Sin Theatre


 

Après que le passé soit revenu [Pv Sanada]

Bethany Williams
BS |:| Deuxième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 229
Inscription le : 25/03/2018
Né(e) le : 13/04/2004
Age : 14
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Classe : 2°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : https://pikabu.ru/story/anime_art_4818579
Péché(s) :
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t118-bethany-williams-la-kamkal-termine#449 http://sin-theatre.forumactif.com/t122-la-vie-de-bethany#462 http://sin-theatre.forumactif.com/t123-dossier-scolaire-bethany-williams#463 http://sin-theatre.forumactif.com/t154-la-page-internet-de-bethany-et-ses-sms

Ven 16 Nov - 0:07



Après que le passé soit revenu
Avec

Sanada Nomura


Le passé était fait pour pourrir le présent. Je l'avais toujours su même en étant amnésique. Après tout, c'était le fait d'avoir brutalement perdu une amie qui avait fait de moi une personne solitaire ne voulant se lier à personne. De même que c'était mon passé oublié qui m'empêchait de dormir depuis des semaines. Le fait que Krystal m'ait dit que j'étais une Kamkal semblait avoir débloqué un rouage qui commençait à me ramener de douleurs enfermées. D'abord, cela s'était fait sous forme de cauchemars toujours plus horribles et précis. De simples sensations qui s'étaient transformées en images incompréhensibles pour enfin me montrer des bribes succinctes et claires de mon passé. Cela avait un peu de bon puisque j'avais pu voir une autre facette de la personnalité de ma colocataire. Si seulement ça s'était arrêté là…

Un samedi, j'avais profité d'avoir du temps libre pour faire quelques achats au centre ville. Sans doute que si je n'avais pas horreur de prendre le bus je n'aurais jamais croisé ces hommes. Sans cela, ma confrontation avec mes souvenirs aurait été bien plus douce. Mais les si, surtout dans ce cas qu'etait le mien, n'étaient que des suppositions qui n'existeraient plus jamais. J'ai donc fait face aux assassins de ma famille et suis devenue la prochaine victime en voulant seulement faire un effort d'aller vers les autres. Sincèrement sans l'intervention de mon amie, jamais je n'aurais pu conter cette histoire à qui que ce soit et ces chasseurs seraient encore cinq à chercher une source de revenu dans la vente des créatures magiques.

Cela faisait bien deux ou trois semaines que cela s'était passé et j'avais cru bien faire en parlant de cela à l'école. Au moins pour protéger les autres élèves, et moi aussi par la même occasion avec un peu de chance. Si seulement j'avais su qu'en plus cela me donnerait une heure supplémentaire avec un psy… Peut-être me serais-je abstenue. Peut-être. Je n'en étais même pas sûre. Après tout, ces hommes étaient un danger non négligeable qui me faisait peur plus que tout autre chose. … Mieux valait que personne ne sache ce que je faisais pour eux sinon j'allais être prise pour une héroïne ou une bonne amie. Ce n'était pas le cas. Après tout, si c'était le cas je ne me disputerais pas avec Léandre. Pas à ce point. Il ne dirait pas que je suis condescendante et méchante…

Mon bleu à l'œil gauche ne s'était pas encore résorbé et mon arcade sourcilière était encore visiblement blessée. Les vestiges de l'attaque que j'avais subie ne semblaient pas vouloir s'en aller, comme pour laisser une marque comme ma cicatrice sur l'épaule. J'esperais que je ne serais pas horrible encore trop longtemps sans quoi je devrais penser à un moyen de cacher le tout… Malheureusement, c'est ainsi que je dûs me présenter au psy un jeudi après-midi. Cela me déplaisait fortement. Que ce soit de me présenter ainsi ou de voir un psy. Un nouveau en plus! Celle qui me suivait jusque là venait de prendre sa retraite, de ce que j'avais pu comprendre. Son remplaçant était un homme qui avait commencé à prendre ses marques l'année passée mais je n'avais jamais rencontré. Je n'avais pas retenu son nom, priant seulement pour que la séance se passerait. Le fait qu'elle se passe “bien” ne me vint même pas à l'esprit. Ce ne fut pas même une prière dans mon esprit tandis que je frappais à la porte qui allait s'ouvrir sur la salle des secrets.

Penses donc de façon plus positive.

Oh mais je n'étais pas totalement négative. Malgré la douleur de savoir comment j'avais perdu mes parents, j'étais heureuse d'être en vie. Krys’ l'était également et j'avais l'impression que son aide pour mettre un terme à mon cauchemar réel allait porter ses fruits. N'était-ce pas assez positif ? Non. Malgré ça, j'étais noyée sous l'inquiétude et cela pouvait se lire derrière la froideur de mon expression. Cela parce que, quand j'entrai avec l'autorisation du psy, j'étais tendue, méfiante. Je regardais autour de moi comme pour chercher un danger inexistant alors qu'à la base je prenais juste connaissance de mon environnement. Quant à l'homme désormais dans la même pièce que moi, je le jaugeais. A quel point pouvais-je lui faire confiance ?
(c) Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Nomura
H |:| Psychologue
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 67
Inscription le : 24/05/2018
Né(e) le : 01/06/1980
Age : 38
Nationalité : Japonaise
Niveau d'études/Métier : Psychologue
Situation amoureuse : Indécis
Double Compte : Max
Personnage sur l'avatar : Kaburagi.T.Kotetsu
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t192-sanada-nomura-terminee

Sam 17 Nov - 19:34
Il n'arrêtait pas de penser et repenser au moment passé avec Martel... Il se disait que c'était quand même, c'était presque incroyable de retrouver son ex vingts ans après... Et en plus de ça, dans les lieux où ils sont connus... Était-ce le destin ? Où bien, une pure coïncidence ? Si c'était le cas, ce serait vraiment un coup de chance ! Quoique... Pouvait-on parler de chance quand on apprend que celle-ci était finalement marié à un homme qu'il avait lui-même connu ? Ce fut comme une douche froide à vrai dire mais, il ne laissa pas démonté par cette annonce. Il eut ceci dit la satisfaction de voir, qu'il plaisait toujours à Martel et que même si les années étaient passées, ils ressentaient tous les deux de l'attirance l'un pour l'autre. Puis, ce baiser à la fin... Ce fut la cerise sur le gâteau. Malheureusement, ce si beau moment, fut interrompu par quelqu'un qui frappa à la porte. Maudit soit ce gamin qui lui gâcha cet instant ! Ses retrouvailles avec la femme qu'il avait aimé et qu'il aimait probablement toujours ( ou pas... qui sait ? ) Bref, à quoi cela servirait de se poser la question ? Qu'est-ce que cela changerait ? Rien. Divorcerait-elle s'il lui faisait une déclaration ? Non ! Ce n'était pas du genre de celle-ci de craquer pour si peu. Mais, depuis ce jour, il ressentit un sentiment qu'il n'arrivait pas encore à décrire. Un sentiment étrange qui l'empêchait d'avoir les idées claires. Néanmoins, il ne cherchait pas non plus trop à savoir ce qui le tracassait autant... Peut-être avait-il peur de ce qu'il pourrait découvrir au fond de lui ?

Enfin, pourquoi se prendre la tête avec tout ça ? Pourquoi se poser autant de questions ? Pourquoi ? Pourquoi ? POURQUOI ? Toujours ce mot qui revient sans cesse ! Ne pouvait-il pas continuer à vivre sans que ce mot lui vienne à l'esprit pour perturber ses pensées ? * Oubliez-moi deux minutes Merci ! * Se disait-il... Il avait une image à tenir. Puis, il n'avait jamais été un sentimental alors pourquoi le serait-il maintenant ? Le grand Sanada Nomura love de Martel ! * Vous voyez l'affiche ? * Il n'aurait plus l'image d'un homme détestable... Mais aimant.. Ce côté négatif, il l'appréciait donc, il voulait le maintenir. C'était en quelques sorte une protection pour se protéger de plusieurs choses... D'éviter de trop s'attacher aux gens ? D'éviter de développer des sentiments ? Et surtout, pour ne pas devenir l'un de ceux qui autrefois, il appelait « faibles ». De plus, personne ne connaissait sa véritable nature... Même Martel n'était pas au courant du fait qu'il devait se nourrir de cadavre par nécessité. Il n'était pas fier son pouvoir racial qui pouvait avoir un effet néfaste aux yeux des personnes qui l'entourent. Certes, il était un homme désagréable, non délicat, prétentieux... Mais il ne voulait pas qu'on lui dise qu'il était un monstre ou bien, une espèce écœurante, dégoûtante...

On pouvait finalement dire que les retrouvailles avec Martel changea sa vie personnelle mais aussi professionnelle... Il essayait de faire comme si que rien n'était... Mais c'était lutte continuelle dans son cerveau. Comme tous les jours, il accueillait des jeunes patients afin de les écouter et les aider à se libérer. Ce n'était pas un métier qu'il aurait imaginer faire un jour mais la vie a fait que, il voulait se racheter en quelque sorte même si, certains défauts qu'il avait gommé reviennent peu à peu au galop... Il était dans son bureau, assit sur son siège, il avait sortit le dossier de l'élève qu'il devait recevoir d'une minute à l'autre. C'était un cas difficile d'après sa collègue qui était partit en retraite. Il n'avait plus qu'à l'attendre... Quand on parle du loup... Voilà que quelqu'un frappa à la porte. Il se leva et vint ouvrir la porte à celle-ci. Il la regarda de haut en bas avant de lui sourire et de lui adresser la parole :


Sanada – Bonjour Mademoiselle ! Entre, je t'en prie.

Il retourna s'asseoir sur son siège et fit signe à celle-ci de prendre place sur la chaise. Il prit un stylo dans une main en observant cette dernière. Il savait qu'elle avait beaucoup de mal à se confier. Alors, il faudra y aller avec tact et être très patient... Quelle stratégie adoptée ? Disons, la plus simple ? Qu'il reste lui-même et tout se passera bien ! Il se redressa quelque peu, la fixant dans les yeux, prenant la parole avec un air neutre :

Sanada – Je suis le nouveau psychologue. Sanada Nomura. Je ne suis pas comme ma consœur retraitée. Je travaille différemment. Peux-tu te présenter ? Ce sera déjà un début...

Il déposa une feuille blanche devant elle avec des stylos de différentes couleur. Il savait que certains pendant des moments de stress ou d'insécurité, aimaient dessiner ou gribouiller sur une feuille comme anti-stress. Même si pour la plupart, ce n'était que pour le cacher.

Sanada – Comment te sens-tu ? Joyeuse ? Déprimée ? Stressée ? Anxieuse ? Perdue ? Fatiguée ? Tu peux être aussi plusieurs choses à la fois... Je t'avoue que de mon côté, je suis ravi et enthousiaste. Tu eux connaître la raison ? Car j'ai fais une rencontre ! Tu vois, il suffit de peu pour illuminer une journée ! Parfois, il suffit juste de commencer à parler d'un sujet pour ensuite, tout lâcher... Car on sent que les mots viennent tout seul sans réfléchir. Ça t'est déjà arrivé ? De tout lâcher ? Tout ce que tu as dans tes tripes ? Dans tes entrailles ? Jusqu'à ce que tu te sentes toute légère comme une plume... Comme si, on venait de t'enlever d'énormes poids qui étaient en toi depuis des années sans jamais bouger... Tu comprends ? Tes épaules ne sont pas lourdes ? Ton cœur n'est pas lourd ? Ton âme n'est pas lourde ? Probablement, mais on est là pour t'alléger de ces poids au fil du temps. Je pourrais peut-être par la suite, voir un jolie sourire sur ton visage ! Qu'est-ce qui t'a plu aujourd'hui en cours ? Et qu'est-ce qui ta pas plu ? Tout ce qui est dit ici, reste ici. Ça restera enfermer ici.

Pour le coup, il fut très bavard mais bon, c'était du Sanada tout craché ! Il n'aimait pas juste écouter mais aussi communiquer, partager et tourner ceci comme une conversation tout à fait normale afin qu'elle se détende et qu'elle ne le voit plus forcément comme un « psy » mais un ami qui veut l'aider. Cela va t-il être une stratégie payante ?
Revenir en haut Aller en bas
Bethany Williams
BS |:| Deuxième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 229
Inscription le : 25/03/2018
Né(e) le : 13/04/2004
Age : 14
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Classe : 2°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : https://pikabu.ru/story/anime_art_4818579
Péché(s) :
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t118-bethany-williams-la-kamkal-termine#449 http://sin-theatre.forumactif.com/t122-la-vie-de-bethany#462 http://sin-theatre.forumactif.com/t123-dossier-scolaire-bethany-williams#463 http://sin-theatre.forumactif.com/t154-la-page-internet-de-bethany-et-ses-sms

Lun 19 Nov - 3:00



Après que le passé soit revenu
Avec

Sanada Nomura


Avec la demande du psychologue, j'allais m'asseoir devant son bureau avec beaucoup de réserve. Je ne savais pas trop si je serais restée debout ou non sans qu'il le fasse. Pas par crainte de faire un impaire, mais parce que je ne pouvais pas me mettre à l'aise. Comment aurais-je pu alors que je me trouvais seule avec un homme que je ne connaissais ni d'Eve, ni d'Adam ? Impossible avec ce que je venais de vivre. Certes, il était le “psychologue de l'école”, mais cela ne l'emputait pas de tout soupçon d'une possible contribution aux horreurs qui se faisaient contre les créatures magiques.

Tu as pensé au fait que lui aussi est une créature magique puisqu'il travaille dans cette école ?

Oui, j'y avais pensé. Et justement, cela m'avait amenée à me demander comment ces hommes, ces… meurtriers, avaient eu leurs informations pour nous trouver. La conclusion la plus simple était qu'il y avait un espion et ça pouvait être n'importe qui. Il existait d’autres hypothèses, mais je ne pouvais mettre la première de côté juste pour ça. Voilà pourquoi je me montrai distante et sur mes gardes alors que l'homme se présentait. Sanada Nomura, successeur de celle qui m'avait suivie tout ce temps. Attention, je ne la regrettais clairement pas ! Je pouvais même déclarer sans problème que j'aurais été heureuse de ne pas à avoir plus de séances “discussion” avec une personne voulant juste sonder mon esprit. Je n'aimais pas qu'on veuille lire en moi.

Sans doute était-ce pour cette raison que quand il me demanda de me présenter je ne fis que le stricte minimum :

-Bethany Williams, 14 ans, élève de seconde année.

Il sembla s'en satisfaire puisqu'il entreprit de me poser des séries de questions rhétoriques. Et tout cela pour me comparer à lui pour me faire ce qui me semblait être une leçon de morale. Silencieuse, je l'avais écoutée, avachie sur mon assise et les bras croisés sur ma poitrine. Pour me couper de la discussion que j'écoutais quand même au cas où qu'il dise quelque chose qui puisse m'intéresser un tant soit peu, j'avais fermé les yeux. Je les rouvris qu'une fois qu'il eut terminé pour le regarder dans les yeux. J'attendis un court instant pour être certaine de ne pas être coupée avant de lui demander :

-C'est bon ? Vous en avez terminé ? Non parce que j'ai d'autres choses à faire qu'entendre d'un parfait inconnu que j'ai des choses sur le cœur.

Pourtant c'est le cas.

Oui, c'était le cas. J'étais là première à le savoir ! Mais je n'étais clairement pas prête à en parler à un parfait inconnu. Je ne l'avais jamais rencontré avant ce jour et même si, comme l'autre psy, il me disait que rien ne sortirait de cette pièce, je ne pouvais pas lui faire confiance. D'ailleurs, que me fallait-il pour ça ? À vrai dire, je n'en savais rien… Quand je pensais à ma relation avec Krys’, j'avais l'impression qu'il m'avait fallut quelques moments de faiblesse pour m'ouvrir à elle. Ça et une bonne dose de fatigue aussi, sans doute. Je ne voulais plus jamais faire preuve d'une telle faiblesse ! Surtout si cela pouvait m'amener à en souffrir !!

Voilà pourquoi, sans vraiment attendre de réponse, que ce soit par impatience ou par fuite, je déliai mes membres et me levai. Puis, sans le regarder, je lui tournai le dos et m'apprêtai à partir du bureau pour vaquer à mes occupation. Mes devoirs ? Non. Sûr que non. Mais de la programmation, un travail bien plus lucratif que tout le reste, en somme.
(c) Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Nomura
H |:| Psychologue
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 67
Inscription le : 24/05/2018
Né(e) le : 01/06/1980
Age : 38
Nationalité : Japonaise
Niveau d'études/Métier : Psychologue
Situation amoureuse : Indécis
Double Compte : Max
Personnage sur l'avatar : Kaburagi.T.Kotetsu
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t192-sanada-nomura-terminee

Jeu 22 Nov - 1:18
Aujourd'hui, Sanada recevait une nouvelle élève dans son bureau. Il avait pu lire le rapport de son ancienne consœur qui l'avait eu en patiente. Ce n'était pas très glorifiant à vrai dire... Elle n'a pas réussi a obtenir des informations sur elle. Il espérait avoir plus de réussite de son côté. Il savait déjà que ce ne sera pas simple mais il ne partait pas défaitiste pour autant. Quand elle arriva, il lui ouvrit en l'accueillant avec le sourire et l'invitant à s'asseoir. Il commença par se présenter et de parler de lui afin qu'elle sache quel genre d'homme qu'il était. Il lui posa des questions simples pour établir un premier contact. Elle répondit à la première question sans en dire plus, ni essayer de prolonger la conversation. Bethany Williams... 14 ans, en seconde années. Elle était encore jeune alors, encore en période de crise d'adolescence. Il allait devoir être patient et surtout, direct. Il lâcha un léger sourire de satisfaction du fait d'avoir eu une première réponse...

Sanada – Et comment se passe tes cours ? Ça se passe bien avec tes camarades ?

Suite à ça, il continua à papoter en parlant à nouveau de lui afin d'instaurer un certain lien entre eux mais fallait croire que ce n'était pas une bonne stratégie avec cette personne car la réaction qu'elle venait d'avoir était assez inattendue. Il ne s'attendait pas vraiment à ce genre de réponse. De plus, son comportement était des plus désagréables. Elle ne semblait avoir aucun respect pour ceux qui lui consacrait du temps ! Il n'apprécia guère ces manières... Il se devait de la remettre en place mais comment ? Il soupira un instant, son regard s'assombrit en la fixant, la voyant se lever comme si elle pouvait quitter son bureau quand elle le voulait ! Il se mit debout et frappa du poing sur le bureau en parlant sèchement à l'élève :

Sanada – Tu restes ici Bethany ! C'est quoi que cette attitude ?! Certes, ce n'est pas un moment agréable les séances avec un psychologue mas c'est une étape obligatoire et importante pour la suite. Que ça te plaise ou non, tu dois passer par là. Crois-tu qu'en jouant la fille je m'en foutiste de tout que les choses s'arrangera ? Ne veux-tu pas essayer d'avancer au moins une fois dans ta vie ? Faire l'effort de faire un pas vers les autres ? Tu en as pas marre de jouer la victime tous les jours ? De jouer la gamine dépressive suicidaire ? Effectivement, c'est un chemin si facile à emprunter... N'as-tu aucune ambitions ? Aucun but ? Aucune envie ? Bat toi un peu ! Au lieu de toujours fuir les situations qui te déplaisent !

Il se rassit sur son siège et prend son stylo dans les mains et commence à écrire quelque chose sur une feuille à propos de Bethany. Puis, il la mit de côté en se concentrant de nouveau sur sa patiente  en espérant qu'elle décide de rester dans son bureau. Il ferma un instant les yeux pour se retrouver son calme avant de reprendre la parole :

Sanada – Je me suis peut-être un peu emporté... Simplement, je souhaite juste discuter avec toi. Je ne suis pas là pour t'offenser, ni te forcer à dire les événements encore douloureux pour toi mais, peux-tu y mettre un peu du tiens ?

Il attendait une réaction moins hâtive et irréfléchie de la part de celle-ci... Mais ne sait jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Bethany Williams
BS |:| Deuxième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 229
Inscription le : 25/03/2018
Né(e) le : 13/04/2004
Age : 14
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Classe : 2°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : https://pikabu.ru/story/anime_art_4818579
Péché(s) :
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t118-bethany-williams-la-kamkal-termine#449 http://sin-theatre.forumactif.com/t122-la-vie-de-bethany#462 http://sin-theatre.forumactif.com/t123-dossier-scolaire-bethany-williams#463 http://sin-theatre.forumactif.com/t154-la-page-internet-de-bethany-et-ses-sms

Jeu 22 Nov - 2:21



Après que le passé soit revenu
Avec

Sanada Nomura


Lorsque ce psy à la con me demanda si ça se passait bien en classe et avec mes camarades, je lui avais jeté un regard meurtrier. Puis, froidement, je lui avais répondus comme si j’avais profané des menaces :


- En quoi ça vous concerne ? J’vous connais pas.


Il était hors de question que j’expose ma vie, privée ou non, à un parfait inconnu. Pas après ce que j’avais vécu ou avais pu me souvenir ! Et puis quoi encore ? Si c’était pour que je me retrouve encore à devoir subir la volonté d’autrui de me voir crever, je préférais encore m’en aller et vivre ma vie dans mon coin. Néanmoins, par respect, je restai là en espérant avoir été assez claire sur ce point.

Et lorsque vint le moment où il me fit comprendre que ce n’était pas le cas, et que ça m’énervait énormément de perdre une heure de mon temps à écouter les speechs incessants de psy voulant forcer les choses, je lui avais dis le fond de ma pensée avant de me lever pour partir. Non mais il se prenait pour qui ? Mon père ? Désolée mon gars, mais il est mort et enterré. Je le savais plus que quiconque même si je ne me rappelais plus du tout son visage. De plus, je ne lui devais rien. Tout comme il ne me devait rien. Nous étions quitte alors. C’était ce que je pensais. Pas lui.

Sans doute à cause de son mécontentement, il se leva et frappa sur le bureau. Mais plus que le roulement soudain du fauteuil, ce fut le point sur la table qui m’effraya. Tant et si bien que je sursautai en me retournant. En position de défense, je sentais mes ailes tirer sur le tissu de mes vêtements de façon désagréable. Sans cela pour le gêner, je serais sur le point de m’envoler. Si seulement cela avait pu être possible, au moins j’aurais pu fuir plus rapidement encore. Cela m’aurait évité d’entendre la suite.

Il ne me connaissait pas et cela se voyait grandement. Surtout quand il me posa, encore une fois, une série de questions rhétoriques qui m’énervèrent toutes un peu plus. La peur laissa place à la rage. Bouillonnant sur place, je regardai discrètement ce qu’il y avait sur son bureau pour éviter de lui donner l’impression de baisser ou détourner le regard, mais également pour chercher de quoi le frapper. Ce n’était pas une bonne idée. Je le savais. Mais il était hors de question que je le laisse m’insulter de la sorte !

Ne bougeant pas d’un pouce, le regardant avec des yeux révolvers, je le regardai s’asseoir et sans doute noter quelque chose sur moi. Tien, et si je le déchirais en mille morceaux après l’avoir lu à voix haute ? Je pourrais peut-être m’en moquer pour lui montrer à quel point il était stupide et terriblement prétentieux. Un crétin qui juge en se prétendant psy qui ne s’excusa pas mais qui déclara sans vergogne “qu’il n’était pas là pour m’offenser”, mais seulement discuter. Ce à quoi je lui répondis très froidement, telle une accusation :

- Y mettre du mien ? Si je n’en mettais pas, je ne serais pas venue. Par contre, ce sont les personnes qui jugent comme vous qui me font fuir ! Si vous ne voulez vraiment pas m’offenser, ne pensez pas pouvoir me connaître ou me comprendre seulement à partir de notes d’une personne qui n’a jamais rien su de moi ou ce que je pensais !

Lentement, prudemment même si je cherchais à le cacher, je m’approchai de son bureau pour y plaquer bruyamment mes mains. Puis, même si Constance me fit part que ce n’était pas une bonne idée, je plantai mes yeux émeraude dans les siens et continuai avec énervement et une froideur que je ne me connaissais pas :

- Je suis je-m’en-foutiste, soit. Ca me convient parfaitement. Je n’ai jamais rien voulu arranger.

Menteuse.


- Depuis que j’ai cinq ans j’avance. Et même par mes propres moyens pendant un an, ce que j’aurais continué à faire si on m’avait pas emmenée ici. Faire l’effort d’aller vers les autres ? Qu’est-ce qui vous fait croire que j’le fais pas ? Je joue les victimes ? Non, puisque je m’en fou d’en être une ou non.

Encore une fois, tu mens : tu ne te fous pas de tout.

- Dépressive suicidaire ? Les seules qui veulent ma mort ce sont les autres, pas moi ! Quant à mes ambitions, j’en ai une : celle de bosser en étant libre. Ce que j’ai fait pendant cette année avant d’arriver ici. C’est pas assez pour vous ? Mais j’en ai rien à foutre ! Votre avis ne m’intéresse pas.

Cela n’aurait pas été le cas s’il avait une importance quelconque dans ma vie. Vie qui prenait une tournure que je ne voulais pas. Cela m’énervait grandement.

Le mot est bien faible.

Sans écouter plus encore Constance que je voulais frapper pour ses interventions, je me relevai et le regardai toujours droit dans les yeux pour le défier de me refaire un coup pareil. D’ailleurs, s’il le faisait, je ne lui répondrais pas et partirais de cette salle pour ne plus jamais y revenir. C’était une promesse que je me fis, les ailes contre mon dos mes les poings serrés à côtés de mes cuisses.
(c) Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Nomura
H |:| Psychologue
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 67
Inscription le : 24/05/2018
Né(e) le : 01/06/1980
Age : 38
Nationalité : Japonaise
Niveau d'études/Métier : Psychologue
Situation amoureuse : Indécis
Double Compte : Max
Personnage sur l'avatar : Kaburagi.T.Kotetsu
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t192-sanada-nomura-terminee

Jeu 29 Nov - 21:21
Sanada se trouvait devant une élève qui était totalement contre les psychologues. Elle était probablement venue à contre cœur et par obligation... C'est pourquoi, elle ne voulait rien dire même les choses les plus banales. Néanmoins Sanada n'aime pas qu'on l'ignore et qu'on quitte son bureau sans qu'il n'est pu dire ce qu'il avait à dire. Elle ne voulait rien savoir ? Et bien, faisons là réagir avec des mots durs sans y mettre de filtre. Il fut très sec et froid dans ses paroles, des sujets dont il ne savait même pas si c'était vraiment le cas mais il y avait bien quelque chose de vrai dans tout ceci. Grâce à ça, il en saura peut-être un peu plus sur elle. En tout cas, Bethany ne semblait plus vouloir partir. Son regard changea et devint noir envers lui. Personnellement, il en avait vu d'autres... Ce n'était pas ce genre d'attitude qui allait l'effrayer... Il la regarda dans les yeux sans détourner son regard, gardant toujours cette même assurance. Il écouta celle-ci qui s'ouvrit enfin ! Il fallait que la colère sorte pour qu'elle puisse se libérer un minimum. Ce n'était pas si désespéré finalement... Après son premier discours, il prit la parole en gardant son sérieux :

Sanada : C'est une chose de venir par obligation mais y mettre du sien, s'en est une autre. Si tu faisais réellement l'effort, tu aurais essayer de dialoguer avec moi et non, me fermer toutes les portes en m'envoyant sur les roses... Si pour toi, ça, c'est y mettre du tien... Je crois que tu as un problème dans la compréhension... Je ne juge que ce que je vois. Et qu'est-ce que je vois ? Une fille lâche qui se lamente sur son sort et fuit quand il s'agit de faire face à une réalité qui est douloureuse. Tu ne peux me dire le contraire... Tu as essayer de fuir tout simplement... Tu te trouve l'excuse de vouloir partir car on te juge... Mais tu sais très bien que c'est faux ! Tu aimerait juste qu'on te comprenne mais sans que tu sois obligée de parler... ça ne fonctionne pas ainsi ! Tu fais un pas vers moi, j'en ferais un vers toi. Mais en as-tu fait un ? Non !

Il voyait qu'elle s'avançait peu à peu vers lui. Pour le coup, elle ferait des pas vers lui mais ce n'était pas ce genre de pas qu'il attendait de sa part. Ces yeux émeraudes étaient plongés dans les siens. Malgré son caractère à la con, on pouvait voir qu'elle avait quand même de jolies yeux ! Au moins une qualité chez elle ! Se dit-il. C'était méchant mais jusqu'à maintenant, elle n'a rien fait pour montrer des choses positives... Puis, elle reprit en affirmant qu'elle était une je m'en foutiste et elle n'avait rien fait pour arranger cela...Puis, elle continua de parler en déclarant qu'elle avance depuis ces 5 ans... Et que c'était la faute de l'école qu'elle était ainsi... Exaspérante... Il prit la parole pour lui répondre car certains propos n'étaient pas cohérents...

Sanada – Je suis navré mais peut-être étant gamine tu avançais et tu allais vers l'avant mais ce n'est plus le cas depuis un long moment ! Est-ce qu'une personne qui veut aller vers l'avant, se fout d'être une victime ? S'en fou de tout ? Et prétend qu'elle ne fait rien pour arranger les choses ? Tu ne donnes pas l'impression de vouloir t'en sortir là... Mais plutôt, vouloir rester dans ta situation misérable et pathétique ! Ça te plaît tant que ça de te contenter de ton monde ? Croire que otut le monde est méchant ? Que le monde entier t'en veut ? Que tout le monde veut ta mort ? Il faut arrêter de te sentir persécuter ainsi ! Et je le répète, si tu faisais un pas vers les autres, tu n'aurais pas cette attitude enfantin et immature ! Grandit un peu ma grande ! Si tu veux qu'on arrête de se faire une fausse opinion de toi alors, fait en sorte de nous montrer qui tu es vraiment ! Et non seulement, l'ombre de toi-même...

Il se mit debout et fit le tour en avançant jusqu'à la porte de son bureau en l'ouvrant et regarda Bethany dans les yeux :

Sanada - Maintenant tu as le choix, soit tu fais l'effort d'avoir un dialogue avec moi sans m'envoyer sur les roses... A toi de voir... C'est une chance pour toi de me montrer que tu n'es pas celle que j'ai décris. Donne moi tort... Ou alors, comme tu le vois, la porte est grande ouverte et je ne te retiendrais pas mais Jamais, tu te feras respecter pour ce que tu es car tu te caches derrière cette agressivité et cette peur qui te bouffe de l'intérieur !

Il attendit alors une réponse de sa part. Il ne pouvait pas faire grand chose pour une fille qui ne souhaitait pas parler mais qui ne pensait qu'à fuir...
Revenir en haut Aller en bas
Bethany Williams
BS |:| Deuxième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 229
Inscription le : 25/03/2018
Né(e) le : 13/04/2004
Age : 14
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Classe : 2°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : https://pikabu.ru/story/anime_art_4818579
Péché(s) :
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t118-bethany-williams-la-kamkal-termine#449 http://sin-theatre.forumactif.com/t122-la-vie-de-bethany#462 http://sin-theatre.forumactif.com/t123-dossier-scolaire-bethany-williams#463 http://sin-theatre.forumactif.com/t154-la-page-internet-de-bethany-et-ses-sms

Ven 30 Nov - 2:52



Après que le passé soit revenu
Avec

Sanada Nomura


Je ne tins pas vraiment compte des paroles du psy alors que je m’approchais. Ça faisait trop mal. Si je ne voulais pas perdre le fil de ce que je pensais de ce qu'il m'avait déjà dit, il fallait que je reste concentrée. Et, grâce à cela, je pus continuer sur ma lancée. Ce n'est que lorsque j'eus terminé que les mots se firent un réel chemin vers ma comprenette. Il me prenait pour une personne malpolie et bloquée dans mon petit monde. Une “lâche”. Oui, je l'étais, je le savais. Mais je ne voulais plus qu'on me parle comme ça ou qu'on me dise des horreurs. Je ne voulais plus qu'on me piétine, moi et mes sentiments. A cause de cela, je serrai fortement les poings alors que j'écoutais, attentivement ce qui m'était dit. D'une certaine façon, je m'étais préparé à m'en prendre plein la gueule… même si ça me déplaisait fortement. Je le savais puisque je n'étais pas agréable et jouais la rebelle. Je ne voulais pas me dévoiler. J'en avais si peur… N'était-ce pas normal après la mort qui m'avait entourée, par des faits ou des mots ?

La réponse du psy à mes mots et mes pensées silencieuses fut radicale : je n'étais qu'une gamine fuyarde et pleurnicharde qui ne cherchait pas à changer les choses. Se sentir persécuté… je n'aurais pas dit ainsi. Mais, au fond, cela signifiait la même chose. Il avait raison. Ça me faisait crier, mais il avait raison. Alors, quand il se leva pour aller ouvrir la porte, je ne bougeai pas d'un pouce. Ce n'est que lorsqu'il me donna le choix de m'en aller ou lui donner tort. Un défi qui me donna envie de le regarder dans les yeux. Ce que je fis, les sourcils froncés et les poings serrés, le long du corps.

Alors, que vas-tu faire ? Jouer le jeux ou fuir à nouveau ?

*Tu en as d'autres des questions comme ça ?* demandais-je à Constance frustrée. Je n'avais pas besoin d'elle pour réfléchir à ce choix. Je me le posais réellement et ça m'énervait déjà bien assez pour qu'elle en rajoute. D'ailleurs, je finis par prendre la parole sans bouger :

-Qu'est-ce qui vous fait croire que je vais vraiment jouer le jeu même en restant ?

Je ne cherchais pas à me faire respecter. Pas à la base. Je voulais qu'on me fiche la paix, fuir derrière mon masque de personne avec qui il était impossible de discuter. Ça, c'était ce que j'avais voulu. Et maintenant ? Que cherchais-je ? Clairement pas de l'aide venant d'un inconnu qui ne faisait que son travail sans réellement se préoccuper du bien-être des autres. C'était ainsi que je voyais cette personne et celle qui l'avait précédé. Je détestais penser que l’Homme soit trop égoïste pour faire quelque chose de bien juste par empathie. Si ce n'était pas le cas, elle ne m'aurait pas abandonnée !

-Bon, et maintenant que je vous montre que je relève votre défi faudrait que je fasse quoi ? Que j’vous offre une confiance aveugle alors que j’vous connais pas ? Désolée mais c'est pas mon truc même si vous voulez absolument que je fasse des efforts. Et j’vois vraiment pas en quoi savoir que les cours pour moi sont d'un ennui mortel avec des gens qui piaillent entre eux comme des oiseaux pendant la saison des amours pourrait vous intéresser.

Alors, c'était si compliqué de répondre à sa question ?

*La ferme si tu veux pas que j'aille prendre des risques juste pour que tu arrêtes de m’emmerder !*

(c) Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Sanada Nomura
H |:| Psychologue
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 67
Inscription le : 24/05/2018
Né(e) le : 01/06/1980
Age : 38
Nationalité : Japonaise
Niveau d'études/Métier : Psychologue
Situation amoureuse : Indécis
Double Compte : Max
Personnage sur l'avatar : Kaburagi.T.Kotetsu
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t192-sanada-nomura-terminee

Sam 1 Déc - 16:27
Sanada avait essayé de faire comprendre à l'élève ce qui n'allait pas dans son comportement mais au vu de ces réponses... Il en conclu que finalement, elle n'avait rien compris à ce qu'il lui avait dit. Il ne demandais pas de relever un défi mais d'entamer une discussion, ni plus, ni moins... Mis évidemment, il fallait qu'elle exagère ses propos en disant qu'il lui demandait de lui raconter toute sa life dés la première séance... Il n'avait pas l'habitude de se prendre la tête avec un élève tel qu'il soit et il ne fera pas exception à la règle pour Bethany. Il fit un long soupir d'exaspération en regardant celle-ci... Elle était pire que désespérée. Il prit un air très sérieux et lui répondit de manière très sèche et froid :

Sanada – Écoute, tu fais ce que tu veux, tu veux ignorer mes paroles. Fais le ! Tu ne veux rien me raconter ? Soit ! C'est ton choix ! Mais alors, en quoi est-ce un défi pour toi de rester ? Car c'est une torture pour toi d'être ici ? C'est ennuyeux ? Pourquoi prends-tu la peine de rester là ? Si tu restes, c'est pour discuter un minimum mais tu ne sembles pas avoir l'intention de le faire ! Alors, j'en déduis que la situation ne changera pas ! C'est la raison pour laquelle, je vais éviter de te faire perdre de ton temps et surtout de mon temps ! Contrairement à toi, il y a des élèves qui ont besoin d'aides, de parler réellement ! Je te prie de bien vouloir quitter cette pièce et pas besoin de me remercier, ce fut un plaisir ! Merci !

Il retourna s'asseoir sur son siège en laissant la porte grande ouverte. Il prit son stylo et écrivit quelque chose en ignorant totalement Bethany. Il n'attendait plus rien d'elle, juste qu'elle s'en aille comme elle l'avait voulu le faire depuis le départ.


RP CLOS
Revenir en haut Aller en bas
Bethany Williams
BS |:| Deuxième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 229
Inscription le : 25/03/2018
Né(e) le : 13/04/2004
Age : 14
Nationalité : Anglaise
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Classe : 2°A, D1 + Adaptation / GS Gestion des traumatismes
Situation amoureuse : Célibataire
Personnage sur l'avatar : https://pikabu.ru/story/anime_art_4818579
Péché(s) :
  •  Paresse 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t118-bethany-williams-la-kamkal-termine#449 http://sin-theatre.forumactif.com/t122-la-vie-de-bethany#462 http://sin-theatre.forumactif.com/t123-dossier-scolaire-bethany-williams#463 http://sin-theatre.forumactif.com/t154-la-page-internet-de-bethany-et-ses-sms

Dim 2 Déc - 16:13



Après que le passé soit revenu
Avec

Sanada Nomura


J'avais mis le psy en colère. Bien entendu, comment cela aurait-il pu en être autrement ? Cela finissait toujours de la sorte. Même quand j'amorçais le pas demandé par les autres. Était-ce si étonnant que je sois frileuse à parler de moi ? Personnellement, je pensais que non, mais c'était parce que j'en connaissais les raison. Je ne fis donc pas mine de fuir et me pris la claque peut-être méritée en pleine figure. Et maintenant ? Allais-je rester ainsi sans bouger ni parler ? Allais-je faire, au contraire l'effort de parler ? Ou simplement m'en aller comme demander ? Je pesai le pour et le contre longuement, laissant le psy retourner à sa chaise pour écrire. Sans doute était-ce des remarques sur la séance qui me seraient désagréables à lire. Lui donner tort, hein ?

À nouveau je lui fis face et, malgré mes poings serrés et mes sourcils froncés, c'est de façon très neutre que je lui demandai :

-Est-ce donc si anormal que je n'ai aucune envie de parler à un parfait étranger, aussi psy soit-il ? Seriez-vous prêt à vous dévoiler de cette façon ? Par exemple, si nos rôles étaient inversés, me diriez-vous “bonjour je me sens mal parce que quelque chose, je ne trouve pas de solution car truc muche…” et j'en passe ? Connaître un nom et une profession et avoir une pseudo garantie ne suffit pas à tout le monde.

Voyant qu'il ne m'écoutait pas, j'émis un soupire avant de marmonner pour moi-même qu'ils étaient tous pareils avant de faire volte-face et, comme demandé, m'en aller. Par politesse, malgré mon envie d'éclater, l'insulter, lui lui donner des coups, je fermai la porte de son bureau sans la claquer.

Dans ma chambre, devant mon ordinateur, je ne pus travailler, trop préoccupée par ce qu'il s'était passé. Je finis cependant par prendre une décision et ouvrir ma boîte mail. Grâce à mes talents de hacker, je trouvai l'adresse mail du psy et lui envoyai un mail avec des coupures de journaux relatant qu'une famille avait été décimée entièrement et que les corps avaient disparus. Et le message qui les accompagnait était le suivant :

“Et si je vous disais qu'il y reste une survivant et qu'elle a retrouvé la mémoire il y a peu alors qu'elle se faisait attaquée par les assassins de ladite famille, me croiriez-vous ?

Je suis désolée pour mon comportement. Néanmoins, je reste sur ma position : me confier à un inconnu est impossible.”


Et,une fois le mail signé de façon polie, n'écoutant pas Constance la conscience sur le fait que c'était maladroit voire vexant comme mot, surtout au niveau de la dernière phrase, je l'envoyai. J'avais fait un pas. J'avais fait des effort. Si je venais à n'avoir aucun retour d'une façon ou d'une autre, je ne voyais pas l'intérêt de retourner voir un psy, quel qu'il soit.
(c) Bethany Williams sur Sin Theatre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sin Theatre :: 
Bâtiment A : formalités
 :: 1er étage : Soins :: Bureaux des psys
-
Sauter vers: