Sin Theatre


 

Les liens du cœur ne mentent jamais (PV Maëlys)

Malon Dailly
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 16
Inscription le : 03/07/2018
Né(e) le : 30/09/2002
Age : 16
Nationalité : Ecossaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : X
Double Compte : Melody Lawford / Erik Vint Svent / Malon Dailly
Personnage sur l'avatar : Titania / Asuna Yuuki
Péché(s) :
  •  Avarice 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t255-melonmalon-is-here

Mer 26 Sep - 22:08
♥️
Les liens du cœur ne mentent jamais

MAËLYS JØRGENSEN
J'avançais, seule, dans les couloirs du troisième étage, mon sac en bandoulière, tranquillement, observant le ciel qui commençait à se voiler de bateaux cotonneux qui voguaient paisiblement sur une mer orangée. Je restais un instant à observer ce paysage magnifique, si différent de ceux de mon Ecosse natal avant de m'en détourner en silence pour rejoindre ma destination: les dortoirs .Une journée comme les autres se terminait aujourd'hui encore sans que rien ne vienne bouleverser mon quotidien: il faut dire que je m'étais plutôt fait discrète depuis mon arrivée au début de l'été, préférant le calme aux attraits de la vie de société. Bien sûr, j'avais eu mes propres rencontres depuis mon arrivée, notamment un jeune homme de mon âge qui s'était évertué lors de mon arrivée à s'adresser à moi à plusieurs reprises sans que je comprenne un traître mot de son histoire ou des raisons qu'ils avaient de me connaître. J'avais fini par me persuader qu'il s'agissait simplement d'un fan et j'avais entrepris de me montrer courtoise mais franche: je ne le connaissais ni d’Ève ni d'Adam. Malheureusement pour lui, son visage, quoique familier par certains abords, n'avait éveillé en moi aucune réminiscence susceptible de m'aider à lui accorder un quelconque crédit aussi il semblerait que l'énigmatique garçon avait cessé de voir en moi la personne qu'il recherchait.

Pour le reste, c'était le calme plat et si les entraînements et mes cours, divers et variés, occupaient la plupart de mes journées, je ne pouvais nier que cette balade tardive n'était qu'une manière pour moi de tromper l'ennui comme la solitude. Peut-être était-ce dû aux nombreux changements en moi, à mon récent rapprochement avec les divers sentiments liés à mes pouvoirs ou encore à l'éloignement mais ma famille ainsi que mes amis, pour la plupart restés en Ecosse, me manquaient. Ils me manquaient malgré ma proportion à vouloir exiger de moi d'être indépendante et mériter leurs confiances. Je lâchais un soupir sans pour autant me lamenter. Peut-être arriverais-je à communiquer avec mes camarades demain? Je me forçais à ne pas m'y résoudre uniquement par peur et peut-être était-ce un peu stupide? J'aurais toute la soirée pour y réfléchir ou peut-être tenté l'expérience avec l'une de mes camarades de chambre aussi particulières l'une que l'autre : entre une valkyrie maniaque de la propreté et son pendant draconique qui, non content d'être désagréable ou hautaine par instants, ne semblait pas connaître le concept de pudeur. Enfin c'était le programme. Le programme jusqu'à ce que je fasse une rencontre dans ce couloir que je pensais désert.

C'est en effet à ce moment que je croisais une demoiselle à l'air enjouée et aux longs cheveux verts. Avait-elle l'air spéciale ou digne d'attirer mon attention? Pas spécialement, elle n'était en rien différente de la plupart des élèves que je venais de croiser sur ma route solitaire. Du moins, c'est le premier avis que je me fis lorsque mes yeux ambrés vinrent à se poser sur la petite bouille d'ange qui venait de faire irruption dans le couloir, je changeais cependant rapidement d'avis lorsque quelque chose d'autre vint me frapper aussitôt. Un malaise. Une dissonance. Une étrange impression pernicieuse qui semblait se concentrer autour de la jeune femme, une impression dont j'étais incapable de cerner les raisons mais qui suffisait à faire trembler mes doigts. Il semblait, du moins sur la base de l'intuition, que quelque chose de magique emprisonnait la jeune femme. Certes, sentir des forces magiques s'agiter autour de mon entourage ici n'était en rien une nouveauté, ne serait-ce qu'en m'observant le matin, nue, face à mon miroir : je pouvais alors distinguer des flux fugaces s'enrouler autour de mes chevilles, de mes cheveux ou encore parcourir ma peau de part et d'autre mais..

Quelque chose de différent était à l'oeuvre autour de cette inconnue. Une chose était claire : je ne connais pas spécialement bien mes pouvoirs. On m'avait expliqué leurs utilités et j'avais pu m'y essayer, aussi, je connaissais sommairement leurs effets mais il y'a une partie de moi que je connaissais suffisamment: c'était la curiosité qui venait de s'infiltrer dans mon esprit. Oui je brûlais de comprendre. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'entreprenais mon premier vrai contact social en ces lieux.

-"Mademoiselle!" fis-je en trottinant pour réduire la distance entre elle et moi.

Maintenant, je devais trouver une excuse pour l'importuner de la sorte et pour établir un contact nécessaire à l’exécution du Love Ribbon.. Une toute autre affaire..
Revenir en haut Aller en bas
Maëlys Jørgensen
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 30
Inscription le : 23/09/2018
Né(e) le : 01/04/2002
Age : 16
Nationalité : Danoise
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Classe : 3°A, D3 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Dana O'Neill
Personnage sur l'avatar : Sanae Kochiya
Commentaire/citation : "Les Muses sont comme les Succubes. Leur rôle est d'inspirer et de faire que les Hommes transpercent tout pour elles. La différence est que les Muses viennent avec peu d'habits mais les garde quand la Succube s'évertue à les enlever"
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t328-je-peux-ou-dois-donner-de-l-inspiration#2062 http://sin-theatre.forumactif.com/t331-mes-aventures-et-mes-copains-maelys

Jeu 27 Sep - 17:01



Les liens du cœur ne mentent jamais



"Les liens invisibles laissent les marques les plus profondes"
[I. Sorente]

feat. Malon

11 septembre 2018


Aujourd'hui en me levant, ma première pensée de la journée fut que je n'aurais aucun soucis avant au moins mi-décembre. Des mois de calme en perspective ! C'était réjouissant. J'ignorais comment j'en étais arrivée à apprécier d'être loin de ma famille. Enfin, loin des Muses. C'était triste. Je voulais être avec elles... C'était tout ce que j'avais. Ma famille, mes amis... Et à chaque fois que je repensais à toutes ces femmes qui avaient forgés la jeune femme que j'étais devenue, je me sentais triste d'avoir en tête leurs regards qui vacillaient entre la peine et le mépris. Ça me blessait. Mais je ne devais pas être triste. Je devais rester joyeuse et douce. J'étais une Muse ! Mince alors ! Je n'allais pas m'abattre parce qu'une entité x qui n'était pas mon Dieu me forçait à changer mon passé et mon avenir. Ce n'était pas convenable.

J'ai pourtant fais ma rentrée comme toutes les autres, souriante, écoutant, racontant mes propres vacances. Je riais avec mes amies, discutant avec tout le monde. J'aimais les gens. C'était un plaisir de voir les autres s'ouvrir sous mes mots, me raconter aussi bien leurs tracas que leurs anecdotes et me laisser les découvrir un à un. J'aimais cela. J'aimais découvrir ainsi les autres. Même en oubliant que je ne pouvais plus leur apporter l'Inspiration. J'aurais adoré continuer... Mais on ne change pas si facilement. Néanmoins je trouverais un moyen de changer. Je redeviendrais une Muse. Je perdrais cette maudite race qui ne m'a rien offert et je retrouverais ma vie d'avant. C'était mon but.

C'est toujours mon but alors que je sors de ma salle de cours. Je sautille en souriant, riant d'une blague et en lançant une autre. Je ne comprends pas tout ce que disent mes camarades. Parfois, je crois comprendre qu'on se moque de moi. Il n'y a jamais rien de grave ni de méchant. Ce sont des boutades. Et j'aime voir les gens sourire. Alors je me tais, je penche la tête en questionnant doucement. Après tout, je ne suis pas violente comme certaines de mes camarades, je ne crie pas – ou très rarement – et beaucoup me protègent. Certains me voient comme un petit animal sans défense. Un petit chat par exemple. Je ne comprends pas en quoi. Mais cela n'est pas important. Je m'éloigne du groupe de personnes, me dirigeant vers la salle des professeurs. J'ai besoin d'un imprimé que je remettrais ce soir à l'une de mes camarades malades. J'en profiterais pour lui expliquer les cours qu'elle n'a pas suivi et je pourrais sûrement aller à mon petit boulot après. Si je n'en avais pas la possibilité, je décalerais à demain.

C'est à ce moment-là que l'on m'interpelle.

Demoiselle inconnue ∞ "Mademoiselle !"


Mon buste se retourne, mon visage est souriant, doux, tendre. J'observe la personne m'ayant appelé. Une demoiselle faisant approximativement ma taille, les cheveux aussi roux que les miens étaient verts, les yeux semblables à deux orbes de métal en fusion. Elle est jolie. C'est indéniable. J'observe une seconde ses oreilles pointues. Une elfe je suppose.

Maëlys ∞ "Oui ? Vous désirez quelque chose ? Puis-je vous être utile ?"


Ma marche s'arrête pour la laisser arriver à ma hauteur. Peut-être a-t-elle besoin de conseils ou aurait-elle une question sur une tenue que j'avais pu porter ?



Hrp
//
(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Malon Dailly
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 16
Inscription le : 03/07/2018
Né(e) le : 30/09/2002
Age : 16
Nationalité : Ecossaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : X
Double Compte : Melody Lawford / Erik Vint Svent / Malon Dailly
Personnage sur l'avatar : Titania / Asuna Yuuki
Péché(s) :
  •  Avarice 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t255-melonmalon-is-here

Dim 30 Sep - 14:16
♥️
Les liens du cœur ne mentent jamais

MAËLYS JØRGENSEN
Si la curiosité est un très vilain défaut, je veux bien le croire d'autant qu'elle était la responsable de mon incursion dans le quotidien de cette jeune femme. J'essayais dès lors de réduire l'impact de cette décision impulsive et de ne pas me rendre plus ridicule que la situation l'exigeait.

"Oui ? Vous désirez quelque chose ? Puis-je vous être utile ?"

-"Je.."

Je restais sans réponse un court instant, cherchant à exploiter une répartie quelconque pour ne pas continuer à rester planter là comme un piquet mais aucune idée ne venait me délivrer de cet instant quelque peu gênant. Je ne me voyais en aucun cas lui expliquer la véritable raison de ma présence. Imaginez un peu la scène. "Ben il s'avère que je suis venue te voir car j'ai l'impression que quelque chose d'étrange s'est ancrée à toi, un peu comme si quelque chose essayait de t'intégrer mais sans y parvenir et je voudrais savoir de quoi il s'agit parce que je suis diablement curieuse". J'ai connu meilleure approche et surtout des approches plus susceptibles d'aboutir que celle-ci. C'est ainsi que je me rabattais vers une question basique, presque cliché.

-"Je m'excuse de te déranger mais je cherche à trouver la salle des professeurs et je suis complètement perdue.. il faut dire que je suis nouvelle ici et que tout ces changements ont tendance à me perturber.."  fis-je en laissant mes mains descendre en me désignant comme pour accompagner mes dires.

Il faut avouer que ce n'est qu'un demi-mensonge. Ça ne fait que quelque mois que j'étais arrivé en ces lieux et il est tout aussi vrai qu'il m'arrive de me perdre dans ces couloirs aux allures labyrinthiques en de rares occasions mais ce n'est pas le cas aujourd'hui et je ne pouvais faire sans admettre que les changements corporels qui avait accompagné ma transformation m'avait étonné en premier lieu mais je m'y étais faîtes assez vite. Plus encore, je dirais que j'y avais gagné en beauté et que je n'envisagerais aucunement de faire marche arrière si on me le proposait. Ceci étant dit je n'avais aucun besoin qu'on me guide vers le bureau des enseignants : j'en connais parfaitement la localisation. En effet, j'ai dû m'y rendre par plusieurs fois après mon inscriptions pour régler quelques détails en rapport avec les compétitions à venir et ma pratique sportive au sein de l'établissement. Je dois dire que je n'étais pour autant très fière de mentir de la sorte, d'autant plus en sachant la raison qui me poussait à agir ainsi et en considérant que mon éducation me poussait à mépriser de tels méthodes. Je taisais cependant mes états d'âmes et tenter de noyer le poisson de la manière la plus maladroite qui soit.

-"Enfin si tu as le temps de me venir en aide bien sûr.. Je me doute que tu n'as pas que ça à faire.." rajoutais-je avant de me présenter en bonne et due forme "J'en oublie même les bonnes manières, je m'appelle Malon et toi?"

Je n'accompagnais cependant pas le geste d'une quelconque révérence mais plutôt d'une main tendue pour une poignée de main classique. C'était un geste parfaitement réfléchi et je savais qu'à l'instant même où elle effleurerait ma main, je pourrais lier nos deux cœurs et satisfaire cette curiosité mal placée. Bientôt, je ressentirais chaque once des sentiments de cette inconnue tout comme elle serait capable de le faire, un peu comme il était possible d'espionner le jardin secret de quelqu'un. Du moins si elle acceptait ma proposition. Il serait peut-être bon qu'elle ne le fasse pas..
Revenir en haut Aller en bas
Maëlys Jørgensen
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 30
Inscription le : 23/09/2018
Né(e) le : 01/04/2002
Age : 16
Nationalité : Danoise
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Classe : 3°A, D3 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Dana O'Neill
Personnage sur l'avatar : Sanae Kochiya
Commentaire/citation : "Les Muses sont comme les Succubes. Leur rôle est d'inspirer et de faire que les Hommes transpercent tout pour elles. La différence est que les Muses viennent avec peu d'habits mais les garde quand la Succube s'évertue à les enlever"
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t328-je-peux-ou-dois-donner-de-l-inspiration#2062 http://sin-theatre.forumactif.com/t331-mes-aventures-et-mes-copains-maelys

Mar 2 Oct - 3:48



Les liens du cœur ne mentent jamais



"Les liens invisibles laissent les marques les plus profondes"
[I. Sorente]

feat. Malon

11 septembre 2018


Silencieuse, patientant que l'inconnue ne trouve les mots qu'elle désire m'adresser, je ne fais que l'observer avec ce calme qui j'ai réussi – Dieu seul sait  comment – à apprivoiser. Sûrement les années à aider les artistes, en leur offrant l'Inspiration, avaient bien amélioré mon adaptation envers les êtres humains. Bien que techniquement, elle n'est pas humaine. Êtres vivants est plus adapté dans cette situation. Quoique... Un animal est un être vivant. Et je doute qu'elle ne soir un oiseau, un chien ou un chat. Disons « autrui ». Oui c'est un bon compromis. Je m'adapte facilement à autrui.

Je redirige mon attention vers mon interlocutrice. Je détaille sa posture sans me départir de cette candeur que j'affiche continuellement ; souvent malgré moi. J'essaie pourtant de m'en séparer... Mais il paraît que je suis née pour être candide, aussi « douce qu'une brise printanière ». Papa me le répétait souvent lorsque je lui disais vouloir devenir adulte. Lui me suppliait presque de rester à jamais un enfant.

Malon ∞ "Je m'excuse de te déranger mais je cherche à trouver la salle des professeurs et je suis complètement perdue."


J'ouvre mes lèvres en souriant, prête à lui répondre que c'est ma destination et que je l'y accompagnerais avec plaisir … Jusqu'à  sentir mon serpent bouger. Fugace, il traverse mon visage, passant sur mon front, et je vois ses écailles jaunes passer dans le haut de mon champ de vision. Lentement, ma vision change. J'observe, une seconde, les autres élèves se teinter de jaune. Ma vision n'est que palette de jaune. Je n'ai pas tout saisi sur l'utilité de ce pouvoir mais j'ai compris une chose. Il y a deux notions sur ça. Tu brilles si tu mens. Plus tu brilles fort, plus tes mensonges ont l'air de tenir dans le temps, comme répétés. Plus ton jaune est vif, plus e dernier mensonge à l'air d'être récent.

Et l'elfe, qui se présente sous le nom de Malon, brille, elle aussi. Elle brille très faiblement mais d'un jaune est vif, poussin. J'en déduis, peut-être à tord d'ailleurs, qu'elle vient de mentir. Le gros défaut de ce pouvoir, hors mon manque évident de contrôle, c'est que j'ignore à qui sont adressés les mensonges. Qu'elle ne dise pas la vérité ne me dérange pas. Nous mentons tous à plus ou moins grandes doses. Et puis, elle veit se rendre à la salle des enseignants, personne ne mentirait pour quelque chose d'aussi bête.

Je ne sais pas encore beaucoup de choses. Certaines me dépassent bien plus que ce que je peux imaginer. Néanmoins, pouvoirs ou non, je n'ai jamais douté de quelqu'un et je me refuse de commencer aujourd'hui. Gardant ce naturel joyeux que j'aime avoir, ma voix se présente à son tour.

Maëlys ∞ "Je suis Maëlys Jørgensen, élève de 3ème A. Enchantée de vous rencontrer, Miss Malon. Je suis honorée de faire votre connaissance même si je ne saisis pas bien l'étendue et la raison de votre récent mensonge."


Ma main attrape la sienne, la serrant délicatement. Avant que...



Hrp
//
(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Malon Dailly
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 16
Inscription le : 03/07/2018
Né(e) le : 30/09/2002
Age : 16
Nationalité : Ecossaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D2 + Adaptation
Situation amoureuse : X
Double Compte : Melody Lawford / Erik Vint Svent / Malon Dailly
Personnage sur l'avatar : Titania / Asuna Yuuki
Péché(s) :
  •  Avarice 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t255-melonmalon-is-here

Sam 10 Nov - 11:47
♥️
Les liens du cœur ne mentent jamais

MAËLYS JØRGENSEN
Argh..Je me retiens de laisser paraître quoi que ce soit pour ne pas compromettre  mes chances de satisfaire ma curiosité mais .. Elle sait que je lui ai menti : peut-être aurais-je dû me soucier de ce potentiel pouvoir dans une école qui abrite tant de capacités diverses et d'êtres formidables.. Bon.. De toute manière, il est trop tard pour me repentir ou m'excuser de ma curiosité presque maladive car ses doigts saisissent les miens et le lien se fait presque naturellement.

Je dois avouer n'avoir jamais auparavant établi le contact sans l'accord explicite de mon partenaire et l'effet diffère tout à fait lorsque ce lien repose sur l'intrusion. En lieu et place d'une progressive et agréable vague d'émotions dont l'origine semble inconnue mais qui agit comme une chaleureuse étreinte, le lien se fit de manière bien plus brutale et plus crû comme si l'on venait d'implémenter de force des sentiments qui venaient dès lors se superposer aux précédents dans une sorte d'intrusion déplaisante.

Oui cette interaction ressemblait en tout point à une intrusion déplaisante. Une intrusion qui ne me laissa pas de marbre à vrai dire.. Dans un premier temps, une profonde amertume mêlée à un refus profond d'accepter un fait vint emplir mon cœur et si je savais que ces sentiments n'étaient pas les miens, ils me heurtèrent tout de même. Finalement, après que ce premier frisson ne se soit totalement immiscer profondément en moi, un second élan de crainte vint entraver mon cœur sans attendre. Une crainte inévitable comme celle qui nous saisit face à une évidence indéniable. Autre évidence : la jeune Maëlys semblait receler d'un désespoir impossible à étancher.  Je n'eus pas le temps de me plonger dans l'abîme sans fond que semblait être le cœur de mon interlocutrice que le choc me fit lâcher sa main, brisant le lien par la même occasion, comme si cette dernière était électrifiée. Très vite, les émotions de trop semblèrent disparaître comme si, privées de leur catalyseur et faute de quoi s'alimenter, elles mourraient sans bruit. J'esquissais dès lors quelques pas de recul, choquée par l'expérience tout en bredouillant des excuses.

- « Je.... Je suis désolée.. ! Je..»

Je n'aurais pas dû . Ce sont les mots qui restaient coincés dans ma gorge tandis que des tas de pensées filaient dans mon esprit comme des comètes dans un ciel nocturne afin de justifier mon acte mais rien n'y faisait. Rien ne pouvait expliquer ou du moins défendre cet excès de curiosité et cette intrusion dans ses émotions. Je pourrais mentir, dire que ce n'était qu'un accident, elle pourrait même me croire ou se convaincre de me croire, ma conscience témoignerait de cette vilenie.. Comment aurais-je pu savoir ? A première vue, rien ne laissait entendre ce que j'allais découvrir.. ce que je venais de découvrir : une âme meurtrie derrière une façade de bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sin Theatre :: Bâtiment B : Cursus normal :: 3e étage : Spécialités-
Sauter vers: