Sin Theatre


 

OPEN YOUR EYES (with Yasushi)

Chuemon K. Cavendish
BS |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 38
Inscription le : 02/07/2018
Né(e) le : 20/02/2002
Age : 16
Nationalité : Britannique, et origine Japonaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Asexuel
Personnage sur l'avatar : Yashiro Isana - K
Péché(s) :
  •  Colère 

Commentaire/citation : Beauty can hide thorns.
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t270-steel-cannot-be-twisted-that-easily-termine

Mer 10 Oct - 23:33





OPEN YOUR EYES

(ft. Yasushi Lelph)


« Qu’est-ce qu’il fait moche aujourd’hui… » soupira Chuemon en regardant par la fenêtre. Il fit un effort considérable pour penser positif. Mais il ne put penser qu’à ça malgré tout. Le ciel était grisâtre, aucun rayon de soleil n’arrivait à percer cette très épaisse couche de nuages. Chuemon devra s’habituer à ce temps de toute manière, l’automne avait fait sa rentrée à son tour il y avait quelques semaines.
Il frissonna en s’asseyant sur le bord du lit, et toussa. Il avait attrapé bien froid la veille, et son état paraissait ne pas s’être amélioré cette nuit. Sans grande surprise. Il se leva, mais se rassit immédiatement, prit par de violents vertiges accompagnés d’une bonne céphalée. « Je commence bien ma journée moi… » pensa-t-il. Le médicament pris avant d’aller dormir s’avérait bien inefficace. Il se prépara pour sortir, à son rythme. Chuemon se vêtit les vêtements les plus chauds possibles. Il prit soin de prendre un anti-fiévreux avec le petit déjeuner avant de sortir.
Il envoya des messages à sa sœur sur le chemin :
Bien dormi ma petite sœur ?

Oui, j’ai bien dormi. Et toi ?

Ça peut aller, je suis bien fatigué ce matin

Repose-toi, reste dans ton lit aujourd’hui.

Je suis déjà dehors

Q-Que !? Tu es inconscient ou quoi ? Où es-tu ?

Je vais aller te chercher des tartelettes, ça
faisait longtemps que je ne t’en avais pas apporté

Dépêche-toi de rentrer, idiot…
Ta santé m’importe plus


À vos ordre Ma Sœur Jewel !

Tu n'arriveras pas à m'amadouer avec ça, Chue
Dépêche-toi de rentrer un point c'est tout


Il sourit au dernier message et rangea le portable dans sa poche.
Chuemon franchit la porte de la petite pâtisserie habituelle et une bonne odeur sucrée l’accueilla agréablement. Le jeune garçon acheta deux délicieuses tartelettes aux citrons et une petite dizaine de chouquettes. Il avait hâte de ramener ces petites sucreries pour les manger avec Jewel. Il remercia la vendeuse et sortit pour faire un petit tour dans le quartier avant de rentrer. Chuemon s’arrêta soudainement à un passage piéton. Ça n’allait plus du tout. Il regretta de ne pas avoir au moins un petit sachet de sucre dans la poche. La vision se faisait de plus en plus floue. Il s’appuya contre le dossier d’un banc non loin. Se tenir bien droit, regarder en face de lui, inspirer par le nez puis expirer par la bouche. Rien n’arrivait à améliorer son état. Sa tête tournait de plus en plus. Il avait de plus en plus froid, il grelottait. Il avait déjà utilisé ses deux chaufferettes sur le chemin, il n’avait donc plus de petites sources de chaleur. Chuemon toussait de plus en plus à en avoir mal à la cage thoracique. Il sentait bien qu’il était malade. « Il fallait que je sois complètement malade au milieu de la rue… »
Jewel avait raison. Il aurait dû rester au lit et se reposer comme elle l’avait conseillé. Il n’aurait pas été pas dans cette situation s’il avait écouté sa sœur. « Quel con… » s’insulta-t-il. Ne tenant plus sur ses jambes tremblantes, le jeune garçon s’assit puis sorti son portable. Il hésita à demander à sa sœur de venir le chercher. Il pensa à lui envoyer un message mais finit par y renoncer, pensant qu’une pause sur ce banc pourrait potentiellement l’aider à arranger sa fatigue.
Chuemon prit une chouquette d’une main tremblante et voulu le manger. Mais une sensation de nausée l’arrêta tout de suite. Et remit le chou dans le sac en papier. Qu’il fermât yeux ou les gardât ouverts, ça ne changeait rien à l’évolution de son malaise. Et son état empirait à cause de l’angoisse. Sa respiration se faisait plus courte et plus rapide. Des nuages épais de chaleurs sortaient à chaque expiration.
« … Est-ce que je réussirai vraiment à rentrer avant le déjeuner aujourd’hui avec cet état minable ?.. » s’inquiéta-t-il, en regardant ce ciel resté terne.





(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Jeu 11 Oct - 0:30


Open your eyes

Feat Chuemon K. Cavendish



Encore une journée routinière. J’aurais voulu qu’il en soit autrement, mais je n’avais pas grand-chose pour casser ma routine. La dernière fois, ce fut une bagarre au bar qui avait changé le quotidien. Parfois, je rencontrais des enfants qui avaient des soucis. Heureusement, ce n’était pas souvent sans quoi je ne serais pas capable de retourner chez moi, de les laisser seuls. C’était sans doute un défaut aux yeux des autres, mais sauver le plus de personnes possible était pour moi une raison à ma survie. La seule raison pour laquelle j’essayais d’avancer malgré les épreuves qui me barraient le chemin. Une personne l’avait compris alors qu’elle m’avait aidé à rendre service à un fugueur. Je me demandais régulièrement ce qu’il advenait de lui…

*Mon plus gros défaut est sans aucun doute mon incapacité à lâcher prise…* réalisais-je alors que je me promenais dans les rues de Londres.

Il était très tôt. Trop tôt pour une personne travaillant toute la nuit. Mais je n’étais pas parvenu à dormir, les cauchemars m’ayant trop bien réveillé après quelques petites heures de sommeil. Et n’ayant rien à faire chez moi, je préférais nettement jouer au gardien des rues. Même le ventre vide. Cela ne me dérangeait pas. Non. Plus exactement, je ne ressentais pas la faim ou ce genre de signal envoyé par mon corps. Je me disais que, de toute façon, si je venais à le ressentir, j’avais de quoi m’acheter de quoi grignoter, sans parler qu’on allait encore essayer de me gaver avant le service. Un moment dit convivial mais que je voyais plus comme une obligation pour ne pas montrer mes réticences envers eux. Enfin, il en était un que je ne me privais jamais d’envoyer chier dès que l’occasion se présentait.

Après avoir traversé sur un passage piéton, les mains dans les poches, je vis un garçon assis sur un banc. Sans doute l’aurais-je laissé là si quelques détailles ne m’avaient pas frappés. Rien ne semblait attirer son attention que le ciel happait sans retenue. Ses joues étaient étrangement rouges par rapport au reste de son visage qui était d’une pâleur effrayante. Près de lui, un paquet venant d’une pâtisserie du coin m’indiquait qu’il allait sans doute chez quelqu’un ou rentrait chez lui. Mais il était là, sans bouger, la respiration qui semblait difficile. Je m’approchai donc de lui, les sourcils froncés par l’inquiétude.

- Hé, est-ce que ça va ? Tu as besoin que j’appelle quelqu’un pour toi ?

J’avais posé ces questions pour tenter de capter son attention. Rien. Je tentai alors de le secouer un peu. Toujours rien. Je ne pouvais pas le laisser dehors par ce froid, surtout avec la fièvre qui le secouait. Mais pouvais-je le porter jusque chez moi ? Nous n’étions pas très loin, là n’était pas le problème. Je ne voulais pas qu’on me voit comme un kidnappeur. Finalement, comme je n’avais pas de portable pour appeler le SAMU, la question fut très vite réglée. Je pris le jeune homme sur mon dos sans oublier de prendre avec moi son paquet avant de le mener jusqu’à mon appartement. Régulièrement, je vérifiai sa respiration, que son état ne se détériore pas.

Enfin arrivé chez moi, je posai délicatement le garçon sur le canapé. Et une fois le paquet sur la table basse, je lui retirai son manteau et ses chaussures pour pouvoir le porter jusque dans ma chambre. Le couchant dans mon lit, je le couvris de ma couverture et d’un plaid bien chaud dont je n’avais pas encore eu l’utilité. En même temps, je l’avais acheté pour ce genre de situation plus que pour ma personne.

Une fois mon invité installé, un gant frais sur le front pour essayer de faire un peu baisser sa température, je le laissai dormir en allant ranger ses affaires. J’en profitai même pour appeler mon patron, le prévenir que je jouais le garde-malade, ce qui m’empêcherait d’aller au travail. Peut-être aurais-je dû appeler le SAMU ici, mais je me voyais mal expliquer ce que je faisais avec un total inconnu dans ma chambre…

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Chuemon K. Cavendish
BS |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 38
Inscription le : 02/07/2018
Né(e) le : 20/02/2002
Age : 16
Nationalité : Britannique, et origine Japonaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Asexuel
Personnage sur l'avatar : Yashiro Isana - K
Péché(s) :
  •  Colère 

Commentaire/citation : Beauty can hide thorns.
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t270-steel-cannot-be-twisted-that-easily-termine

Sam 13 Oct - 11:24





OPEN YOUR EYES

(ft. Yasushi Lelph)


Chuemon aperçut une personne dans son champ de vision, visiblement un homme, s’avancer vers le banc. Le souffrant ne distingua que les cheveux blonds de l’inconnu et sa tenue sombre. Il commença :

- Hé, est-ce que ça va ? Tu as besoin que j’appelle quelqu’un pour toi ?, s’enquit-il, s’arrêtant face à Chuemon.

Le jeune Cavendish voulait lui répondre qu’il allait bien et qu’il arriverait à se débrouiller seul. Il souhaitait au moins bouger la tête. Mais il avait l’impression d’être dans du coton. Plus aucun muscle ne fonctionnait. Il était assis sur ce banc tel un pantin, telle une poupée dénuée de toute volonté de mouvoir. Il avait la bouche pâteuse mais aucun son n’en sortait. L’homme blond agita Chuemon. Ce dernier eut l’impression d’avoir une boule de bowling à la place du cerveau, cette secousse ne clarifiait malheureusement pas plus l’esprit du jeune garçon. L’inconnu paraissait être inquiet, ce qui prouvait bien que Chuemon était visiblement malade et non juste un peu fatigué.
« Il va finir par m’abandonner là vu que je ne réponds pas et il ne pourra pas m’aider, pas vrai ? » pensa-t-il.
Contre toute attente, le grand homme blond souleva le gringalet pour le porter sur son large dos. Chuemon voulait se débattre, totalement affolé. Il se faisait embarquer par un inconnu. Il s’insulta de tous les noms en plus de l’homme qui le transportait. L’angoisse augmenta, alimentant les pensées négatives de Chuemon : Et si son ravisseur avait l’intention de le torturer en l’amenant chez lui ? Était-ce un tueur en série récent activement recherché dans le quartier ? Était-ce un homme qui avait cette habitude de se promener à une heure matinale en quête de jeunes victimes ? Qu’allait-il advenir de Chuemon ? Aura-t-il le temps d’avertir sa sœur de sa situation ? Et qu’allait devenir Jewel quand il mourra ?!

Il tenta de retenir le chemin le plus précisément possible pour pouvoir revenir sur ses pas quand il aura suffisamment d’énergie pour s’enfuir et rentrer chez lui. Dans la rue, les sons autour de Chuemon lui semblaient étouffés, comme si ses oreilles étaient bouchées par une couche de cire. Les voitures et des motos bourdonnaient, les personnes parlaient comme s’ils avaient du yaourt dans la bouche. L’homme examina fréquemment la santé du garçonnet. Était-ce pour vérifier qu’il était bien vivant avant qu’il se fasse écorcher vivant ?

La crainte de Chuemon était donc vraie : l’homme emmenait bien le jeune malade chez lui. Chuemon s’étonna que son sac de pâtisserie n’eût pas été laissé sur le banc. Était-ce pour effacer toutes traces suspectes de disparition ? Le ravisseur blond aurait-il pris le soin de ne pas laisser quelconques pistes si jamais il était porté disparu ?
Une fois son manteau et ses chaussures retirés, Chuemon était conduit dans une autre pièce. Le grand blond allongea confortablement le gringalet sur le lit avant de le couvrir d’un drap épais. Il mit un linge humide sur le front du malade avant de quitter la pièce. Était-ce un kidnappeur qui prends soin de ses victimes avant de les tuer ?
Il attendit l’absence du ravisseur pour tenter d’utiliser ses pouvoirs avec ses dernières forces restantes. Il s’était interdit d’utiliser sa condensation solide à l’extérieur du cours de magie. Mais il voulait se défendre. Il voulait se libérer de cette situation atroce. Il se concentra vers la porte pour essayer de projeter quelque chose. Il ne réussit qu’à créer des grêlons aussi gros que des pois chiches qui tombèrent bruyamment au sol. C’était juste pitoyable à voir.
« Je suis dans la merde ! »
Il avait utilisé son énergie restante pour rien. Et le bruit avait sans doute alerté l’inconnu. Il se demandera la provenance de ses mini-boules de glaces dispersées au sol.
Le maladroit voulait se taper contre un mur en se hurlant en boucle de plus en plus fort « Mais quel con ! Mais quel con !! ». Chuemon n’eût même pas la force de verser une larme avant sa potentielle mort.

Le jeune garçon ne serait pas dans cette situation s’il avait pris un médicament au bon moment pour prévenir cette rechute.
Il ne serait peut-être pas là s’il s’était forcé à manger un peu plus au petit déjeuner.
Il ne serait certainement pas chez un inconnu suspect s’il s’était sagement reposé dans sa chambre à l’Institution.
Il ne serait pas dans cette situation s’il avait écouté sa sœur…

Le sommeil profita de la faiblesse du jeune Chuemon pour le faire sombrer dans une profonde torpeur…





(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Dim 14 Oct - 19:06


Open your eyes

Feat Chuemon K. Cavendish



Afin de pouvoir entendre mon invité si jamais il venait à avoir un problème, j'avais laissé la porte de la chambre ouverte. En même temps, c'était également une habitude. Étant claustrophobe, bien que je faisais des efforts considérables pour ne pas paniquer chaque fois que je me trouvais entre quatre murs, je ne fermais jamais ma chambre. Cela ne m'empêchait pas de faire des crises régulièrement, souvent suite à des cauchemars récurrents . Si je pouvais empêcher qu'il en soit de même pour ce garçon qui avait une assez forte fièvre, ce ne serait pas plus mal.

J'étais donc allé à la cuisine pour préparer une tisane et un médicament contre la fièvre. Sur un plateau, je mis donc un mug blanc, une plaquette de paracétamol et quelques morceaux de sucre en attendant que l'eau bout. J'étais même en train de chercher le thé qu'un client m'avait conseillé au bar et que j'avais acheté par curiosité quand j'entendis quelque chose tomber sur le parquet de la chambre. J'abandonnai donc le tout pour aller voir ce qui se passait.

Dans la chambre, le jeune homme était toujours allongé, sous les couvertures. Cependant, au sol se trouvait des petites billes de glace. Je souris. Apparemment, cette personne possédait un pouvoir tout comme moi, ma cliente la plus régulière aimant le whisky et sans doute d'autres personnes rencontrées jusqu'à aujourd'hui. Cette école était vraiment incroyable et je regrettais un peu de ne pas y avoir étudié comme mes parents l'avaient fait. Je me baissai donc pour ramasser les grêlons en parlant avec chaleur et douceur pour essayer de rassurer mon invité :

-Désolé si mon initiative t'a fait peur. Mais je ne pouvais pas te laisser comme ça dehors. Reposes-toi, je vais t'apporter quelque chose pour te réchauffer.

Puis, j'allai mettre la glace dans l'évier avant de terminer le thé. Je me rendis alors compte que j'avais déjà sortit la boîte avant de partir le matin-même. Cela expliqua sans problème pourquoi je ne l'avais pas trouvé dans mes placards. Je soupirai donc, désespéré par moi-même en prenant un sachet. Cela tomba à pic puisque l'eau se mit justement à bouillir dans la casserole. Je termina donc la décoction puis pris le plateau sans difficultés pour retourner dans la chambre. Je dûs pousser le cadre photo représentant ma mère pour poser ce que j'avais en main sur la petite table à côté du lit me faisant office de table de nuit.

Doucement, guettant ses réactions, j'entrepris de placer ma main sur le front du jeune garçon avec douceur pour veiller sur sa température. Il était bouillant. Pas étonnant qu'il ait été à bout de force dans la rue… alors le lâchant, je lui demandai sur le même ton que plus tôt :

-Peux-tu te relever ou veux tu que je t'aide ? Ce sera mieux pour boire le thé. Sinon… Veux-tu prévenir quelqu'un ?

Très patiemment peu importe le temps qu'il mit pour me répondre, j'attendis qu'il me réponde. J'avais besoin qu'il me fasse confiance pour pouvoir veiller sur lui. Mais vu la méfiance qu'il semblait avoir développé envers moi, ce n'était pas gagné. Un peu comme mes gosses à Touhills, la première fois que je les avais rencontrés.

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Chuemon K. Cavendish
BS |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 38
Inscription le : 02/07/2018
Né(e) le : 20/02/2002
Age : 16
Nationalité : Britannique, et origine Japonaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Asexuel
Personnage sur l'avatar : Yashiro Isana - K
Péché(s) :
  •  Colère 

Commentaire/citation : Beauty can hide thorns.
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t270-steel-cannot-be-twisted-that-easily-termine

Mar 16 Oct - 14:28





OPEN YOUR EYES

(ft. Yasushi Lelph)

Un soleil rayonnant.
Un jardin fleuri.
Un rire cristallin.
Un cœur guéri.

Chuemon était enfin rentré chez lui. Avec sa sœur Jewel.
Tout était rentré dans l’ordre. Les parents étaient présents, beaucoup plus disponibles pour leurs enfants, maintenant qu’ils avaient tous les deux mis une pause à leur carrière d’acteurs. La famille Cavendish habitait un pavillon confortable. Les jumeaux étaient toujours scolarisés à S’Indarë. Mais ils n’y vivaient plus. Ils avaient leur propre chambre, l’une à côté de l’autre. Comme Chuemon l’avait souhaité.

Tout se passait de manière harmonieuse et quasi parfaite.

Les parents et la sœur aînée bronzaient en toute quiétude sur la terrasse tandis que les jumeaux se courraient après, avec des pistolets à eau :

- Aller Chue ! Cours plus vite !!, encouragea la benjamine.

- Tu vas voir, Jewel ! Je vais te rattraper et t’arroser !, rit le jeune frère. Reviens ici !!!

Il trébucha sur un bout de bras armé de griffes puis une vive douleur perça le cœur du garçonnet. Une voix stridente résonna dans son crâne :


Il ouvra subitement les yeux, larmoyants, la respiration haletante.
Comme après chaque cauchemar.

Le plafond ne lui était pas familier. Encore moins le matelas sous son dos et la couverture qui le bordait. Chuemon se laissa un petit moment pour se remettre de ses émotions.

« Heh… C’était trop beau pour être vrai… » ricana-t-il, chagriné.

L’homme blond, soucieux, était penché sur le jeune malade. Ce dernier venait de se rappeler de ce qu’il s’était passé.
Chuemon était sorti pour acheter des gâteaux. Son état s’était bien aggravé, il s’était assis sur un banc pour reprendre de l’énergie. Puis cette homme…

- Qu’est-ce que vous me voulez ?, demanda Chuemon d’une voix éraillée mais agressive.

Il trouva étrange d’être dehors aussi tôt. Il était d’autant plus suspect d’aider une personne dont il ne connaissait rien et qui ne répondait pas lorsqu’on lui parlait. Encore pire : carrément amener cet individu chez soi.

Chuemon voulait bouger, mais il se sentait lourd, aussi lourd qu’une enclume. Il continua de fixer l’homme, à l’affût du moindre geste menaçant ou dangereux. L’hôte ne semblait pas être mauvais. Son inquiétude paraissait sincère.

« Une vraie bonne personne ? Ou un très bon acteur ? »

Beaucoup de questions défilèrent dans la tête du garçon :
Qui était cet homme ? Qu’avait-il derrière la tête quand il avait décidé de prendre ce jeune malade avec lui ? Qu’attendait-il de lui ? Depuis combien de temps Chuemon était-il dans cette chambre ? Que savait-il de lui ?

Chuemon entendit la sonnerie étouffée de son téléphone portable. La sonnerie qu’il avait attribué aux appels sa sœur Jewel. Cette dernière n’appelait qu’en cas d’extrême urgence. Ou lorsque le frère ne répondait pas aux SMS depuis un long moment. Jewel était certainement en train de se faire un sang d’encre. Elle avait dû l’appeler au moins trois fois.

« Mais dans quelle merde est-ce que je me suis foutu ?! »







(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Mar 16 Oct - 18:10


Open your eyes

Feat Chuemon K. Cavendish



Je ne sais pas quand il s’était endormi exactement. Mais lorsque je me rendis compte que j’avais parlé dans le vide, je me sentis très con. J’allai donc prendre une chaise dans la cuisine et une bassine d’eau fraîche pour les apporter tour à tour silencieusement dans la chambre. Puis, je me mis à veiller patiemment sur lui. Ce n’était pas comme si j’avais autre chose à faire étant donné que j’avais prévenu le travail que je ne serais pas là. J’entrepris donc de changer régulièrement le linge sur son front pour qu’il soit toujours frais. Au bout d’une heure, j’avais rapporté la tasse désormais aussi froide que mon eau à la cuisine et l’avait lavée. Puis, j’étais retourné auprès de mon patient qui s’agitait dans son sommeil. Sans doute faisait-il un cauchemar. Etait-ce les lieux qui faisaient cela, ou son passé était-il aussi source de tourments ?

Lorsque le jeune homme se réveilla enfin, il avait les yeux inondés de larmes, le souffle courts. Son cauchemar n’avait fait qu’empirer. Je le savais. Je le sentais. Je le voyais. Alors, je ne lui posai pas la question qui était on ne peut plus inutile. D’autant plus qu’il ne me faisait clairement pas confiance. Je l’avais vu quand il s’était animé et qu’il avait utilisé ses pouvoirs en pensant sans doute me faire du mal. Je doutais que sa peur lui ai fait changer d’avis à mon sujet. Il m’était donc fort conseillé de le laisser prendre l’initiative et agir en conséquence.

Bien m’en fit étant donné qu’il me posa une seule question. Elle n’était clairement pas faite pour faire connaissance. Il était sur la défensive. Je soupirai donc avant de reprendre le chiffon sur son front et le rafraîchir dans la bassine d’eau à côté de moi en lui répondant avec douceur et patience :

- Je m’appelle Yasushi et je ne suis qu’une personne lambda ayant trouvé un garçon mourant de froid, assis sur un banc et ne réagissant pas aux appels qui lui étaient faits. Aurais-je dû t’abandonner là-bas ? Ne sachant rien de toi, je ne savais pas qui appeler ou quoi faire et il était urgent de te mettre au chaud sans quoi ton état allait se dégrader. Ai-je mal fait ?


En remettant le chiffon frais sur le front du jeune homme j’entendis une sonnerie venant de l’entrée. Heureusement que mon ouïe n’était pas autant détériorée que ce que j’avais craint. Au moins, je savais que le jeune homme avait de quoi appeler quelqu’un s’il le souhaitait.

- Désolé, je reviens, lui fis-je avec douceur avant de quitter la chambre dont je ne fermais jamais la porte.

J’allais alors jusqu’au manteau du jeune homme que je fouillai de l’extérieur pour prendre son téléphone. Cela fait, j’allai dans la cuisine pour remplir un verre d’eau. Il avait besoin de s’hydrater, sans quoi il ne guérirait jamais. Puis, de toute façon, l’être humain avait besoin de s’hydrater régulièrement. Ce fut donc avec ces deux objets en main que je revins auprès de mon patient. Je posai alors le portable sur le lit, à côté de lui, avant de prendre la plaquette de médicament.

- Je te propose de prendre du paracétamol pour faire baisser ta fièvre. Veux-tu que je t’aide à te relever pour le prendre ?

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Chuemon K. Cavendish
BS |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 38
Inscription le : 02/07/2018
Né(e) le : 20/02/2002
Age : 16
Nationalité : Britannique, et origine Japonaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Asexuel
Personnage sur l'avatar : Yashiro Isana - K
Péché(s) :
  •  Colère 

Commentaire/citation : Beauty can hide thorns.
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t270-steel-cannot-be-twisted-that-easily-termine

Lun 22 Oct - 22:24





OPEN YOUR EYES

(ft. Yasushi Lelph)

L’homme se présenta d’une douce voix posée, réconfortante :

- Je m’appelle Yasushi et je ne suis qu’une personne lambda ayant trouvé un garçon mourant de froid, assis sur un banc et ne réagissant pas aux appels qui lui étaient faits. Aurais-je dû t’abandonner là-bas ? Ne sachant rien de toi, je ne savais pas qui appeler ou quoi faire et il était urgent de te mettre au chaud sans quoi ton état allait se dégrader. Ai-je mal fait ?

« Non… vous ne faites aucun mal, Monsieur… » répondit silencieusement Chuemon. À la lourdeur de la fièvre s’ajoutait un pincement au cœur. L’homme prénommé Yasushi voulait l’aider. Il parlait avec bienveillance. Avec patience. Chacun de ses mots semblaient être choisi avec précaution pour apaiser l’esprit blessé du jeune garçon. Il restait infléchissable face au malade qui l’envoyait clairement chier.

L’homme sortit brièvement de la pièce et revint un court instant plus tard avec le téléphone portable du malade et un verre. Il parla calmement au jeune Cavendish :

- Je te propose de prendre du paracétamol pour faire baisser ta fièvre. Veux-tu que je t’aide à te relever pour le prendre ?

-  J-Je trouve étrange qu’un individu aide une personne inconnue. Et vous m’aviez carrément emmené chez vous, fit-il part de ses pensées.

Chue prit une très courte pause avant d’enchaîner d’une traite, fixant l’hôte avec ses grands yeux bleus :

-  N’êtes-vous pas méfiant après avoir vu des projectiles sur le sol sorti de nulle part ? Vous auriez pu glisser dessus et vous ouvrir le crâne. N’aviez-vous pas peur de moi ? Je peux très bien faire semblant d’être malade pour vous faire du mal, vous le savez ? Sortir des grêlons depuis mon sac de congélation dans la poche pour vous les jeter sur le visage et ainsi vous blesser. Vous ne vous souciez pas suffisamment de votre vie, Monsieur.

Le jeune garçon manqua d’air et toussa. Il se sentait bien ridicule et abruti. Il crachait ses poumons et sa voix tremblante et éreintée paraissait progressivement s’éteindre à chaque mot.

Chuemon voulait lui faire confiance, une intuition au fond de son esprit lui indiquait que c’était un homme bon.
Ce même gamin avait du mal à faire confiance à un camarade qui avait exactement le même âge que lui dans son établissement scolaire. Un homme qui avait entièrement ruiné sa vie était un proche. Comment pouvait-il donc croire un étranger ?
Suspicieux ou sûr ? Si Chuemon se défend, il y a des risques qu’il sorte de ce lieu encore plus malade qu’à l’arrivée. Mais s’il se laissait faire, Yasushi pourrait probablement exposer ses arrière-pensées morbides.

Pourtant… Pourtant…

Chuemon ne voulait pas que l’homme le touche… Il décida donc de se relever tout seul avec son énergie fragile. Il plia une jambe pour rouler plus facilement sur le côté et ainsi faire face à Yasushi -le linge humide tomba sur l’oreiller-, avant de pousser sur son coude appuyé contre le matelas. Mais son épaule lâcha et Chuemon s’écrasa lourdement sur le lit dans une position très peu confortable. Il toussa de plus belle à en avoir mal à la cage thoracique. Il resta un court moment pour reprendre posément son souffle. Le haut du visage caché par les cheveux, le petit malade se résigna, irrité, il reconnut malgré lui ne plus avoir suffisamment de force. Il tendit alors le bras pour s’agripper à la manche de Yasushi. Chuemon a incontestablement besoin d’aide. Besoin de Monsieur Yasushi…

« Pitié, faites en sorte que mon choix ne soit pas le mauvais… » pria Chue, en se mordant la lèvre inférieure, les sourcils froncés.







(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Lun 22 Oct - 23:32


Open your eyes

Feat Chuemon K. Cavendish



J'avais posé le verre sur la table, à côté de la plaquette de médicament, quand le jeune homme me donna le fond de sa pensée. En gros, il me trouvait étrange parce que j'aidais les autres sans me poser trop de questions. Alors, certes, avec son pouvoir j'aurais pu finir blessé. Mais, là, vu son état, le risque était vraiment minime. Après tout, à plusieurs reprises il me montra à quel point il était tout faible à cause de la maladie qui secouait son corps. Je l'avais laissé faire pour qu'il se rende compte de son état et qu'il finisse par accepter de lui-même mon aide. Je n'aimais pas procéder de cette façon, mais parfois c'était le plus simple et le moins dangereux.

Finalement, quand il retomba lourdement sur les matelas et me demanda silencieusement son aide, je lui retirai les cheveux qui étaient tombés devant ses yeux avec douceur avant de le manipuler de sorte à l'asseoir contre moi. Pour cela, je m'étais installé sur le matelas dans son dos tout en lui répondant avec gentillesse malgré le ton qu'il avait employé :

-J'ai bien plus peur d'une personne en particulier et de moi-même pour avoir peur des autres. En plus, il est impossible de faire semblant d'être malade à ce point, à moins de pouvoir manipuler les données envoyées par son corps. Et, à moins que tu me prouves le contraire, ce n'est pas ton cas.

Je pris la boîte de médicaments et pris un cachet que je tendis au garçon pour ensuite lui donner le verre d'eau, l'aidant si besoin. Cela fait, je l'aidai à se recoucher avant de le couvrir et lui remettre le tissu à nouveau humidifié sur le front.

-Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, jeune homme, mais ma vie me paraît bien moins importante que celle des autres. J'ai besoin de venir en aide aux personnes en mauvaise posture pour me sentir vivant. Voilà pourquoi je prends soin de toi. Mais si vraiment tu te sens mal à l'aise, tu peux appeler ta famille ou une autre personne pouvant te ramener. En attendant, repose toi. Si tu as besoin d'aide, je serais juste à côté.

Je ne lui avais pas parlé de mon pouvoir ou de ce que j'étais, mais était-ce nécessaire ? Après tout, cela pouvait lui faire plus peur qu'autre chose puisqu'il s'agissait d'une forme de danger potentiel pour lui.

Ainsi, je pris le plateau avec le verre d'eau avant de sortir de la chambre. Encore une fois je ne fermai pas la porte pour pouvoir l'entendre en cas de soucis. J'en voulais à mon père pour tout ce qu'il m'avait fait. Mais, plus que ça, il était là personne dont j'avais le plus peur. Il avait beau avoir contribué à me donner la vie, ses raisons et ses méthodes me terrifiaient.

Une fois que j'eus tout rangé, j'allai m'allonger dans le canapé avec un livre qu'on m'avait donné. Je ne m'y intéressais pas vraiment, mais c'était le seul moyen que j'avais trouvé pour m'occuper l'esprit et m'éviter une crise de claustrophobie. Ce n'était pas le moment de me transformer de manière non calculée. Le malade dans la chambre n'avait pas besoin d'avoir des problèmes sur les bras…

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Chuemon K. Cavendish
BS |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 38
Inscription le : 02/07/2018
Né(e) le : 20/02/2002
Age : 16
Nationalité : Britannique, et origine Japonaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Asexuel
Personnage sur l'avatar : Yashiro Isana - K
Péché(s) :
  •  Colère 

Commentaire/citation : Beauty can hide thorns.
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t270-steel-cannot-be-twisted-that-easily-termine

Jeu 1 Nov - 12:18





OPEN YOUR EYES

(ft. Yasushi Lelph)

Quand était-ce la dernière fois qu’une personne avait manipulé le corps frêle et malade de Chuemon avec tant de douceur ?
Quand était-ce la dernière fois qu’un humain l’avait soigné avec une telle attention ?

Monsieur Yasushi lui venait en aide malgré les nombreuses phrases bien désagréables qu’il recevait de plein fouet de la part du jeune malade cruellement ingrat. Chuemon se maudissait. Et s’excusait, en silence, dans sa tête.
Le grand homme blond parla, encore avec cette voix chaleureuse :

- J'ai bien plus peur d'une personne en particulier et de moi-même pour avoir peur des autres. En plus, il est impossible de faire semblant d'être malade à ce point, à moins de pouvoir manipuler les données envoyées par son corps. Et, à moins que tu me prouves le contraire, ce n'est pas ton cas.

Chue serra son poing à la première phrase.  "bien plus peur d’une personne en particulier".

« Je pense comprendre ce sentiment… »

Bien plus peur que la mort elle-même, Chue était terrorisé face à ce parasite rongeant le corps de la benjamine Cavendish. Cette dernière disparaîtra si cette horreur parvenait à étouffer l’existence de Jewel…

Puis la suite des paroles de Monsieur Yasushi était bien amère. Le malade tenta de jouer le rôle du plus fort, l’homme avait réussi à percer le mensonge avec une facilité déconcertante. Chuemon mentait donc très mal.

Yasushi tendit un comprimé et un verre d’eau. Chue avala le médicament sans broncher. L’hôte réinstalla confortablement le garçon à la position initiale.

Monsieur Yasushi expliqua patiemment les raisons qui le poussait à aider les personnes, en particulier ceux qui se retrouvent dans de fâcheuses situations. C’était sa raison de vivre.
Le grand homme blond faisait tout pour être agréable. Il proposa même de joindre un proche pour raccompagner Chuemon en sécurité. Il sortit ensuite de la pièce, laissant le malade seul et dans le calme pour le laisser récupérer de l’énergie.

Le pincement au cœur se fit plus fort. Son sentiment de culpabilité plus grand. Mais l’agressivité était une nécessité pour le jeune homme, pour vérifier qu’il n’était pas dans une horrible situation accompagnée d’une ou une bande de personnes vicieuses.

Chue prit son téléphone et envoya un message à sa chère sœur pour la rassurer. Il reposa son appareil, sans prendre la peine de vérifier l’heure, et décida de dormir encore un peu pour reprendre des forces.
Mais il rouvrit subitement les yeux.

« Hors de questions que je refasse un autre cauchemar… »

Il lutta un bon moment contre le sommeil. Chuemon ne vit pas le temps passer. Dix minutes ? Trente ? Presque une heure ?
Le jeune malade avait l’impression d’aller mieux. Il se rassit doucement sur le bord du matelas avant de se mettre debout, en espérant ne pas avoir les mêmes vertiges que ce matin. Il tenait bien sur ses jambes, mais Chuemon avait encore un peu l’impression d’être de la gélatine. Il marcha lentement vers la porte en s’appuyant sur chaque meuble, pour chercher Monsieur Yasushi. Ce dernier était en train de bouquiner, bien allongé sur le sofa du salon. Chuemon se détacha brièvement du mur pour l’appeler. Mais s’écrasa au sol à cause de ses membres inférieurs qui ont immédiatement faibli lorsque sa main quitta son soutien.

Pour quelle raison le malade s’était-il levé ? Pourquoi n’est-il pas resté sagement allongé sur le lit, le temps d’avoir recouvert au moins la moitié de ses forces ? Quelles étaient les motifs de son empressement ?!

Il était à quatre pattes par terre, yeux fixant le sol, une main sur la bouche pour éviter de régurgiter, la respiration forte et rapide.
Il fit l’inventaire de toutes ses bévues depuis son réveil…

-  J’empile les conneries depuis ce matin…, railla le maladroit, souhaitant disparaître de la surface de la planète…







(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Ven 2 Nov - 19:00


Open your eyes

Feat Chuemon K. Cavendish



Je n’avais pas eu le temps de lire la page que je venais d’entamer. Je ne lisais pas spécialement vite, mais assez pour ne pas passer plus de vingt minutes dessus. Sauf dans les cas où je voulais absolument comprendre quelque chose de technique. Là, ce n’était pas le cas et cela m’aida à comprendre qu’il s’était sans doute passé à peine un quart d’heure avant que je n’entende quelque chose de lourd tomber au sol. Je connaissais assez mon appartement pour savoir que je n’avais rien laissé en équilibre qui serait tombé. De même que je n’avais qu’un seul invité et il était assez faible pour s’affaler sur le sol. Voilà pourquoi, même s’il aurait pu s’agir de mon voisin du dessus, je me relevai rapidement en fermant mon livre. En regardant en direction de ma chambre, je vis le jeune homme fiévreux qui était sans aucun doute tombé. Il avait apparemment encore assez de réflexes et quelques forces puisqu’il était à quatre pattes, mais cela ne changeait rien au fait qu’il ne faisait rien pour aller mieux. J’en fus exaspéré mais n’émis qu’un soupire pour le montrer.

En me levant pour le rejoindre, je l’entendis faiblement marmonner quelque chose à propos de conneries. Je lui répondis donc en l’aidant à se relever avec douceur :

- Je ne sais pas ce qui te pousse à vouloir bouger de la sorte, mais ce n’est pas bon pour ta santé. Qu’est-ce qui te tracasse ?

Allant à son rythme, je l’amenai à nouveau dans la chambre en le soutenant. Et, une fois qu’il fut à nouveau couché dans le lit, je le couvris chaudement et remis le linge sur son front. Il était encore bouillant. Pas étonnant qu’il n’ait pas tenu sur ses jambes longtemps. A moins qu’il n’ait voulu rentrer chez lui par ses propres moyens ? Non… Pas après avoir accepté ce que je venais de lui dire tout de même… Dans ce cas, soit il avait besoin de quelque chose, soit il voulait me parler. Alors, avec douceur, je le sermonnai :

- Si tu voulais quelque chose, j’aurais préféré que tu m’appelles. Tu ne dérangeras personne et si les voisins viennent à se plaindre j’ai de quoi leur fermer le caquet. Ne t’en fais pas pour ça. Maintenant, dis-moi, as-tu besoin de quelque chose ? A manger ? A boire ? Discuter ? Ou voudrais-tu simplement un peu de compagnie pendant que tu t’endors ?

Je ne le connaissais pas. Je ne savais pas s’il avait des besoins particuliers ou autres. Tout comme je ne m’étais pas attendu à ce qu’il soit autant sur la défensive. Quoique… Sans doute cela n’aurait-il pas dû me surprendre puisque j’avais déjà eu affaire à ce genre de réaction. Seulement, comme il n’avait pas semblé avoir vécu dans la rue, je n’avais pas pensé qu’il soit aussi méfiant. Qu’est-ce que je pouvais être bête par moment…

- Tu as appelé ta famille ? demandai-je, légèrement inquiet.

Et s’il s’était enfui de chez lui malgré son état ? Je n’en savais rien et je ne lui avais pas demandé. Certainement aurais-je dû. Après tout, cela aurait expliqué, d’une certaine façon, le fait qu’il se sente en danger. A moins que je sois effrayant sans le savoir ?

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Chuemon K. Cavendish
BS |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 38
Inscription le : 02/07/2018
Né(e) le : 20/02/2002
Age : 16
Nationalité : Britannique, et origine Japonaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Asexuel
Personnage sur l'avatar : Yashiro Isana - K
Péché(s) :
  •  Colère 

Commentaire/citation : Beauty can hide thorns.
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t270-steel-cannot-be-twisted-that-easily-termine

Mar 13 Nov - 13:48





OPEN YOUR EYES

(ft. Yasushi Lelph)

L’hôte, contrarié,  aida soigneusement le malade à se relever pour rejoindre la chambre une nouvelle fois.

- Si tu voulais quelque chose, j’aurais préféré que tu m’appelles. Tu ne dérangeras personne et si les voisins viennent à se plaindre j’ai de quoi leur fermer le caquet. Ne t’en fais pas pour ça. Maintenant, dis-moi, as-tu besoin de quelque chose ? A manger ? A boire ? Discuter ? Ou voudrais-tu simplement un peu de compagnie pendant que tu t’endors ?

Le jeune garçon planta son regard dans les yeux bleus de Monsieur Yasushi. Que voulait Chuemon ?
À manger ? Les nausées persistaient encore, simplement imaginer la nourriture donnait le haut le cœur au malade.
À boire ? Il se sentait, certes, aussi desséché qu’un légume sec, mais ce n’était pas la raison de son déplacement.
Discuter ? Il n’avait pas d’idées pour meubler une conversation pour le moment.
Monsieur Yasushi avait probablement vu juste… Chuemon souhaitait peut-être un peu de compagnie ?

- Tu as appelé ta famille ?, s’inquiéta le grand homme blond.
- Je n’ai pas

Le jeune Cavendish ne termina pas sa phrase. « Je n’ai pas mes parents à proximité pour qu’ils viennent me chercher. Je ne veux pas que tout repose sur ma petite sœur non plus. » voulait-il répondre. Il se corrigea :

- J’ai envoyé un message à quelqu’un pour ne pas l’inquiéter. Tout à l’heure, je suis tombé au moment où je voulais vous appeler, Monsieur Yasushi… Je ne sais pas pourquoi je me suis levé…

Après un court moment, il baissa les yeux et lui présenta ses excuses sur son comportement ignoble. Chuemon s’imaginait qu’il importunait le jour de repos de Monsieur Yasushi. Il ne pouvait donc pas se détendre, devant s’occuper d’un invité malade qui occupait son lit. Le jeune garçon senti qu’il était une présence envahissante…

- Je préfère rentrer à… l’internat… Je ne sais pas si je suis cherché, mais il y a les traitements adaptés à mon malaise normalement. Je voudrais rentrer, s’il vous plaît Monsieur.

Chuemon s’arrêta mais reprit la parole :

-  C’est une excellente mauvaise idée, Monsieur, n’est-ce pas ?, plaisanta-t-il avec un léger sourire nerveux.

Il soupira, un poil frustré.
Chuemon savait qu’il ne pourrait pas faire le chemin tout seul, il ne serait pas capable de tenir debout au moins cinq minutes. Et il ne voudrait pas qu’il se fasse porter sur tout le trajet même s’il était aussi lourd d’un sac de riz.
Appeler l’Institut serait-il une bonne solution pour venir le chercher ou au moins prévenir de son emplacement ? Un personnel de l’établissement se déplacerai-t-il pour venir le récupérer ?
Le jeune garçon était confus. Il tombait malade fréquemment. Mais c’était la première fois qu’il se retrouvait loin de son établissement avec une fièvre de cheval.




(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Jeu 15 Nov - 22:21


Open your eyes

Feat Chuemon K. Cavendish



Quitte à ne pas avoir de réponse, je pus voir que mes paroles le firent réfléchir. C'était sans doute la meilleure chose que j'aurais pu obtenir de lui sur le moment. Et cela signifiait également qu'il n'était pas une simple tête brûlée. Sans doute un peu puisqu'il avait eu la mauvaise idée de se lever pour une raison que je continuais d'ignorer sur le coup. Heureusement cela ne l'empêcha pas d'accepter de se coucher à nouveau sans râler. Cela eut pour effet de me soulager un peu : s'il pouvait se reposer et reprendre du poil de la bête alors j'aurais l'impression d'avoir pu être un peu utile, de l'avoir aidé. Quoique, d'une certaine manière, j'avais déjà aidé puisque je lui avais sauvé la vie, qu'il le veuille ou non.

Je restais néanmoins inquiet par rapport à sa famille. Je lui avais donc posé la question pour me renseigner, savoir quelle mesure prendre ou même si je devais m'attendre à avoir de la visite. Le jeune homme voulu me répondre quelque chose mais ne termina pas sa phrase. Légèrement, de façon imperceptible grâce à l'obscurité de la chambre, je fronçai les sourcil. Était-il un orphelin ? Dans ce cas, était-ce pour ça qu'il était seul dans la rue ? Ou un fugueur ? J'espérais que ce ne soit pas le cas. Je ne souhaitais à personne d'avoir une vie plus ou moins similaire à la mienne. Heureusement, il me rassura partiellement : s'il avait prévenu un proche, quel qu'il soit, c'était qu'il n'était pas si démuni que je l'avais envisagé le temps d'un instant. Je m'en sentis pkus détendu et je pus accueillir ses explications plus sereinement. Néanmoins, je lui répondis avec douceur pour le calmer :

-Te lever n'était pas une bonne idée. Même si mon ouïe est un peu amoindrie, la maison est assez silencieuse pour que je puisse t'entendre m'appeler de la chambre. Alors reste au chaud dans les couvertures maintenant.

Il avait toujours de la fièvre et il avait besoin de repos. Qu'il le veuille ou non, mieux valait qu'il reste là au moins jusqu'à ce qu'un proche vienne le chercher ou que, au moins, il puisse marcher. Le jeune homme s'excusa, ce à quoi je lui répondis qu'il n'y avait pas de mal car le plus important était qu'il aille bien. Bon, il n'était pas en forme et ça se voyait à des kilomètres. Mais au moins il était vivant et clairement pas aux portes de la mort. Je ne le laisserais pas mourir !

Un petit instant de silence s'installa. Je ne savais toujours pas ce que voulait exactement ce garçon pour avoir voulu m'appeler. Donc, jusqu'à ce qu'il m'en fasse part, je restais à ses côtés. La discussion qui suivit me fit plus ou moins comprendre qu'être seul ne lui plaisait peut-être pas et, possiblement que l'environnement étranger le mettait encore sur ses gardes. Ses paroles allaient dans ce sens en tous les cas, en plus de me faire part qu'il avait des médicaments. Je soupirai doucement par le nez avant de lui répondre :

-Quand tu te seras reposé et que tu tiendras sur tes jambes, je te promets de te ramener à ton école.

J'imaginais sans peine qu'il venait de S'indarë, cette école où mes parents avaient étudiés et qui m'avait offert le pouvoir de maîtriser la lumière. Elle était un peu loin mais le trajet pouvait se faire sans soucis. J'étais plus inquiet concernant après que je l'eus emmené là-bas. Après tout, comment rejoindrait-il sa chambre s'il ne pouvait pas faire plus de quelques mètres ? Ce n'était pas raisonnable.

-Peux-tu m'en dire plus concernant ces fameux malaises que tu fais ? Tu as besoin de médicaments spécifiques ?

Si son malaise venait d'une maladie tout autre qu'un simple coup de froid, j'esperais ne pas avoir fait une trop grosse bêtise en l'amenant avec moi… La dernière chose que je voulais était de lui faire du mal, même indirectement. Et s'il venait à mourir… Non ! Je ne laisserais jamais ça arriver ! Pas sous mon toit et encore moins sous mon nez ! C'était une promesse que je me fis, bien décidé à ne pas laisser tomber ce gamin fragilisé.

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Chuemon K. Cavendish
BS |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 38
Inscription le : 02/07/2018
Né(e) le : 20/02/2002
Age : 16
Nationalité : Britannique, et origine Japonaise
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Asexuel
Personnage sur l'avatar : Yashiro Isana - K
Péché(s) :
  •  Colère 

Commentaire/citation : Beauty can hide thorns.
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t270-steel-cannot-be-twisted-that-easily-termine

Jeu 29 Nov - 20:17





OPEN YOUR EYES

(ft. Yasushi Lelph)

Le jeune Cavendish ne savait pas que Monsieur Yasushi avait un problème d’audition. Il se sentait désolé de l’avoir inquiété. Encore une fois. Le grand homme blond avait certainement prêté oreille aux détails sonores malgré sa faible ouïe.
Monsieur Yasushi paraissait sincère quand il dit qu’il le raccompagnerait lorsque le malade aurait un peu plus d’énergie pour faire le chemin.

Chuemon s’assit lentement et retira son pull. Il n’y avait pas vraiment de traitements précis pour ses crises régulières. Il tenta de lui répondre le plus exhaustivement possible :

-  Je n’ai pas autant de couverture sur moi. Je peux même ne rien avoir sur moi. … C’est désagréable, mais ça fait baisser ma température plus rapidement d’après le médecin… Il peut arriver à l’infirmière de trouver du sérum physiologique pour m’en administrer. Ça m’hydrate plus rapidement que boire de l’eau en continue. … Je ne prends pas de paracétamol non plus, ça ne fait que masquer la fièvre. … C’est… plus ou moins fréquent, ces… crises. Je suis né fragile…

Il toussa de plus belle et senti son cerveau comme une lourde boule de bowling.
Le jeune garçon ne savait pas s’il en disait trop. Il garda les détails à propos de son pouvoir et ses symptômes pour lui. Seules les personnes qui ont été scolarisés à S’Indarë, et potentiellement leur entourage, étaient au courant de cette institution bien différente.
Le jeune malade prit son portable et lui tendit après avoir trouvé le numéro de l’établissement, tête baissée.

-  Je vous prie de m’excuser… mais… Est-ce que vous pouvez prévenir mon… école que je ne suis pas à proximité, s’il vous plaît, Monsieur Yasushi ?

L’homme blond s’était présenté plus tôt lorsque Chuemon lui avait posé une question. Mais le malade n’avait rien dit à la personne s’occupait soigneusement de lui. L’Institution avait bien besoin de connaître le nom de l’élève de toute manière. Il se présenta :

-  Mon prénom est Chuemon, je suis en 3ème année, groupe A.

Le garçonnet ne l’informa pas de son nom de famille. Il ne voulait pas voir l’homme soudainement le mépriser, Chuemon, enfant du célèbre couple d’acteurs, les Cavendish, saisit dans un gros scandale sur un meurtre sanglant il y avait quelques années…
Il paniquerait s’il se retrouvait soudainement jeté à la rue alors qu’il n’arrivât pas à tenir debout. Il se ferait également très sévèrement sermonné par sa jeune sœur.

L’angoisse monta d’un cran une nouvelle fois. Sa vision recommença à devenir trouble. Ses paupières redevenaient lourdes. Chuemon paniqua : il lui était hors de question de s’évanouir !
Le grand homme blond était une potentiellement la seule personne de confiance pour le moment. Le jeune malade devait donc se reposer sur lui.
Chue ouvra la bouche pour hurler, demander de l’aide à Monsieur Yasushi. Mais aucun son n’en sortait à part les sifflements à chaque expiration. Il fixait Monsieur Yasushi, les yeux écarquillés, l’angoisse qui progressait…

« Non, pas ça… pitié… »

Son corps vacilla, d’avant en arrière, le garçonnet lutta pour garder ses yeux ouverts, pour ne pas perdre conscience.





(c) Bethany Williams/Yasushi Lelph sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Yasushi Lelph
C |:| Barman
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 79
Inscription le : 13/06/2018
Né(e) le : 16/04/1995
Age : 23
Nationalité : Anglais
Niveau d'études/Métier : Barman
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Bethany Williams
Personnage sur l'avatar : Kagamine Len
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t213-yasushi-lelph-un-habitant-modele-termine http://sin-theatre.forumactif.com/t217-yasushi-a-londres

Ven 30 Nov - 21:47


Open your eyes

Feat Chuemon K. Cavendish



En s'installant de sorte à être bien, le jeune homme me répondit qu'il n'y avait pas de traitement spécial pour ses crises. Néanmoins, il me fit part de quelques points à ne pas faire. Ne pas le couvrir, le faire boire beaucoup et ne pas lui donner de paracétamol. Sauf pour les couvertures, je compris plus ou moins les raisons. Après tout, je ne m'étais jamais retrouvé avec des cas comme ce jeune homme. Pourtant, je me mis à réfléchir pour me rappeler ce que m'avait dit mon père de cœur à propos des fièvres. Et, sans plus écouter le garçon et ce que lui aurait possiblement dit le médecin, je suivis mes souvenirs et le couchai en couvrant ses jambes. Puis, silencieusement, j'allai baisser un peu la température de la chambre. 18°Celsius était la température idéale pour une personne malade apparemment, mais je n'avais malheureusement pas de thermomètre pour mesurer. Du coup, je devais le faire à l'instinct et, là, ce dernier me disait qu'il faisait bien trop chaud. Quant au paracétamol, je ne regrettai nullement de lui avoir donné, peu importe ce qu'il pourrait en dire. Un médicament, à moins d'être une drogue, n'était pas sensé être vicieux.

En revenant à ses côtés, je préparai un peu d'eau pour le faire boire. Puis, je le vis me tendre son portable et l'entendis me demander d'appeler son école. Certes, cela me permit de connaître son prénom, mais cela ne me sembla pas correct. Je lui répondis donc fermement tout en restant doux pour ne pas lui faire peur :

-Même si tu tousse ou que tu es fatigué, je ne peux pas me permettre d’ appeler ton école. Ce n'est pas correct qu'un inconnu le fasse pour toi. Encore si j'étais ton tuteur, ou ton professeur, je ne dis pas, mais là, il n'en est rien. Du coup, soit tu recontacte la personne que tu as prévenue plus tôt, soit tu les appelle. Si vraiment tu as besoin d'être seul pour ça, je peux sortir. Je dois de toute façon aller chercher de l'eau. N'hésites pas à boire d'ailleurs, pour ne pas te déshydrater. Je n'ai pas de sérum comme on te donne à l'infirmerie.

Doucement, je lui souris pour lui montrer qu'il n'y avait rien de grave ou de quoi s'inquiéter. Néanmoins, son état sembla s'aggraver d'un coup. Je le couchai alors à nouveau, fonçant les sourcils sous le coup de L'inquiétude en lui parlant sur un ton rassurant :

-Ne t'en fais pas, tout va bien se passer, OK ? Je ne te laisserais pas tomber. Reposes-toi maintenant. Je doute que ce soit extrêmement urgent de les appeler pour le moment.

Si je venais à l'abandonner, même involontairement, j'étais sûr de m'en vouloir toute ma vie restante. Plus de cent ans de culpabilité, sachant que j'en ressentais déjà pas mal, c'était pas mal comme punition. La vie ne me faisait vraiment aucun cadeau…
En ramassant son portable dans l'idée de le mettre en veille et le poser sur la tablette, à côté du verre d'eau, je vis le nom de l'école et des souvenirs remontèrent. S'Indarë… Mon père y avait étudié et, si j'avais apparemment un cristal blanc sous mon aisselle, c'était parce qu'il m'y avait emmené une fois. Néanmoins, je ne restai pas bloqué longtemps, posant finalement le portable et allant rapidement chercher de l'eau fraîche avant de revenir m'asseoir aux côtés du jeune homme. Peut-être devais-je appeler un médecin, mais je ne savais pas si le jeune homme en avait un près d'ici et je ne me sentais pas de l'accompagner alors que je ne le connaissais pas tant que ça. La confiance s'installait, mais pas assez pour que je puisse me permettre de prendre des initiatives sans lui en parler. Vu son état, je ne savais même pas s'il réfléchissait de façon efficace, surtout avec ce qu'il m'avait déjà dit…

(c) Yasushi Lelph/Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sin Theatre :: 
North London
 :: Camden Town :: Habitations :: 23 Bayham Street
-
Sauter vers: