’ai avoué avoir vécu une grande partie de ma vie dans la rue. Peut-être que, en réalité, j’avais été embauché pour mes capacités de calmer les bagarres et gérer les saoulards plus que faire des cocktails, même si ce dernier point était grandement apprécié. Je n’en savais trop rien mais cette idée ne me déplaisait pas plus que cela.

Alors que je rangeais mon dernier verre, on m’appela pour une nouvelle commande. Un couple de jeunes qui voulaient du rhum coca. Comme j’avais un doute je leur demandai leurs papiers d’identité. Au début, ils prétendèrent ne pas les avoir, ce qui me parut suspicieux. Surtout qu’ils assuraient avoir eu la majorité peu de temps auparavant. Je leur répondis alors que je ne pouvais pas servir d’alcool en cas de doute. Cela ne leur plu vraisemblablement pas puisqu’ils se mirent à me répondre que ce n’était pas normal, que c’était bien la première fois que cela leur arrivait, et ainsi de suite. Je ne me démontais cependant pas, préférant ne pas être punis pour avoir permi à des jeunes de se saouler. En même temps, quel genre de personne buvaient ce genre d’alcool ? Lors de ma formation, on m’avait assuré qu’il était peu probable que des adultes plus mûrs le fassent, donc que sans cartes d’identité mieux valait ne rien leur servir du tout. Ce que je fis, finalement.

Ce qui me permit de me débarrasser momentanément d’eux sans avoir à les rejeter totalement, ce fut la demande d’un adulte non loin de mon client professeur. Un slydog. N’en ayant jamais fait, je dus regarder rapidement la recette avant de la mettre en pratique devant les yeux attentifs de mes propres spectateurs. Il semblait que cela soit aussi distrayant que le concerts pour les jeunes dansant et hurlant devant la scène.

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Fallon Madox
Membre absent
Sexe : Homme
Identité de genre : Gender-fluid
Apparitions : 43
Inscription le : 10/06/2018
Né(e) le : 07/01/1992
Age : 26
Nationalité : British
Niveau d'études/Métier : Master of Education
Classe : Prof d'anglais et littérature
Situation amoureuse : Aucune
Personnage sur l'avatar : Saitou Hajime
Péché(s) :
  •  Orgueil 

Commentaire/citation : Parle en #CC66CC
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t209-fallon-madox-fiche-terminee

Mer 20 Juin - 19:10
    Fallon ne put s'empêcher d'esquisser un sourire à la réponse du barman. Est-ce qu'il se moquait ? Peut-être un peu, oui, mais rien qui ne soit assez visible pour se lire sur ses lèvres. Pour sa défense, la réponse avait légèrement le genre de celles qu'on récite de façon bête et disciplinée. Sûrement l'information qu'un de ses supérieurs lui avait glissé donc.

    Je vois. J'espère que vous trouverez prochainement, se contenta-t-il toutefois de répondre aimablement.

    Avant de le laisser vaquer à ses occupations parce que bon, lui était peut-être là pour se détendre, mais le blond lui y était pour bosser. Il ne suivit pas la scène du jeune couple et de leur rhum coca, préférant jauger l'énergie dépensée par le groupe. Visiblement contagieuse à voir la cohue qu'elle provoquait sur la foule de jeunes qui battaient leurs mouvements au rythme de la musique. C'était une chose qu'il n'avait jamais comprise, ni partagée, même plus jeune. Il n'avait jamais été attiré par les concerts cacophoniques qui vous faisait vous perdre dans une marée humaine. Il avait toujours préféré les représentations plus calmes, appréciant davantage les concertos de piano qu'il pratiquait lui-même. Mais on dit que les goûts changent avec l'âge, ce soir il constatait qu'il n'avait sans doute pas encore assez vieilli pour basculer du côté de la musique populaire. Tant pis - ou tant mieux - pour lui, et peu importe pour les autres. Il aurait essayé.

    Il vida ce qu'il restait dans son verre d'une traite, puis chercha un peu du regard où se trouvait le barman par réflexe, habitude qu'il avait lorsqu'il quittait un endroit dans lequel il avait engagé une conversation. Mais au moment où il se retourna, il se retrouva littéralement douché, dans tous les sens du terme. Non seulement il venait de se prendre un verre en pleine tronche qui s'était déversé en prime sur son haut, mais en plus...

    Faaaaaallon ! Je savais bien que c'était toi ! Oups, désolée pour la douche. Comment tu vas ?

    La gourde à talons, il fallait qu'elle lui tombe dessus ici.

    Je me portais plutôt bien jusqu'à présent, Maguy, je te remercie, répondit-il sur un ton dont l'agacement était sensiblement contrôlé en se passant la main sur le visage pour tenter vainement de se l'essuyer.

    La blondasse d'une trentaine d'années - et encore une fois beaucoup trop maquillée - se mordit l'index dans une attitude aguicheuse. Il était pratiquement sûr qu'elle l'avait fait exprès, que ce soit pour le verre, ou pour le geste.

    Je t'offre un verre pour me faire pardonner, et plus si affinité ! se marra-t-elle avant d'interpeller le barman.

    Blondie ! La même chose pour Mister et une vodka martini pour moi pleaaase !

    Non, vraiment, ce ne sera pas nécessaire, j'allais partir de toute façon, contesta-t-il en modérant une fois de plus sa contrariété.

    Concrètement, il se foutait bien de s'être pris un verre, c'était de se retrouver en face d'elle qui l'emmerdait profondément.

    Quoi ? Ah non, tu restes ! Au moins le temps de boire un verre, tu me dois bie.. Ah merde, mon sac ! Bouge pas, je reviens dans une minute !

    Navré pour le sol, glissa-t-il au barman.

    Crois-le qu'il allait pas se tirer vite fait bien fait.
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Jeu 21 Juin - 22:46


Le bar des rencontres

Feat Fallon Madox



Les encouragements du professeur ne m’avaient ni ému, ni vexé. Je m’en fichais pas mal, à vrai dire. Je n’étais après tout qu’un simple employé qui avait peut-être un peu trop l’habitude de mettre fin aux conflits. Les embauches, ce n’était clairement pas mon truc, ni laisser un client régulier se faire mettre dehors sans ménagement par des gorilles incapables de prendre en considération comment vont les autres. Bon, certes, j’allais dans les extrêmes avec ce genre de pensées. Cependant, il fallait bien dire que c’était ce qui me faisait un peu peur avec cette histoire de “videurs”. Manquerait plus qu’on ne sache plus gérer nous-même des conflits… Mais il était vrai que je préférais les soirées plus calmes et les lieux plus cordiaux comme l’auberge de Berth.

Le travail que je menais n’était pas de tout repos, n’ayant que très peu de temps à m’accorder. Néanmoins, j’aimais énormément la diversité qu’il m’apportait. Les nouveautés étaient assez plaisantes aussi. Mais ce qui m’intéressait le plus était les informations que je pouvais glaner ici et là, surtout en écoutant sans le montrer les conversations des autres. De cette façon, même si mon ouïe me faisait rater pas mal de trucs, je pouvais surveiller ce qu’il se passait en ville sans me mettre en danger plus que de raison. Par exemple, si on parlait d’un homme étrange, voire colérique ou doucereux, qui cherchait un jeune homme correspondant à ma description générale, alors je saurais qu’il sera temps pour moi de prendre la poudre d’escampette en quatrième vitesse. Voire plus selon ce qui en ressortirait par la suite. Enfin, je me doutais qu’il ne penserait pas que j’étais si proche que ça d’un lieu lié à lui. Si ? Le temps seul me répondrait.

En attendant, justement, je pus être témoin des difficultés que rencontra le professeur avec une jeune femme qu’il semblait connaître. Enfin… jeune… Ma vue de loup, tout comme mon odorat, même si cela me déplaisait de le reconnaître, me permit de me rendre compte que ce n’était pas vraiment le cas. Les couches de produits malodorants et graisseux donnaient sans aucun doute ce résultat plus ou moins réussis. Surtout moins pour moi, mais je devais être un cas spécial. Et voir que je n’étais pas le seul qui n’aimait pas sa présence me rassurait un peu. Même les soulards étaient plus agréables à vivre qu’elle. Insistante sans écouter ce qu’on lui disait, elle ne cessait de me demander un verre pour celui qu’elle venait d’arroser “maladroitement” d’après ses dires. Mais je ne le fis pas, écoutant surtout les refus de mon premier client, sa victime. Ce dernier profita même de son départ momentané pour prendre la poudre d’escampette, me demandant pardon pour le sol. Je lui fis signe que ce n’était rien, le laissant partir avec un air complice.

Une fois qu’il eut disparu, j’allais chercher de quoi nettoyer avec l’aide de Laureen. Cette dernière me donna même un bon coup de main pour me débarrasser la chasseuse de beaux hommes. Je n’aimais pas trop ça, mais je savais que je lui en devais une, même si elle ne me le dirait jamais. Par la suite, nous retournâmes à nos postes et la soirée se passa sans trop d’incidents. A vrai dire, vu la folie qui semblait prendre les jeunes à chaque concert, je me demandais toujours comment cela pouvait être possible. Enfin, au moins j’avais la satisfaction de pouvoir ranger simplement sans trop me poser de questions. Et ce soir-là, je n’eus qu’à raccompagner mes deux clients favoris dehors avant que le patron ne les remarque. Cela ne me fut pas simple, mais beaucoup plus que s’ils avaient été énervés. L’aide que j’avais apportée plus tôt me fut profitable. Un mal pour un bien, comme on disait dans le milieu.

Et, une fois que le fermeture fut complète, nous sortîmes du bâtiment et partîmes chacun de notre côté. Le patron, comme d’habitude, fut avare en paroles comme en compliments, mais ce n’était pas bien grave. Comme on me l’avait souvent dit depuis mon arrivée, on parvenait toujours à savoir s’il était énervé ou fier. Là, il était plutôt fier. Je pus alors m’en aller chez moi sans trop de soucis. En passant, je pris des nouvelles de quelques SDF avec qui j’avais des contacts. Je n’avais malheureusement rien pour eux, mais ils ne m’en voulurent pas, me remerciant avant toute chose d’être passé les voir malgré l’heure tardive.

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sin Theatre :: 
North London
 :: Camden Town :: Dublin Castle
-
Sauter vers: