Sin Theatre


 

Lune de Sang, Luxure de Sortie [ft. Niels]

Maëlys Jørgensen
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 41
Inscription le : 22/09/2018
Né(e) le : 01/04/2002
Age : 16
Nationalité : Danoise
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Classe : 3°A, D3 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Dana O'Neill
Personnage sur l'avatar : Sanae Kochiya
Commentaire/citation : "Les Muses sont comme les Succubes. Leur rôle est d'inspirer et de faire que les Hommes transpercent tout pour elles. La différence est que les Muses viennent avec peu d'habits mais les garde quand la Succube s'évertue à les enlever"
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t328-je-peux-ou-dois-donner-de-l-inspiration#2062 http://sin-theatre.forumactif.com/t331-mes-aventures-et-mes-copains-maelys

Mer 28 Nov - 20:45
Lune de Sang, Luxure de Sortie
"Je me fais peur donc je suis"
(Xavier Pommereau)
ft Niels - 31 oct 2018Je crois que je suis dans un gros cauchemar. Un cauchemar qui semble ne pas vouloir s'arrêter. Voir même qui s'intensifie à chaque seconde qui passe. D'abord Edwan m'a poursuivit dans la ville souterraine et – Dieu merci – j'ai réussi à le semer en me faufilant dans un petit passage. J'ai utilisé mon petit serpent. Mais... Ce n'était pas comme d'habitude. Je lui ai ordonné de me camoufler. Et j'ai vu mon ex-petit-ami devenir fou à ne pas me trouver, finissant par fouiller dans une autre zone. Je me suis extirpée de ma cachette en partant dans le sens opposé de sa direction.

Depuis les heures sont passées et j'ai esquivé toutes sortes de danger. J'ai vu certains de mes camarades mourir. J'en ai vu d'autres m'insulter et certains, comme Edwan, sont devenus fous. Après une énième course à travers les ruelles de cette ville du Diable, j'ai été coincé. Ils me faisaient peur. Tous autour de moi, les mains voulant me déshabiller. Ils m'ont déchiré la chemise avant que je ne hurle. Et une douleur m'a prise. On me traita de monstre et mon dos s'est élevé de peu puis n'a – selon toutes vraisemblances – jaugé bon de s'arrêter avant que je ne sois en sécurité. En observant les environs je me demandais si cela était une coïncidence que de trouver un petit commerce aux miroirs ternis par une fine pellicule de poussière qui en profitait pour jaunir mon reflet. Et même ainsi, je ne me reconnus pas de suite.

Mon regard était... doré. Il me fit penser à de l'or en fusion, brillant, entre la danse lancinante de l'amante endiablée et celle de la chasseuse, intrépide, affamée, vorace de proie. Étonnamment, alors que j'avais eu la peur de ma vie – façon de parler évidemment – mon visage semblait serein, détendu. Un sourire doux flottait sur mes lèvres alors que je notais la perte de ma grenouille. Peut-être l'avais-je laissé dans mon sac ? L'avais-je mise ce matin ? J'avais observé l'écarlate de mon serpent et mon visage eut une déformation lorsque j'ai vu mes ailes. Elles avaient l'air d'être à moi. Elles étaient élancées. En passant mes mains dans mon dos, j'ai senti qu'elles naissaient un peu au dessus de mes hanches et remontaient – pliés - au niveau de mes côtes. Dépliées j'estimais qu'elles devaient mesurer trois mètres d'envergure. Et de hauteur... Repliées elles ne dépassent pas mes épaules. Et ce n'était pas tout. Il y avait quelque chose... Quelque chose qui sortait de mon corps. Je m'attendais à des cornes, une queue peut-être ? Mais pour l'instant il n'y avait que la paire d'hideuse aile qui me déformait.

Ce qui sortait de moi... C'était... C'était chaud. Sensuel. Comme une sorte de manteau qui m'entourait. Les autres pouvaient voir ça ? Je ne sais pas trop combien de temps je suis restée là, à me scruter. Assez pour qu'un homme me croise et se rapproche dangereusement de moi. Sans vraiment réfléchir, je me suis mise à courir. Dieu seul saurait dire quand, cet inconnu s'est transformé en Edwan. Et Edwan, j'ignore si vous le saviez mais moi non, Edwan donc est un ogre. De toute évidence si j'en crois ce qui me poursuit. Il est bien plus grand que moi, plus massif et son regard carmin ne laisse que peu de choix. Soit il veut me tuer. Soit il veut quelque chose de plus... sexuel dirons-nous. Si l'on prend le fait que je suis un monstre de luxure sans contrôle, alors... Il ne veut sûrement pas me laisser « tant de vêtements ». C'est bien vrai ça ! Je n'ai qu'un haillon de chemise et une jupe. C'est bien trop ! Rhalala. Donc me voilà de nouveau en train de courir en cherchant désespéramment un endroit où me cacher de nouveau. Et une silhouette connue passa dans mon champ de vision. Ni une ni deux, je me suis rapprochée de lui, attrapant son bras pour le passer devant moi et me cacher derrière lui.

Maëlys ∞ "Hjælp mig Niels! Please! " (Aide-moi Niels ! S'il te plaît!)

Edwan ∞ "Oh mon 'Lys... Te voilà enfin... Viens, j'ai plusieurs choses à te montrer ~ "

Maëlys ∞ "Va-t-en ! Je veux pas ! Tu me fais peur Edwan !"


Et ma voix ajoute, entre la peur et la panique, une intonation un peu plus suave en direction de mon camarade de classe.

Maëlys ∞ "Tu peux le retenir le temps que je m'enfuis ?"


Code couleur:
 
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Niels Äkning
BL |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 44
Inscription le : 06/10/2018
Né(e) le : 24/06/2001
Age : 17
Nationalité : Suédois
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A + Adaptation
Situation amoureuse : *sourit*
Double Compte : Martel, Naomi, Jodie, Caindell
Personnage sur l'avatar : Aohitsugi Samatoki
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 
  •  Luxure 
  •  Envie 
  •  Gourmandise 
  •  Paresse 
  •  Colère 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t343- http://sin-theatre.forumactif.com/t357- http://sin-theatre.forumactif.com/t406-dossier-scolaire-de-niels-akning

Mar 4 Déc - 15:52

Niels et Maëlys

Lune de Sang, luxurede sortie31 octobre 2018


Couleurs
Suédois #85AC80
Anglais #336633
Draconique #3386AE
Quelque chose ne tournait pas rond ce soir. Depuis un petit moment, sa sœur et ses parents avaient commencé à agir de façon étrange. Aurora avait passé dix minutes à vouloir lui faire des câlins, situation très exaspérante pour lui étant donné qu'il ne pouvait pas vraiment la toucher d'une, et il n'avait pas spécialement envie d'être proche d'elle non plus. A force, il avait fini par s'enfermer dans sa chambre pour qu'elle ne puisse pas réessayer de l'atteindre. Ses parents, eux, s'étaient chacun lancé de façon un peu trop enthousiaste et hyperactive dans leurs passion respective. Au final, Niels avait la sensation d'être le seul dans cette maison à avoir gardé son cerveau en place, et il n'avait pas la moindre idée de ce qui se passait. L'effet s'était amplifié très vite. Dehors, il avait commencé à entendre des cris et des bruits de verre brisé, et sa sœur avait cogné si fort à sa porte qu'il s'était demandé si elle n'était pas devenue folle, à lui répéter qu'elle voulait passer du temps avec lui et qu'elle déprimait depuis qu'il n'osait plus trop lui parler. Avait-elle complètement oublié la malédiction qu'il se traînait ? Agacé, et curieux de ce qui pouvait se passer dehors, Niels finit par ouvrir sa fenêtre et descendre par le mur attenant, pour ne pas se retrouver nez à nez avec Aurora.

L'extérieur semblait... anarchique. Non, même pas "semblait", était. Les gens étaient visiblement pris d'une forme de folie incompréhensible. Certains se battaient, détruisaient, volaient ou agressaient les gens sans raison apparente. Niels fit de son mieux pour éviter les contacts malgré les gens qui courraient dans tous les sens, que ce soit pour fuir ou se lancer dans une destruction de masse, mais il sentit plusieurs fois quelqu'un le percuter et il serra les dents. Il espérait qu'il n'avait pas transmis de maladie trop grave, voire rien du tout, il n'était pas sûr que leurs peaux étaient entrées en contact. Le jeune homme poussa un soupir mais continua d'avancer dans les rues pour essayer d'avoir le fin mot de l'histoire. C'est alors qu'il aperçut une silhouette familière qui se précipitait dans sa direction. Il écarquilla les yeux quand la jeune fille s'accrocha à son bras, l'air très visiblement paniqué, et poursuivie par un mec beaucoup trop grand et beaucoup trop inhumain pour que ce soit normal. Instinctivement, Niels avança d'un pas, se dressant entre Maëlys et son agresseur avant même qu'elle ne le lui demande.

- Ne t'approche pas d'elle.
- C'est ma copine, je fais ce que je veux.

Niels serra les poins faisant un pas en avant pour stopper l'autre dans son avancée. Le visage marqué par un début de colère, il toisa l'être qui lui faisait face. Il détestait ce genre de réflexion. "Je fais ce que je veux parce que c'est ma copine" ? Ça restait une personne, pas un objet. S'il tenait vraiment à elle, il n'essaierait pas de la blesser. Et elle n'avait de toute façon pas l'air d'accord avec cette prétendue relation.

- Je ne crois pas, non.

L'autre afficha un air indigné qui fut vite remplacé par une expression haineuse. Il s'avança, Niels fit de même, s'interposant entre les deux.

- Visiblement elle n'a pas envie de te voir. Alors dégage.
- Et t'es qui pour dire ça ? Son chevalier servant ?
- Je suis son ami. Et si tu lui fais du mal tu risques d'avoir du mal à t'en vanter.

Ce type lui était tellement détestable que Niels pouvait presque percevoir le changement de couleur de son cristal. Pour un peu, il aurait pu s'imaginer que la lueur rouge sang transparaîtrait à travers son pantalon, mais ça n'était pas le cas. Que ce gars ose s'approcher de Maëlys, et il perdrait quelques dents au passage, sans compter que le jeune cavalier ne portait pas de gants et qu'il risquait, en prime, de lui refiler une maladie. Vu son état de colère, probablement pas une banale angine.
© Niels
Revenir en haut Aller en bas
Maëlys Jørgensen
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 41
Inscription le : 22/09/2018
Né(e) le : 01/04/2002
Age : 16
Nationalité : Danoise
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Classe : 3°A, D3 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Dana O'Neill
Personnage sur l'avatar : Sanae Kochiya
Commentaire/citation : "Les Muses sont comme les Succubes. Leur rôle est d'inspirer et de faire que les Hommes transpercent tout pour elles. La différence est que les Muses viennent avec peu d'habits mais les garde quand la Succube s'évertue à les enlever"
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t328-je-peux-ou-dois-donner-de-l-inspiration#2062 http://sin-theatre.forumactif.com/t331-mes-aventures-et-mes-copains-maelys

Sam 8 Déc - 13:08
Lune de Sang, Luxure de Sortie
"Je me fais peur donc je suis"
(Xavier Pommereau)
ft Niels - 31 oct 2018
Edwan ∞ "C'est ma copine, je fais ce que je veux."


Mon corps frissonne lorsque ses mots sortent. Non... Non non ! Je n'étais pas sa copine. Si tant est que je l'eusse été un jour. J'avais été sa maîtresse. Soit. On ne refait pas le passé, à mon plus grand regret. Mais je ne note que Niels qui montre son désaccord, qui se redresse et serre les poings. Et ils s'avancent, tous deux, mon corps se reculant instinctivement pour laisser la distance de sécurité minimum entre moi et... l'ogre. Je me refuse de penser que j'ai aimé cette personne. Cette personne n'était pas quelqu'un que je connais. Je connaissais Edwan. Non. Je connais une petite partie qu'il a voulu me montrer. Je ne le connais pas vraiment. Lui non plus. Je crois.

Niels ∞ "Je suis son ami. Et si tu lui fais du mal, tu risques d'avoir du mal à t'en vanter."


Mon regard papillonne longuement sous les propos de mon camarade. Mon … ami ? Mais nous n'avons pas parlé tant que ça... Je sais juste qu'il est adorablement gentil. Et visiblement il voulait me protéger non ? Néanmoins, autant j'en suis heureuse, autant quelque part je n'aime pas ça. Je suis capable de me défendre ! J'ignore d'où me vient ce malaise alors que je l'entends. J'y réfléchis encore alors que mon corps décide de bouger sans mon accord.

Mes ailes se déploient et me soulèvent juste assez pour me permettre d'enlacer mon camarade au cou. Mes lèvres se déposent sur sa gorge, mon regard se dirigeant vers Edwan. Et je l'embrasse. Doucement, mon souffle se réchauffe alors que je continue de fixer mon ancien compagnon. Lui que j'ai tant aimé. Lui qui m'a fait si mal.

Maëlys ∞ "Tu me veux quoi Edwan ? Tu me prends encore pour un jouet ? "


Mon visage se penche avant que je ne sente mon sourire élargir les pans de mes lèvres.

Edwan ∞ "Jouet ? Oh 'Lys... Tu es bien plus qu'un jouet. Tu es LE jouet. N'est-ce pas ainsi que tu me voyais ? Je te rappelle que c'est toi qui m'a séduite."


Je ris. Je pouffe en me tenant sur le suédois. Je ne suis pas dans mon état normal. Je le sais. Je le sens. Et je ne contrôle plus rien. Comme si... Comme si je ressemblais bien trop à Flabesa.

Maëlys ∞ "Je t'ai séduis ? Quelle erreur de ma part. J'aurais préféré ne jamais te connaître oui. Maintenant va-t-en. Je ne veux pas te voir. Tu m'es désagréable. "

Edwan ∞ "Pourtant, ton corps m'a accueilli ! J'ai été le premier non ? Et sûrement d'une longue liste, succube. Petite muse qui se voile la face. J'ai pris ton corps. Que tu le veuilles ou non, nous sommes liés 'Lys. "

Maëlys ∞ "Arrête de m'appeler comme ça. "


Ma voix a perdu la douceur et la sensualité. Elle grogne. Elle ordonne, agresse. Et lui s’esclaffe. Il m'ignore pour observer le suédois. Et son visage semble victorieux, prétentieux. Il n'y a rien de plus hautain que son regard.

Edwan ∞ "Tu le savais ? Je parie que non. Ton « amie » ne t'a absolument rien dit hein ? Hahahaha ! Crois-moi, tu ne la connais pas. Tu ne sais rien. Dis-moi. A-t-elle pleuré devant toi ? Sais-tu seulement à quel point elle est triste ? Non. Bien sur que non. Tu veux savoir ? Pose-lui tes questions. "


Il se rapproche, finit de se transformer et rit une nouvelle fois.

Edwan ∞ "Je t'ai prise 'Lys. Je t'ai prise quand tu n'étais qu'une forme humaine. Laisse-moi te prendre maintenant aussi. J'en ai envie et j'ai bien assez d'énergie pour te nourrir ma succube. "

Maëlys ∞ "Ne m'appelle pas comme ça."

Edwan ∞ "Dis-moi 'Lys, tu as toujours peur quand on te touche le visage ? Tu paniques toujours quand on te prend par surprise ? Ou alors tu as réglé tes comptes avec ta ..."

Maëlys ∞ "TAIS-TOI ! TAIS-TOI TAIS TOI !!"


©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Niels Äkning
BL |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 44
Inscription le : 06/10/2018
Né(e) le : 24/06/2001
Age : 17
Nationalité : Suédois
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A + Adaptation
Situation amoureuse : *sourit*
Double Compte : Martel, Naomi, Jodie, Caindell
Personnage sur l'avatar : Aohitsugi Samatoki
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 
  •  Luxure 
  •  Envie 
  •  Gourmandise 
  •  Paresse 
  •  Colère 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t343- http://sin-theatre.forumactif.com/t357- http://sin-theatre.forumactif.com/t406-dossier-scolaire-de-niels-akning

Dim 9 Déc - 20:17

Niels et Maëlys

Lune de Sang, luxurede sortie31 octobre 2018


Couleurs
Suédois #85AC80
Anglais #336633
Draconique #3386AE
Ce type était plus grand que lui – une source de frustration qui ne faisait qu'amplifier sa colère. Sans ses changements, il aurait fait 2m16, il aurait dépassé ce gars même dans sa forme monstrueuse. Enfin, ça ne changeait rien, ce n'étaient pas trente centimètres de moins qui allaient l'empêcher de se dresser sur le chemin de cette créature qui pensait avoir des droits sur Maëlys. La blague. Si elle le fuyait, c'est qu'il n'avait rien à faire près d'elle, point final. Le jeune homme resta planté entre l'ogre et la jeune fille, toujours derrière lui, qui ne semblait finalement pas mettre la deuxième partie de son plan (à savoir s'enfuir) à exécution. Elle restait là, comme si elle ne s'attendait pas à ce qu'il la défende à ce point. Puis, alors que Niels et l'autre garçon se défiaient du regard, il perçut un bruit étrange derrière lui, comme un battement d'ailes. Des ailes ? Maëlys pouvait voler ? Il voulut tourner la tête pour vérifier que ça ne signalait pas l'approche de quelque chose d'autre, mais il sentit les bras de la jeune fille l'enlacer, beaucoup trop haut pour qu'elle ait pu accomplir cela sans s'élever du sol.
Un léger frisson courut sur sa peau quand il sentit ses lèvres sur sa peau, mélange d'une réaction presque réflexe au contact et de surprise. S'il y avait bien une personne qu'il ne s'attendait pas à voir faire ça, c'était elle.

Quelque chose avait changé dans son attitude, dans sa façon d'agir et de parler. Était-elle victime de la même chose qui semblait frapper toute la ville ? Sans doute. Sûrement une manipulation mentale, alors, s'il était le seul à être épargné. Il n'avait jamais été aussi content de posséder ce pouvoir. S'assurant que l'inconnu – Edwan, donc – n'avançait pas davantage, Niels les laissa régler leurs comptes, même s'il se tenait prêt à intervenir au moindre signe d'agressivité.

Un frémissement de dégoût remonta malgré tout le long de sa colonne vertébrale. Un jouet... quel genre de mec malsain traitait une fille de cette façon ? Niels serra les poings. Elle qui l'avait séduit ? Qu'il dise plutôt qu'il s'était servi d'elle. Ça se voyait dans ses termes, son attitude, dans celle de la jeune fille. Ce genre de mec ne méritait rien d'autre que de crever seul. Son estomac se serra ensuite, une nausée le tiraillant. La façon dont il disait cela... On aurait dit qu'il s'était approprié un trophée. C'était écœurant, comme façon de penser. Alors quand l'abruti s'adressa à lui, Niels lui retourna un regard assassin.

- Pourquoi aurait-elle parlé d'un minable comme toi ? La seule circonstance dans laquelle c'est raisonnable de parler de toi, c'est pour une éloge funèbre. Et encore, éloge, ce serait trop flatteur.

Il se vantait de l'avoir fait pleurer ? Se vantait d'avoir pris sa première fois par la manipulation et le mensonge ? Ce mec n'avait définitivement aucune fierté, ni même aucune intelligence. Ou peut-être se vantait-il de cette histoire de muse et de succube, qu'il semblait connaître là où Niels, effectivement, ne savait pas grand chose. Mais s'il utilisait cette connaissance pour la blesser, ça ne valait pas mieux que le reste. Quand il s'approcha, Niels recula d'autant, emportant la jeune fille avec lui. Hors de question qu'il le laissa s'approcher d'elle.

- Ferme-la... gronda-t-il entre ses dents.

L'entendre l'énervait tellement qu'il ne réagit pas tout de suite aux mots qu'il prononçait. Il les comprenait, mais aucun n'arrivait à frapper assez son sens de la réflexion pour percer à travers la colère qui faisait trembler ses poings. Alors quand Maëlys s'emporta, la dernière part de douceur qui subsistait dans ses gestes servit à décrocher les bras de la jeune fille d'autour de son cou pour être libre de ses mouvements. Ensuite, il s'avança pour coller son poing dans la mâchoire de la créature qui se tenait face à lui. Ses yeux se mirent à briller d'un vert bien trop intense et il sentit une vague de pouvoir remonter le long de son bras, accompagner le mouvement de son poing, s'infiltrer sous la peau d'Edwan quand ils entrèrent en contact. Un petit sourire sadique se dessina sur ses lèvres, renforçant l'air légèrement dément qui s'était peint sur son visage.

- Elle t'a dit de te taire. Et elle t'a aussi dit de dégager. Tu devrais le faire tant que tes jambes te portent encore.

Il ignorait quel genre de maladie il avait pu lui transmettre, mais du sang commençait déjà à couler du nez de l'ogre qui se tenait devant lui, alors qu'il avait frappé au niveau du menton. Quelque chose d'intense, sûrement, peut-être même de mortel. Voulait-il vraiment avoir donné une maladie mortelle à quelqu'un, aussi écœurant soit-il ? Il n'en était pas sûr, mais il était trop tard pour regretter son geste.

- Tu risques de te sentir un peu faible, c'est normal, c'est généralement ce qu'on récolte quand on se comporte comme un connard.

Il jouait sur la confiance alors qu'il ignorait lui-même l'effet qu'allait avoir ce contact sur son adversaire. Ça pouvait très bien ne provoquer que des saignements de nez, mais aussi instantané ? Ça faisait aussi partie des symptômes de commencement de certains cancer.
Est-ce qu'il lui avait filé un cancer ? C'était... un peu dérangeant, comme idée.
© Niels
Revenir en haut Aller en bas
Maëlys Jørgensen
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 41
Inscription le : 22/09/2018
Né(e) le : 01/04/2002
Age : 16
Nationalité : Danoise
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Classe : 3°A, D3 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Dana O'Neill
Personnage sur l'avatar : Sanae Kochiya
Commentaire/citation : "Les Muses sont comme les Succubes. Leur rôle est d'inspirer et de faire que les Hommes transpercent tout pour elles. La différence est que les Muses viennent avec peu d'habits mais les garde quand la Succube s'évertue à les enlever"
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t328-je-peux-ou-dois-donner-de-l-inspiration#2062 http://sin-theatre.forumactif.com/t331-mes-aventures-et-mes-copains-maelys

Lun 7 Jan - 20:23
Lune de Sang, Luxure de Sortie
"Je me fais peur donc je suis"
(Xavier Pommereau)
ft Niels - 31 oct 2018Je ne comprends pas mon camarade. D'accord je lui avais de l'aide... Mais ne prend-t-il pas ma protection un peu trop à cœur ? Pourquoi fait-il ça ? Quelles sont ses motivations ? Quelque part en moi, j'aime bien quand il se comporte comme ça. Je pourrais croire qu'il me voit vraiment. Que je suis stupide. Comment pourrait-il voir quelqu'un qu'il ne connaît pas. Edwan a raison. Il l'avait parfaitement formulé. « Ton « amie » ne t'a absolument rien dit hein ? Hahahaha ! Crois-moi, tu ne la connais pas. Tu ne sais rien. Dis-moi. A-t-elle pleuré devant toi ? Sais-tu seulement à quel point elle est triste ? Non. Bien sur que non. Tu veux savoir ? Pose-lui tes questions. ». Par pitié non... Pas de questions ! Je ne veux pas en parler. J'aurais dû me taire. Je n'aurais jamais du le lui dire. Pas à lui. À plus personne. On ne peut rien y faire de toutes façons. Ça ne servirait qu'à me blesser plus encore...

Je sens les mains de Niels se poser sur mes poignets, les attraper et les retirer de son cou, délicatement, comme s'il avait peur de me casser. Lentement, un sourire presque compatissant arrive sur mon visage. Je sais que je fais cette tête-là, comme Mère... Mais je ne veux pas avoir cette expression-là ! Il ne sait pas. Il ne peut pas savoir. Alors c'est normal qu'il soit ainsi. S'il savait ce que je vivais ne serait-ce que quelques jours plus tôt... Même Edwan me paraît un peu fade. Terrifiant. Et fade. Le corps du suédois s'avance pendant que je me perds sur mes propres réactions, son poing se lève et vient s'écraser sur la joue de mon ancien amour.

Pardon ? « Tant que tes jambes te portent encore » ? Comment ça ? De quoi parle-t-il ? Mon regard s'écarquille lorsqu'Edwan se met à saigner. Et son regard est parfaitement explicite. Il est furieux. Mon échine se redresse et je me vois m'éloigner d'eux deux.

Niels ∞ "Tu risques de te sentir un peu faible, c'est normal, c'est généralement ce qu'on récolte quand on se comporte comme un connard."


Mon cerveau se met en route. Trop tard, probablement... Edwan ne devait pas être énervé... Non non ! Euh... Euh... Il se redresse, me fusille du regard avant d'hésiter. Je ne sais pas sur quoi il hésite... Par contre lorsque son bras se relève, mes lèvres s'ouvrent rapidement :

Maëlys ∞ "Attent.."


Ma voix se coupe lorsqu'il éjecte Niels sans sourciller, ignorant son nez qui n'en finit plus de couler. Son lourd pas s'arrête une seconde avant de changer de trajectoire, l'oni se dirigeant vers moi. Sa main se lève et je m'entends hurler sans qu'aucun coup ne me soit donné. Les larmes naissent sous la frayeur et les images qui remplissent ma tête. Et... Un rire. Je m'arrête instantanément alors que j'observe l'autre forme d'Edwan rire, sadiquement, alors qu'il m'observe.

Edwan ∞ "C'est pour ça que je peux pas m'éloigner de toi, 'Lys... T'es la seule à... Qu'est-ce que tu fais ? 'Lys? Qu'est-ce que tu fais..?!"


Mon corps s'est redressé et l'observait sans bouger. Mon sourcil s'arque lentement, comme si mes gestes étaient ralentis. Mes doigts défont les attaches de ma chemise avant que je ne me cambre sans ambiguïté pour la passer derrière mes ailes ( on les remercie pour avoir déchiré le tissu...) et la plier comme « mouchoir » de fortune – utile si j'en crois la quantité de sang qu'il perd. Je lui tends le tissu, prise d'une assurance que je ne me connais pas. Quelque chose... ne va pas. Quelque chose ne va vraiment pas !

Maëlys ∞ "Tu devrais t'occuper de ça d'abord. Pour l'instant, va-t-en. "


Ma voix est sèche, autoritaire, assurée. Une intonation que je ne me connais pas. Mon serpent passe d'une mèche à une autre, ondulant longuement alors que je semble percevoir le rose de ses écailles. Edwan aussi n'est pas dans son état... Il semble... hagard. Perdu. Il se relève et observe Niels, semble se demander qui il est. Il se tourne, m'observe avec le même air ahuri et finit par lâcher un :

Edwan ∞ "Ils sont beaux tes yeux comme ça mon 'Lys. "


Et... Il s'en va, ma chemise sur son nez, titubant parfois.

Mon corps semble devenir bien trop lourd alors que mon regard se tourne vers Niels. Et mes ailes me portent vers lui... Il faudra qu'on m'explique ce que c'est et tout... parce que je doute de m'y faire ! Lorsque j'arrive, je me laisse l'attraper et maintenir sa position.

Maëlys ∞ "Je suis désolée pour tout ça... Ça va aller ? Tu as besoin d'ai..."


Une bouffée de chaleur. Un sentiment violent. Un besoin. Une envie ? Je ne sais pas. Mais je sais que je me mets nos visages à niveau avant d'enlacer le sien de mes mains. Rapidement, je colle nos lèvres ensemble, laissant le baiser durer un peu plus que nécessaire. Lorsque notre contact s'arrête, mon souffle se fait brûlant sur ses lèvres. Je me sens essayer de me nourrir de lui... Non ! Mon corps s'arrête et je m'éloigne, inspirant longuement pour tenter de retrouver un peu de contrôle dans ma vie... Dieu seul sait comment mais j'arrive à résorber les ailes. C'est une amélioration. Je crois. Lorsqu'elles disparaissent, j'expose involontairement mon dos à son regard. Un dos aussi clair que ma peau. Sans impureté si l'on excepte les marques de scalpel qui le parcourt, les diverses cicatrices étant peu nombreuses mais loin d'être guérie, comme répétées.

Maëlys ∞ "Excuse-moi. Un vieux réflexe que j'ai gardé. Un baiser de remerciement. Merci Niels. Infiniment."


©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Niels Äkning
BL |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 44
Inscription le : 06/10/2018
Né(e) le : 24/06/2001
Age : 17
Nationalité : Suédois
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A + Adaptation
Situation amoureuse : *sourit*
Double Compte : Martel, Naomi, Jodie, Caindell
Personnage sur l'avatar : Aohitsugi Samatoki
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 
  •  Luxure 
  •  Envie 
  •  Gourmandise 
  •  Paresse 
  •  Colère 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t343- http://sin-theatre.forumactif.com/t357- http://sin-theatre.forumactif.com/t406-dossier-scolaire-de-niels-akning

Lun 21 Jan - 8:43

Niels et Maëlys

Lune de Sang, luxurede sortie31 octobre 2018


Couleurs
Suédois #85AC80
Anglais #336633
Draconique #3386AE
Pour qui se prenait-il, ce gars ? Même s'il était vraiment sorti avec Maëlys – ce qui semblait être le cas – n'avait-il donc aucune notion du concept de rupture ? De fin ? Car aucun doute, c'était ce dont il s'agissait. Il l'avait manipulée pour coucher avec elle, lui avait fait miroiter des sentiments, puis il l'avait jetée dès qu'il avait eu ce qu'il voulait. Ce genre de type lui donnait la nausée, autant retourner la faveur.
En guise de nausée, il lui refila surtout un saignement de nez intense et instantané. Une maladie sans nom pour l'instant, mais ça lui suffisait. Il n'avait pas envie de tuer qui que ce soit, vraiment... Cela dit, sa colère avait parlé pour lui, trop vite pour qu'il réfléchisse, et il était trop tard maintenant ; autant se comporter comme si ce sang était parfaitement normal, et volontaire.

Est-ce que ce furent ses états d'âme, ou simplement son peu d'habitude des combats ? Toujours est-il qu'il ne vit que trop tard le mouvement de la créature qui lui faisait face, et qu'il sentit un coup violent le projeter en arrière. Il serra les dents en se redressant, palpant une légère douleur au niveau des côtes à cause de l'atterrissage, mais c'était surtout son orgueil qui en avait souffert. Sa fierté principale n'était pas de savoir se battre, loin de là, mais il était certain qu'il aurait soutenu le choc avec son ancienne carrure. Foutue magie qui l'avait changé en brindille... Le cri de la jeune fille le crispa davantage, mais l'autre ne semblait pas l'avoir frappé. Ou pas encore, lui souffla une voix dans sa tête. Niels se releva en grimaçant. Si ce truc lui avait cassé une côte...

Le regard du jeune homme se posa sur Maëlys, occupée à... enlever sa chemise ? Comment en était-elle arrivée là ? Il espérait, vraiment, que le but était différent de celui qu'il imaginait. Il n'avait pas entendu leur conversation, mais il avait peur que l'autre ait trouvé un moyen de la menacer pour la forcer... ou que le comportement différent de d'habitude qu'elle affichait soit l'effet de l'étrange maléfice qui semblait frapper la cité. S'il affectait la personnalité... non. Non, elle ne ferait pas ça. Et elle ne tarda pas à le lui confirmer en tendant sa chemise au monstre, en guise de mouchoir de fortune. Ça ressemblait bien plus à l'image qu'il avait d'elle, oui. Il laissa échapper un soupir de soulagement. Puis il fronça les sourcils en apercevant un mouvement dans ses cheveux, un éclat rose. Qu'est-ce que c'était ? Cela ressemblait un peu à la lumière verte qui l'avait protégée de son pouvoir... que faisait le rose, alors ?

Quel que soit son effet, ça ne semblait pas être de guérir les maladies, car le visage de l'autre était toujours couvert de sang, et la chemise continuait de s'imbiber. Cependant, il finit par lâcher prise, s'éloignant en titubant... En titubant... à quel point la maladie était-elle grave ? Niels n'eut pas le temps de s'en inquiéter ou de commencer à regretter son geste : la jeune fille s'avança vers lui pour s'enquérir de son état, et avant qu'il puisse répondre...

Il ne s'y attendait pas. Du tout. Il cligna plusieurs fois des yeux comme s'il essayait de revenir à la réalité mais ils se fermèrent rapidement, quand il réalisa que c'était véritablement en train d'arriver. Sa main glissa sur l'épaule de Maëlys et il se rappela soudainement qu'elle ne portait plus sa chemise quand il sentit sa peau nue sous ses doigts. Le temps d'un frémissement et d'une sensation diffuse, comme si son énergie essayait de lui échapper, et elle s'écarta brusquement, lui tournant le dos et le laissant légèrement interdit. Embrasser Maëlys ne faisait pas partie des choses qu'il avait imaginé faire dans sa journée. Pas que ce soit désagréable mais... c'était surprenant.

- Tu as une façon.. originale de remercier les gens.

Il se garda de préciser que ça ne lui avait pas déplu, elle ne semblait pas spécialement à l'aise avec la situation. Encore un comportement déformé par le sort qui touchait la ville ? Sûrement. Dommage.
Ce n'était très probablement pas le moment de penser ce genre de choses.

- Mais tu n'as pas à me remercier, c'est normal. Je ne pouvais pas te laisser dans cette situ...

Il s'interrompit en plissant les yeux, sourcils froncés. À pas lents, il s'approcha, une main avancée dans sa direction sans la toucher, les doigts à quelques centimètres de la peau de son dos. Des marques sur sa peau.

- Maëlys ? Qu'est-ce que c'est ?

Il avait juste chuchoté, comme si le dire à haute voix était dangereux. Ces marques, ces cicatrices... elles étaient récentes, et ça n'avait pas l'air d'être le fait des ailes qu'elle venait de rétracter. Alors d'où venaient-elles ? Il secoua la tête. Ça ne le regardait sûrement pas mais... c'est encore perturbé par sa découverte qu'il retira sa veste et la lui tendit.

- Vu... l'état des gens ce soir, ce n'est pas une bonne idée de te promener... dans cette tenue.

Et il lui offrait en prime la possibilité de simplement recouvrir ses cicatrices et de prétendre qu'elles n'avaient jamais existé, de ne pas avoir à lui répondre. Même si son sang bouillonnait dans ses veines à l'idée qu'on puisse la blesser.
© Niels
Revenir en haut Aller en bas
Maëlys Jørgensen
BB |:| Troisième année
Sexe : Femme
Identité de genre : Féminin
Apparitions : 41
Inscription le : 22/09/2018
Né(e) le : 01/04/2002
Age : 16
Nationalité : Danoise
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Classe : 3°A, D3 + Adaptation
Situation amoureuse : Célibataire
Double Compte : Dana O'Neill
Personnage sur l'avatar : Sanae Kochiya
Commentaire/citation : "Les Muses sont comme les Succubes. Leur rôle est d'inspirer et de faire que les Hommes transpercent tout pour elles. La différence est que les Muses viennent avec peu d'habits mais les garde quand la Succube s'évertue à les enlever"
Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t328-je-peux-ou-dois-donner-de-l-inspiration#2062 http://sin-theatre.forumactif.com/t331-mes-aventures-et-mes-copains-maelys

Lun 11 Fév - 14:15
Lune de Sang, Luxure de Sortie
"Je me fais peur donc je suis"
(Xavier Pommereau)
ft Niels - 31 oct 2018Mon Dieu, qu'ai-je fais ?! Je sens son goût dans ma bouche. Il est persistant. Poivré, doucement mentholé, délicat. J'ai faim. J'ai. Faim... Mon cœur tambourine contre ma cage thoracique. Il veut sûrement recommencer... Mes papilles sont tellement d'accord aussi... Mais non. Je suis une Muse ! Je suis... Je suis... Affamée. Je ne me comprends pas. Je n'ai jamais réagis ainsi ! Je sais me contrôler : J'ai besoin de contrôler au moins ça ! Et il est si délicieux... je pense qu'un drogué doit ressentir ça. Comment ça a pû dégénérer à ce point ? Je voulais juste lui offrir un remerciement ! Je ne voulais pas tout ça... Je fais quoi maintenant ??

Je dois... Me reprendre. Il a aimé. Il m'a ouvert la porte vers la nourriture... Non Maëlys ! On est sage et mignonne ! Et quand on est mignonne on ne se nourrit pas des autres. Oui il est délicieux MAIS ce n'est pas une raison ! Oh... ça y est. Je me parle toute seule. Je suis en train de devenir tarée...

Niels ∞ "Tu as une façon.. originale de remercier les gens."


Je m'entends pouffer. Mais ce n'est pas moi. Enfin... si. Mais pas complètement. C'est bizarre. Je devrais sourire, pas pouffer. Il reprit en voulant dire que c'était normal, qu'il ne pouvait pas me laisser ainsi. Et sa voix se coupa.

Niels ∞ "Maëlys ? Qu'est-ce que c'est ?"

Maëlys ∞ "Hum ?"


Mon buste se tourne pour lui faire face. Et je reste stoïque quelques secondes. Le temps de réaliser, comprendre. Ses doigts avancés, son regard dur, ses sourcils froncés... Qu'a-t-il vu ? J'ai mis bien trop de temps à comprendre. Il les avait vu. Assez pour qu'il me recouvre de sa veste en réfléchissant bien trop loin pour moi, petite moi qui se retient de prendre ses lèvres une nouvelle fois. J'ai tellement faim...

« Tout va bien se passer 'Lys . Laisse-moi essayer autre chose... »

Je n'ai pas eu besoin de me questionner plus longtemps. Malgré la veste je frissonne. Non non... ça va aller. Tout va bien...

Maëlys ∞ "Vu mon état, ma tenue est sans importance... Dis... Tu sais où je pourrais aller ? Un endroit pour être seule... Sinon je vais agresser quelqu'un. Et c'est plus important que mon dos non ? Pour ce dernier... J'ai fais une bêtise, on m'a puni. Rien de..."

« grave ». Mais je ne pouvais lui dire ça. Je frôle déjà bien trop le mensonge...

Maëlys ∞ "Rien que je ne puisse supporter."


Il est gentil. Il s'énervera sûrement s'il apprend. Et... je n'ai pas vraiment envie d'en parler. Comme il ne voulait sûrement pas entendre la vérité... Je n'ai pas eu tant de temps que ça pour ma réponse. La frontière avec le mensonge est bien trop proche. Diverses réponses ont traversé mon esprit. « Rien de grave » mais c'était faux. Ce que je ravalais était grave néanmoins je n'avais pas d'autres options pour redevenir Muse. « Rien qui ne devrait t'inquiéter ». Encore un doux mensonge aux allures rassurantes. Pourtant... Si c'est grave, c'est normal de s'inquiéter non ?

Maëlys ∞ "Quant à l'agression... Tu n'es pas en sécurité près de moi. Je... J'ai changé de race en venant à Sin. J'étais une Muse. Maintenant... Là j'ai envie de te sauter dessus et de me nourrir de toi. Je suis devenue une mangeuse d'hommes. Tu... devrais t'éloigner de moi..."


Je tremble. Parce que je ne dois rien faire. Parce que j'ai faim... Parce que... Je dois maîtriser quelque chose que je ne maîtrisais pas.

Maëlys ∞ "J'ai peur de ce que je pourrais te faire Niels... Est-ce que... Tu pourrais m'aider quand même ...?"


©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Niels Äkning
BL |:| Troisième année
Sexe : Homme
Identité de genre : Masculin
Apparitions : 44
Inscription le : 06/10/2018
Né(e) le : 24/06/2001
Age : 17
Nationalité : Suédois
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Classe : 3°A + Adaptation
Situation amoureuse : *sourit*
Double Compte : Martel, Naomi, Jodie, Caindell
Personnage sur l'avatar : Aohitsugi Samatoki
Péché(s) :
  •  Orgueil 
  •  Avarice 
  •  Luxure 
  •  Envie 
  •  Gourmandise 
  •  Paresse 
  •  Colère 

Voir le profil de l'utilisateur
http://sin-theatre.forumactif.com/t343- http://sin-theatre.forumactif.com/t357- http://sin-theatre.forumactif.com/t406-dossier-scolaire-de-niels-akning

Dim 17 Fév - 17:07

Niels et Maëlys

Lune de Sang, luxurede sortie31 octobre 2018


Couleurs
Suédois #85AC80
Anglais #336633
Draconique #3386AE
Son cerveau tournait à vive allure pour essayer de comprendre. On aurait dit des cicatrices formées par une lame, une lame précise et chirurgicale. Sortait-elle d'une opération ? Peut-être lui était-il arrivé quelque chose pendant les vacances qui avait nécessité qu'on l'opère mais... certaines semblaient un peu moins récentes et elles ne ressemblaient pas aux traces d'une opération classique. Il déglutit. Résista fortement à la tentation de poser une question supplémentaire. Maëlys, en se retournant et en soustrayant les marques à sa vue, calma un peu ses nerfs, mais pas assez pour que l'image s'efface de son esprit. Mais il posa tout de même sa veste sur ses épaules, pour la couvrir, conscient malgré tout cela qu'elle se retrouvait presque torse nu dans une ville devenue folle. Et un sourire amer étira le coin de sa bouche. "Ma tenue est sans importance". Son innocence était adorable autant qu'elle devenait dangereuse dans la situation actuelle. Et ça ne faisait que rendre plus rageante encore l'existence de ce type qui s'était servi d'elle.

Ce qu'elle lui dit ensuite lui tira un froncement de sourcil. Il essayait de mettre du sens sur ses mots. Et autant le "j'ai fait une bêtise, on m'a punie" était clair, aberrant et rageant, autant il avait du mal à saisir ce qu'elle voulait dire par agresser quelqu'un. Les choses dans l'ordre. D'abord, quel genre de punition c'était ? Dans quel monde on faisait ce genre de chose aux gens en guise de "punition" ? S'il tenait les responsables, s'il pouvait... Il soupira intérieurement. Oui mais il n'avait qu'une Maëlys couverte de cicatrices à protéger, et personne sur qui décharger sa colère. Actuellement, s'énerver ne lui apporterait rien. Alors il fit un effort pour respirer, se calmer, et ne pas se laisser parasiter par la haine de l'injustice qui faisait légèrement trembler ses poings. Contrôler ses pulsions, ce dont tout le monde semblait incapable ce soir.

Il ne dit rien avant qu'elle reprenne la parole pour lui expliquer ce qu'elle entendait par "agresser quelqu'un", seule véritable question qu'il avait. L'idée qu'elle puisse être dangereuse pour lui avait du mal à se frayer un chemin dans son esprit, mais il ne la démentit pas. Nier ce qu'elle disait ne contribuerait pas à la rassurer ou à la faire se sentir mieux. Ainsi il n'était pas le seul à avoir changé de race en franchissant les portes, pas le seul qui considérait ce changement comme une malédiction. Une muse devenue quoi ? A priori pas un vampire vu qu'il avait encore une jugulaire intacte, mais mangeuse d'hommes... Lentement, il fit le lien avec la sensation étrange qui l'avait étreint quand elle l'avait embrassé.
Ah. Ce genre de mangeuses d'hommes. Oui ça expliquait certaines choses, même certains changements d'attitude.

- Ne t'en fais pas, je te trouverai un endroit où tu ne pourras atteindre personne.

Il réfléchissait déjà à tous les recoins de la ville qu'il connaissait et qui seraient susceptibles d'être déserts à cette heure. Si elle avait peur de s'en prendre aux gens, il ne pouvait pas décemment l'emmener à la surface ; de toute manière, elle refuserait sans doute catégoriquement cette option. Mais il ne pouvait pas non plus la laisser seule : elle risquait de se faire attaquer ou de se faire emporter par ses instincts et de s'en prendre à quelqu'un, et il avait peur qu'elle ne se remette ni de l'un, ni de l'autre. Alors il prenait sûrement un risque en restant avec elle, en tout cas c'était ce qu'elle avait l'air de croire, mais il préférait ça que de la livrer à elle-même. Il n'en dit rien sur le moment, mieux valait attendre. S'il lui disait maintenant qu'il n'avait pas l'intention de la laisser seule, elle était peut-être capable de s'enfuir pour ne pas risquer de le blesser. Il ne pouvait pas prendre ce risque.

- Suis-moi.

Son ancienne école primaire n'était pas loin et cachait des recoins que peu de personnes connaissaient, et il se sentait capable de chasser des gens si nécessaire. Une école vide n'était probablement pas l'endroit qui serait attaqué le plus rapidement par cette armée de gens devenus fous, c'était sûrement le bâtiment le plus sûr pour le moment. Au pire, peut-être que des enfants effrayés s'y seraient réfugiés, mais ils ne seraient pas un grand danger. Alors il la guida en gardant un œil sur elle, s'assurant que personne ne l'arrêtait ou qu'elle ne se jetait sur personne. Il aurait voulu lui prendre la main mais il avait peur qu'elle ne se dégage brusquement ou que ça réveille les instincts qu'elle essayait de refouler, alors il s'abstint du moindre contact autre que visuel.
© Niels
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sin Theatre :: Secteur souterrain :: Cité des Aorannes-
Sauter vers: